Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aéroport : front commun PS, UMP, PC... Ouest France 17 10 2009

17 Octobre 2009 Publié dans #Conseil Municipal Nantes

Aéroport : front commun PS, UMP, PC...Ouest France 17 10 2009

Les opposants à l'aéroport ont déployé une banderole devant la mairie, bouclée à double tour. : Isabelle Moreau

Les opposants à l'aéroport ont déployé une banderole devant la mairie, bouclée à double tour. : Isabelle Moreau Ouest France

Sur la question du nouvel aéroport, les clivages droite-gauche, majorité-opposition, volent en éclat. Illustration à Nantes. Où, le temps d'un débat, les socialistes et l'UMP partagent le même point de vue.

L'aéroport bouleverse la géographie politique. Hier après-midi, socialistes et UMP ont défendu mordicus la nécessité de construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Le sujet du débat avait été proposé par l'UMP. Onze orateurs se sont exprimés à tour de rôle, dans une salle municipale bouclée à double tour. Quelques citoyens hostiles à l'aéroport ont tout de même pu entrer par une fenêtre, ouverte opportunément par un élu Modem !

Les socialistes, communistes, UMP, élus du parti radical de gauche ou du MRC (chevènementistes) et de l'UDB forment le camp des partisans de l'aéroport. Tandis que les opposants sont Verts, Alternatifs et Modem.

Extraits d'arguments.

Isabelle Loirat, (Cap 21-Modem) : « Comment croire au budget annoncé de 581 millions hors taxe alors qu'ailleurs la construction coûte 3 milliards à Londres Stansted, 5 milliards à Lisbonne ? »

Pascale Chiron, Verts : « L'aéroport est totalement contraire aux objectifs ambitieux fixés à Copenhague pour lutter contre le réchauffement climatique. On nous parle d'un aéroport Haute qualité environnementale, mais c'est comme un Kouign Amann sans beurre, c'est un leurre. »

Sophie Jozan (UMP) : « De même que le TGV a réveillé la belle endormie, de même cet aéroport sera un accélérateur de l'attractivité de Nantes. »

Alexandre Mazzorana (Parti des radicaux de gauche) : « On peut trouver des alternatives respectueuses de l'environnement dans le transport aérien. J'en veux par exemple pour preuve les recherches sérieuses sur l'avion à hydrogène. »

Marie-Françoise Clergeau, adjointe et député PS : « Le transfert est la seule opportunité pour régler la question de la sécurité et supprimer les nuisances sonores et environnementales qui pèsent sur les Nantais et tout le sud Loire. Il y a 42 000 habitants exposés au bruit à Nantes-Atlantique. Ils ne seront que 2 700 à Notre-Dame-des-Landes. »

Raymond Lannuzel (PC) : « Le maintien sur le site actuel hypothèque grandement une partie non négligeable des projets d'urbanisme de l'île de Nantes et d'autres communes du sud Loire. »

Jean-Philippe Magnen (Verts) : « Nous proposons d'organiser un référendum régional sur le sujet. »

Patrick Rimbert (PS) : « La libération totale du site actuel représente une opportunité de 332 hectares dont une partie est destinée à accueillir de l'activité économique. »

Bernard Vrain (Alternatifs) : « Le modèle de société, intégré dans le logiciel des promoteurs du projet n'est pas vraiment de gauche, c'est celui du low-cost, avec des emplois low-cost, des exigences sociales et environnementales low-cost. »

Jean-Marc Ayrault, député maire : « Défendre le plan climat pour lutter contre le réchauffement climatique et se battre pour le nouvel aéroport n'est pas contradictoire. »

 

Ouest-France - le 17 octobre 2009


 
Lire la suite

Presse Océan : Info ou Intox à propos d'une drôle d'image

17 Octobre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes


Il y a quelques jours j'ai publié une image sur mon blog isabelleloirat.over-blog.fr
http://www.isabelleloirat.fr/
 

Aujourd'hui je lis dans la presse locale une fausse affirmation : "Isabelle Loirat, conseillère municipale Modem, farouchement opposée à un nouvel aéroport a détourné la campagne d'affichage du président de Nantes Métropole et se fait sa petite pub au passage. Sur son blog une des affiches est reprise".  

Diable, c'est me faire trop d'honneur, moi qui suis bien incapable de faire un tel montage avec un ordinateur. La méthode ne me ressemble pas, c'est au grand jour que je participe à la Vigie citoyenne devant le Conseil Général de Loire-Atlantique, que je m'exprime au Conseil municipal et sur mon blog.


CES PROPOS SONT DIFFAMATOIRES.

Je n'ai fait que publier une image qui circule partout depuis quelques temps et que j'ai trouvée pleine d'humour. Elle existe même maintenant dans la version "autocollant".

Mon blog tourne très bien sans cette image (qui a d'ailleurs été très peu consultée) et je n'ai pas besoin de cela pour "me faire de la pub". Les 15000 pages déjà lues sur mon blog sont dues aux dossiers qui y sont traités comme le projet d'aéroport Notre-Dame-Des-Landes ou le téléphérique sur la Loire.

C'est aux vrais auteurs de ce détournement d'images qu'il aurait fallu rendre hommage.

Cette image, nous l'avons vue pour la première fois, il y a quelques semaines, à notre plus grande surprise, dans un panier de "Bicloo" ! Nous nous demandions même qui avait eu cette idée drôle et pertinente.

Lorsqu'elle m'est parvenue par Internet, envoyée par les réseaux des opposants à NDDL avec qui nous sommes en contact bien sûr, je l'ai publiée sur mon blog. Elle est parlante et en dit plus qu'un long texte. J'avais pris soin de préciser qu'il s'agissait d'humour et d'une image "détournée" (en référence aux avions) dans le titre de mon billet. Il existe d'ailleurs une autre image "détournée" bien plus mordante que je n'avais pas publiée. Je vous laisse le soin de la trouver.

Nos blogs sont très utiles pour communiquer directement avec les citoyens et nous y publions tous nos communiqués de presse, nos propositions, nos interventions, nos points de vue sans être dépendants du bon vouloir des rédactions.


Je ne suis pas à l'origine de cette image. Dommage que Presse O n'ait pas pris le temps de vérifier l'information et de me poser la question pour le savoir.



 

Lire la suite

Nantes : Débat Aéroport Notre-Dame-Des-Landes Intervention Isabelle Loirat

16 Octobre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Conseil Municipal Nantes

 

CONSEIL MUNICIPAL DE NANTES

 

VENDREDI 16 OCTOBRE 2009

 

 

 

 

 

DEBAT THEMATIQUE NDDL

 

« Transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre-Dame-Des-Landes : Quel intérêt pour les Nantais ? »

 

(Thème choisi par le groupe Ensemble pour Nantes, (UMP)

 

 

 

 

 

 

INTERVENTION Isabelle LOIRAT (MoDem, groupe Centre Démocrate)

Temps de parole autorisé : 5 mn

 


Monsieur le Maire, mes cher(e)s collègues,

 

 

Merci de nous accorder 5 minutes pour un dossier à 3 milliards. 5 minutes pour un dossier important de transport, aménagement du territoire, de finances, d’agriculture, d’urbanisme. Cela nous laisse à peine le temps le temps de vous poser à nouveau les questions auxquelles vous n’avez jamais répondu.

A commencer par :

    - Avons-nous vraiment besoin d’un aéroport à NDDL ? C’est pour nous la question essentielle, elle n’a jamais été posée pendant le débat public.

 

Nous ne sommes pas « nés contre NDDL » c’est l’étude du dossier qui a forgé notre conviction que ce projet est inutile aujourd’hui et ne présente aucun intérêt, ni pour les Nantais, ni pour les habitants des Pays de la Loire et de Bretagne.

C’est pourquoi nous avons demandé un moratoire sur NDDL, demande de moratoire confirmée le mois dernier par Nicolas Hulot.

 

Vous avez affirmé tout à l'heure que ce n'était qu'un transfert. Sans jouer sur les mots, sans avoir fait Sciences Po ni l’ENA, avant l’opération NDDL, nous avons 2000 ha de terres agricoles, après l’opération une énorme plateforme aéroportuaire. Transfert ou pas transfert le paysage en tout cas le paysage va considérablement changer.

 

FINANCEMENT

 

-     Quel est le coût réel, global et réactualisé de cette plateforme ? Le coût n'a jamais été réévalué depuis 2002

 

-     Comment croire au budget annoncé de 581 Millions HT alors que la DGAC elle-même estimait le coût total de NDDL à 4 milliards (OF 17 10 2002) et qu’ailleurs la construction d’un aéroport coûte 3 Milliards à Londres Stansted, 5 Milliards à Lisbonne?

 

-     Quels seront les accès à NDDL ? Comment les financerez-vous puis que seule une desserte routière est prévue dans le financement officiel du projet ? NDDL sera-t-il un aéroport avec accès « tout automobile » à contresens de toute modernité, et en contradiction avec tous vos discours sur l’intermodalité ?

 

-     Sans desserte ferroviaire de l’aéroport,  comment écouler le fret de 50 000 tonnes prévu sinon par des camions ? Combien de camions par heure ? par jour ?

 

-     Vous annoncez maintenant une ligne rapide Rennes – Nantes via NDDL. Avec quel financement ?

-     Pour le tronçon NDDL-NANTES, par où passerez-vous ? L'urbanisation actuelle du nord de la métropole ne condamne t-elle pas déjà cette option ?

 

Tout à l’heure on nous a dit que les alternatives pour réaménager Nantes Atlantique coûteraient le même prix que NDDL. C’est faux. On estime à peu près à 130 M le réaménagement de Nantes Atlantique et éventuellement la réorientation de la piste.

 

ADDUCTION EAU ET ELECTRICITE

 

 

-     Quels seront les coûts pour les réseaux d’adduction d'eau et d’électricité de la future plateforme ? Rien n’est précisé à ce sujet. Il n'y a que des questions ds l'enquête publique

 

-     Comment alimenterez vous la plateforme en eau ? D’où viendra elle ? Où la puiserez vous ? Dans la Loire ? la nappe phréatique ?

 

-     Où iront ensuite les eaux usées et les eaux de ruissellement ? Dans la Loire ? à l'est vers l’Erdre ? au nord vers la Vilaine ? accentuant ainsi les risques d'inondation côté Erdre et côté Vilaine ?

 

-     Quel sera l’impact de l’imperméabilisation de 2000 hectares de terres sur le réseau hydraulique existant de NDDL ? Tous les risques d’inondation liés à la construction de la plateforme ont-ils été bien mesurés ?  Nous pensons en particulier au périphérique nantais. De quoi auriez vous l'air le jour de l'inauguration si vous aviez les pieds dans l’eau ?

 

 

-     Comment alimenterez-vous la plateforme en électricité ?

 

-     Par un réacteur nucléaire peut-être ?  Comme le laisse entendre la Directive Territoriale d’Aménagement de l’estuaire de la Loire qui prévoit l'aéroport, qui prévoyait l'extension de Donges Est et un réacteur. Nous direz-vous encore une fois que vous allez « accompagner l’Etat » dans sa démarche ?

 

EMPLOI

 

-     Vous allez non seulement détruire 1600 ha de terres mais aussi supprimer des emplois agricoles et ceux qui en sont induits. Combien d’emplois ? La laiterie de Derval vient de fermer, quelle sera la prochaine sur la liste?

 

-     Vous avez récemment annoncé la suppression de Nantes Atlantique. N’est-ce pas fragiliser ainsi le site d'AIRBUS ? La perte d'attractivité du site ne le placera t’elle pas à la merci d'une délocalisation de ses activités qui ne se fera certainement pas en zone euro mais plutôt en zone dollar ?

 

Nous aussi nous sommes pour de l'emploi mais
 

OUI à des emplois mieux répartis sur le territoire plutôt que concentrés autour d’une méga plateforme à NDDL.

 

OUI à des emplois dans l’artisanat local, dans la rénovation énergétique des bâtiments existants, la construction de logements, maisons de retraite, collèges, crèches, maisons de santé dans le monde rural !

OUI aux emplois dans le développement du ferroviaire, des transports en commun, et des Energies Renouvelables !

 

-     De l'aveu même de l'un de vos proches : « Dans 3 ans Rennes sera à

     1 h 27 de Paris et sera plus attractive que nous pour les entreprises ». Mais à qui la faute ?

 

En pleine crise mondiale du transport aérien, au lendemain du Grenelle de l’Environnement, pourquoi tout miser sur l’aérien ? Le taux de croissance du trafic aéroportuaire nantais s’est quand même cassé la figure de moitié, chutant de 12 % à moins de 6 %. C'est fini la croissance à 2 chiffres. Non pas que je m’en réjouisse, mais c’est comme cela.

Pire : votre projet ne tient même pas compte des 2 000 km prévus de Lignes à Grande Vitesse ! Ni de la volonté des compagnies aériennes d’acheminer en TGV leurs passagers jusqu’aux trois « hubs » européens : Francfort, Londres, Paris, mais sûrement pas Nantes pour des trajets de moins de 3 heures !

 

-     Pourquoi faire un aéroport pour les 10 % de la population qui prennent l’avion ? Que proposez-vous pour transporter les 90 % restants ?

 

Il faut aussi développer le ferroviaire et nous n’aurons pas les moyens de faire les deux.

 

CONCLUSION

 

Vous voulez combler à tout prix les lacunes du projet NDDL actuel alors que Nantes Atlantique dispose déjà de tous les atouts pour peu qu'ils soient optimisés.

Vous essayez de faire passer votre projet pour écolo alors pourquoi aucun écolo ne le défend ? (Rires) les écolos d'origine,  pas ceux qui son nés mercredi dernier avec du duvet sur la tête…


Aujourd’hui le projet ne passe plus. Dos au mur, à court d’arguments, vous brandissez à la veille de ce débat 18 signatures de maires pro NDDL, tous issus de l’agglomération nantaise bien sûr.  Mais que faîtes vous des 460 signatures d’élus qui doutent de NDDL, à la veille des Régionales ?

 

Avant d’étaler Nantes jusqu’à Notre-Dame-Des-Landes,

 

Il est encore temps de changer d’avis et de renoncer courageusement à ce projet.

 

Alors SVP, mes chers collègues, étudiez les solutions alternatives qui vous sont proposées et organisez une audition de ces alternatives pour tout le conseil Municipal : non seulement elles optimisent et sécurisent Nantes Atlantique mais elles ouvrent aussi des possibilités de développement ferroviaire pour notre ville, notre département et notre région.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

 

 

 

Lire la suite
Lire la suite

Humour et détournement...

9 Octobre 2009 Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes




Je tiens à préciser que ce n'est pas moi qui ai fait ce montage, contrairement à l'information erronée publiée par Presse Océan. Nous avons trouvé cette image dans un panier de Bicloo à Nantes.
I. Loirat le 19 octobre 2009
Lire la suite

Aéroport NDDL : "Folie des grandeurs" selon les pilotes

6 Octobre 2009 Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

mardi 06 octobre 2009 Ouest France
« À Londres, le dixième aéroport du monde accueille 34 millions de voyageurs et n'a qu'une piste, comme à Nantes... ». Photo : Archives / Franck Dubray

« À Londres, le dixième aéroport du monde accueille 34 millions de voyageurs et n'a qu'une piste, comme à Nantes... ». Photo : Archives / Franck Dubray

Faut-il construire un aéroport tout neuf à Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes ? « Folie des grandeurs », pointent deux pilotes chevronnés. Ils survolent la métropole nantaise régulièrement.


Ces deux commandants de bord appartiennent à une compagnie aérienne basée à Nantes. L'un d'eux est représentant du personnel. Ils ont souhaité garder l'anonymat.



Que pensent les pilotes du projet d'aéroport à deux pistes parallèles envisagé à Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes ?

Ça ricane. On se moque des hommes politiques décidés à construire un projet pharaonique, un grand aéroport de l'Ouest à quatre millions de passagers, dans un contexte où, au mieux, hors crise, le trafic en Europe ne progresse que de 1 %. Contrairement à l'Asie, qui fait des scores à 5 % et plus.

Pourquoi ces moqueries ?

Parce qu'à Londres-Gatwick, le dixième aéroport du monde, qui accueille 34 millions de voyageurs, il n'y a qu'une piste, comme à Nantes, où on n'en a que 2,7 millions. Et ne parlons pas de Genève, où l'on n'a qu'une piste et du relief autour.

Que répondez-vous à ceux qui avancent le danger du survol de Nantes ?

Pourquoi cet argument aujourd'hui, alors qu'on survole Nantes depuis trente ans sans incident, hormis cette histoire de charter perdu (1) ? Lorsqu'on se pose à Londres, on longe la Tamise. On survole aussi Amsterdam, Paris, Toulouse...

Construire un nouvel aéroport, c'est quand même diminuer les risques, non ?

Si on veut dépenser des sommes folles pour cette seule raison du survol de Nantes, alors c'est légitime, car on ne peut, pour l'instant (mais la technique évolue vite), éviter la ville avant l'atterrissage.

Nous nous posons toutefois des questions : pourquoi ne nous permet-on pas de faire une approche à vue par beau temps ; ça éviterait de survoler toute la ville ? Pourquoi l'aéroport actuel ne s'est-il pas équipé d'un deuxième ILS, un instrument électronique très précis de navigation pour l'atterrissage, qui nous permettrait une approche de précision et une sécurité béton en survolant Nantes ?

Notre-Dame-des-Landes n'offre-t-il pas l'occasion de drainer une nouvelle clientèle dans l'Ouest et au-delà ?

Allons, ce n'est pas un nouvel aéroport qui nous donnera une liaison régulière Nantes-San Francisco ! On réduit la toile partout. Le trafic ne va pas redémarrer comme en 14... On n'est pas dans une crise passagère, comme celle de l'après-11 Septembre. Et on pourrait bien avoir Notre-Dame-des-Landes et les compagnies à bas coûts, comme Ryanair, ailleurs, car elles ne voudront pas payer les taxes aéroportuaires. Et que deviendra l'aéroport de Rennes avec cette concurrence nouvelle ? Et l'aéroport d'Angers, qui n'accueille même pas une seule compagnie aérienne régulière ?

Les deux pistes ne sont-elles pas une chance de développement économique ?

Deux pistes, c'est du délire ! Le trafic ne le justifie pas. Il y a plein d'endroits où les pistes moisissent. À Bordeaux, on n'utilise plus la deuxième piste. À Metz-Nancy, on a une piste magnifique créée il y a quinze ans, mais personne n'y va.

Et que répondez-vous aux riverains de Nantes-Atlantique qui souffrent du bruit et veulent le transfert ?

Les avions font du bruit. Mais il y aurait moins de problèmes si on n'avait pas laissé construire autour de Nantes-Atlantique. D'ailleurs, qui peut garantir que ça ne recommencera pas à Notre-Dame-des-Landes, où la pression foncière et immobilière se fait déjà sentir ? Pour l'heure, seules certitudes : on va gâcher un énorme espace agricole. Et ça va coûter très cher : 600 millions d'euros, un milliard, deux milliards... on ne sait pas. Mais pour quelle véritable utilité ?

Recueilli par Gaspard NORRITO.



(1) Les pilotes font allusion à l'incident du 21 mars 2004. Par mauvais temps, un avion avait fait un écart de trajectoire et s'était retrouvé très bas, avant de remettre brusquement les gaz.
Lire la suite

Mauvais comportements ou mauvais aménagements ?

5 Octobre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

Ouest France.fr le 5 octobre 2009

Beaucoup d'accidents impliquant les tramway sont dus à des mauvais comportements des piétons ou des automobilistes.

151 collisions impliquant le tramway à Nantes en 2008. Ce nombre est en diminution par rapport à 2007 (180) et la tendance à la baisse se poursuit en 2009. Mais l’année 2008 reste aussi marquée par deux accidents mortels de piétons. Pour éviter ces drames, la Semitan, la société qui gère les transports en commun à Nantes, multiplie les initiatives. Cette semaine, elle organise deux journées de prévention. Un village sécurité sera installé sur l’île Gloriette mercredi 7 octobre et des animations auront lieu samedi 10, cours des 50-Otages. Ce jour-là, quelques personnes pourront embarquer à bord de la cabine du conducteur pour tests de freinage. « À 30 km/h, il faut 40 m pour s’arrêter, soit la longueur d’un tramway », rappelle Alain Boeswillwald, le patron de la Semitan. Peut-être les usagers prendront-ils conscience du danger de traverser une voie de tramway sans regarder à droite ou à gauche et avec des écouteurs sur les oreilles. À ce sujet, la vidéo ci-jointe enregistrée à Michelet, près de la fac de sciences, vaut tous les commentaires.

« En matière d’accidentologie, nous sommes dans la moyenne française. Mais nous devons devenir exemplaires », insiste Alain Boeswillwald.

Outre les actions de prévention, menées ponctuellement ou tout au long de l’année dans les écoles, les collèges, les quartiers (un jeu Sécuri’Tan a été créé à cet effet), la Semitan a engagé des travaux pour améliorer la sécurité du réseau. Des poteaux ont déjà été déplacés. La signalisation a été revue. Certains feux rouges clignotants ont par exemple été doublés. Dernière initiative en la matière : neufs panneaux d’information vont être installés sur les grands axes d’entrée de l’agglomération pour rappeler qu’au feu rouge clignotant, l’arrêt doit être absolu. « Huit fois sur dix, les accidents sont dus à un mauvais comportement. »
Ouest France.


Et si on passait au vrai site propre pour le tram en adoptant le tram aérien (ou téléphérique) ?

Et oui le tram aérien n'est pas dans la circulation, il la surplombe. Une sortie par le haut, par les airs.

Avec le tram aérien, pas de risque d'accident avec les voitures, les piétons, les vélos etc...

Exit aussi les nombreux ralentissements des tramways en particulier aux heures de pointe lorsque les voies sont encombrées et que le tram est bien obligé d'attendre. Le tram aérien lui ne connaît pas les bouchons, il continue son chemin même si en bas tout est bouché et pollué.
C'est aussi moins de stress pour les conducteurs.

La vidéo sur le site de Ouest France a été tournée à la station Michelet à Nantes sur la ligne 2. Une station plus loin, à Saint Félix, une jeune femme est morte il y a quelques mois.
Je connais bien cet endroit, je vous l'ai même décrit dans un billet précédent qui s'appelait "aménagements cyclables : faudrait pas se dégonfler".  Il y a vraiment du boulot à faire pour revoir tous ces aménagements dangereux et pour inventer les transports du XXIè siècle.

Nous continuons notre travail pour convaincre le député maire de Nantes Jean-Marc Ayrault du bien fondé de ce transport par câble pour Nantes. Nous gardons, chevillée au corps, cette intuition qu'il fera entrer Nantes très bientôt dans le club des grandes villes qui ont franchi le pas.

A suivre.


Lire la suite

"A tout moment la Rue peut aussi dire Non" par Eiffel

5 Octobre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Musique

Modifié le 10 04 2016 pour mettre les liens à jour en pensant à #NuitDebout @nuitdebout

http://www.dailymotion.com/video/x9k6g3_a-tout-moment-la-rue_music


 



A tout moment la rue
par virgilebb

Je ne sais pas pour vous, mais moi, cette chanson me donne envie de bouger à chaque fois que je l'entends.
 

À chacun de nos souffles
Au moindre murmure des bas fonds
C'est dans l'air comme un chant qui s'étrangle
Que d'un pavé de fortune
Contre le tintamarre du pognon
À tout moment la rue peut aussi dire non (x2)

C'est un pincement de lèvres
Et la peur qui perle d'un front
La faune et la flore à cran en haillons
Et l'éclat de nos palpitants
Dans l'ombre du marteau pilon
À tout moment la rue peut aussi dire non (x2)

Non comme un oui
Aux arbres chevelus
À tout ce qui nous lie
Quand la nuit remue
Aux astres et aux déesses
Qui peuplent nos rêves
Et quand le peuple rêve
A tout moment la rue peut aussi dire...

Et si quelques points noirs
En cols blancs poivrent nos cieux
D'ondes occultes en tubes longs et creux
A bien compter le monde
Est x fois plus nombreux
Que ces trois cents familles qui sur la rue ont pignon
À tout moment elle peut aussi dire non
À tout moment elle peut aussi dire non

Comme un oui
Aux arbres chevelus
À tout ce qui nous lie
Quand la nuit remue
Aux astres et aux déesses
Qui peuplent nos rêves
Et quand le peuple rêve il aime
Disposer de lui même (x2)

Non comme un oui
Aux arbres chevelus
À toutes ces nuits qui nous lient
Et même si elles ont trop bu
C'est aux astres et aux déesses
Qui peuplent nos rêves
Et quand le peuple crève
À tout moment la rue peut aussi dire...

À chacun de nos souffles
Au moindre murmure des bas fonds
C'est dans l'air comme un chant qui s'étrangle
Que d'un pavé de fortune
Contre le tintamarre du pognon

À tout moment la rue peut aussi dire non...

Lire la suite

Nicolas Hulot et l'oligarchie, par Hervé Kempf

5 Octobre 2009 Publié dans #Ecologie Environnement

Chronique
Nicolas Hulot et l'oligarchie, par Hervé Kempf

Le film de Nicolas Hulot et Jean-Albert Lièvre, Le Syndrome du Titanic, sur les écrans le 7 octobre, dérangera. Ce documentaire écologiste ne montre presque pas de nature : rompant avec l'esthétique de carte postale habituelle en la matière, il se confronte à la dure réalité de la misère et de l'injustice. Il tente de dire, malaisément, que la dégradation vertigineuse de la biosphère est le résultat d'un ordre social devenu fou, et qui fait porter le poids de ses conséquences sur les faibles, les pauvres, les exploités.

Il répète que la clé de sortie de cette logique destructrice est dans la baisse de la consommation matérielle dans les pays riches. Gageons que ce discours, plus âpre que celui sur les "petits gestes pour la planète", recueillera un accueil mélangé.

Et si Nicolas Hulot allait commencer à déranger ?

La force du personnage est de rester populaire en allant à la pointe de ce que la société française - ou plus exactement le système médiatique qui donne accès à celle-ci - accepte d'entendre à un moment donné.

Depuis une dizaine d'années, il a ainsi fortifié et peu à peu durci son discours : alarmant d'abord sur l'ampleur du désastre écologique, il a ensuite cherché à impliquer les citoyens, puis a porté la question sur le terrain politique. Il arrive maintenant à montrer que l'écologie est d'abord un enjeu social, et critique - mais en termes encore très généraux - le "libéralisme".

Dans le commentaire habillant les images, il dit : "Je suis perdu." Perdu ? Ah ? Je lui téléphone pour comprendre. Il répond : "Je suis perdu parce que je ne comprends pas qu'il faille autant d'énergie pour placer des évidences auprès de nos élites. Des gens qui ont une intelligence parfois fulgurante ont des angles morts, c'est-à-dire qu'ils n'arrivent pas à comprendre que leur modèle économique ne tiendra pas."

C'est le problème de Nicolas Hulot, et donc notre problème : il croit que l'action politique est aujourd'hui inspirée par la recherche du bien commun. Mais il oublie la force des intérêts : l'intérêt individuel et l'intérêt de classe. Ce qu'Hulot appelle les élites, c'est aujourd'hui une oligarchie. Elle ne veut pas entendre l'évidence de la crise écologique et de la désagrégation sociale, parce que le but principal de l'oligarchie est de maintenir ses intérêts et ses privilèges. Elle ne s'intéresse au bien commun que pour autant que cela ne remet pas en cause sa position.

Quand on est gentil, il est difficile d'assimiler le fait que les autres ne sont pas tous gentils. Nicolas Hulot est au bord de le faire, et surtout d'en tirer les conséquences. Soit : ne plus parler vaguement du "libéralisme", mais porter le couteau dans la chair des égoïsmes de classe. Il peut le faire. Mais il sait qu'alors, tout soudain, nombre de médias et de puissances plus discrètes lui trouveraient beaucoup de défauts.

Hervé Kempf

kempf@lemonde.fr

Lire la suite

Réunion CAP 21 44 Mardi 6 octobre 2009

4 Octobre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Déchets

 

 

REUNION CAP 21 44

Mardi 6 octobre 2009 A 20 h 30

Ordre du jour 

 

 

-         LA METHANISATION DES DECHETS. Intervenant Vincent BONNY. Information simple pour les militants. « C’est quoi la méthanisation ? La production d’énergie comme nouvelle activité pour les agriculteurs ? Méthaniser en ville ? (30 à 45 mn)

 

-         CET (Centre d’enfouissement Technique) à MALVILLE / SAVENAY. Compte Rendu de la rencontre avec l’association LA ROUE ARRIERE. Antoine RIOT

 

-         CAP 21 44 Site en construction. A.RIOT

 

-         Actualité du dossier NDDL (débat au Conseil municipal, Collectif des élus)et proposition d’adhésion de Cap 21 44 à l’ACIPA. I.LOIRAT et Luc VERSTRAETE 

     
 

-    COPENHAGUE 2009 et

- Campagne NoPib Le climat change Changeons d' indicateurs 

 

-   Compte –Rendu de la réunion Cap 21 du samedi 26 octobre à Paris et bien sûr Point sur les élections régionales pour terminer par un joyeux débat !

 

 

 

Lieu : Permanence du

 84 Rue des Hauts Pavés 44000 NANTES

Tram : Félix Faure (ligne 3) et Bus 51

 

Contact : isabelleloirat@orange.fr 

Lire la suite
<< < 1 2 3 > >>