Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

NDDL : "le transfert de l'aéroport est une erreur" pour le patron d'Air Caraïbes

30 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

"FUTUR AEROPORT. Pour le patron d'Air Caraïbes, le transfert de l'aéroport est une erreur"

 

"Jean-Paul Dubreuil doute." Presse Océan 30 04 2013. logo presse ocean

 

L'ancien patron de Régional estime que le transfert de l'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes est une erreur.

 

Jean-Paul-Dubreuil-doute-transfert-aeroport-est-une-erreur.jpgAlors que le débat reste vif autour du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, Jean-Paul Dubreuil ne cache pas son scepticisme.

 

" Je pense qu'on est parti sur une mauvaise analyse"

 

Son avis, qu'il reconnaît "atypique", est celui d"un professionnel reconnu : créateur de Régional Air Lines (revendu à Air France) puis d'Air Caraïbes, qui fait de lui le troisième opérateur français, le Vendéen a su imposer son nom dans le domaine du transport aérien. "On parlait déjà du déménagement de l'aéroport de Nantes vers Notre-Dame-Des-Landes au début des années 1990. Je pense qu'on est parti sur une mauvaise analyse, qu'on ne l'a pas réactualisée et surtout qu'on n'y a pas associé les professionnels de l'aviation. A l'époque, l'aéroport de Nantes connaissait, c'est vrai, une croissance à deux chiffres, mais on n'a pas vu que le métier a considérablement évolué : les compagnies majeures ont constitué des hubs, c'est-à-dire, des plateformes de correspondance à Paris, Bruxelles, Frankfort. Parrallèlement, sur le moyen-courrier, les low-cost ont pris l'avantage et changé la donne". Pour Jean-Paul Dubreuil, "c'est une erreur de quitter l'actuelle plateforme : sa proximité par rapport à l'agglomération de Nantes et par rapport au Sud-Loire est un atout qu'on ne retrouvera pas après le transfert. Notre-Dame-Des-Landes sera un aéroport d'intérêt européen, point. On aura les mêmes destinations qu'aujourd'hui, il n'est plus question d'en faire le troisième aéroport français". Le patron vendéen observe aussi que Rennes gardera son propre aéroport. "

Presse Océan 30 04 2013 page 8.

http://www.presseocean.fr/actualite/nddl-la-patron-dair-caraibes-sceptique-sur-le-projet-du-nouvel-aeroport-30-04-2013-63898 

 

 

http://www.franceinfo.fr/transports/chroniques-du-ciel/jean-paul-dubreuil-de-la-grande-distribution-a-l-aviation-908755-2013-03-03

 

Biographie http://www.fxgpariscaraibe.com/article-jean-paul-dubreuil-la-biographie-officielle-115549927.html

 

 http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=29361

 

« Jean-Paul Dubreuil, qui connaît le sujet, nous dit que c'est une grave erreur. L'étude réalisée il y a dix ans est dépassée et contredite par les bouleversements qui se produisent dans le transport, notamment avec le TGV. » http://acipa.presse.free.fr/Articles/mv20041127-1.htm

 

 

Lire la suite

"Baisses significatives du trafic aérien dans tous les aéroports européens" selon la DGAC (carte)

30 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes


Voici (un lien vers ) une carte européenne plus transparente que tous les discours sur la croissance du trafic aérien dans l'îlot nantais pour justifier la construction d'un aéroport à Notre-Dame-Des-Landes.


 


"Tableau de bord Février 2013. Tendance. Des baisses significatives du trafic aérien dans tous les aéroport européens. Seul l'aéroport de Toulouse affiche une légère évolution
positive par rapport à février 2012. " Source DGAC 2013 Aviation civile.


http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGAC_Aviation_Civile_366-.pdf (carte page 4) 


 





Et les tendances sont ainsi depuis 2008, sauf peut-être en Chine ou dans certaines monarchies pétrolières. Drôle de pays anormal que la France dont les deux derniers Premiers ministres Fillon et Ayrault, issus de la même région administrative des Pays de la Loire, ont tous deux pris la décision de réaliser le vieux projet de leurs prédécesseurs. Après on s'étonne que la France ne s'en sorte pas. Tant que ce type de projet aberrant sera maintenu, c'est que la prise de conscience
d'un monde en mutation n'a pas eu lieu.         




               
 


http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DGAC_Aviation_Civile_366-.pdf


  


       

modifié 10 09 2013

Lire la suite

Et un beau jour d'avril 2013 les forces de l'ordre se retirèrent de Notre-Dame-Des-Landes

20 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

 

http://www.leparisien.fr/nantes-44000/notre-dame-des-landes-le-gendarmes-quittent-la-zone-de-l-aeroport-20-04-2013-2743835.php (20 04 2013) "Dans la nuit de vendredi à samedi, ils sont définitivement partis de la zone du futur aéroport du Grand-Ouest, où ils étaient postés en permanence depuis fin 2012"

 

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/notre-dame-des-landes-les-gendarmes-se-retirent_1242705.html?xtor=EPR-583-[XPR_Alerte_Info_Actif]-20130420--6187626@240886195-20130420101221 (20 04 2013) "Les gendarmes sont partis dans la nuit. On revient à un régime normal de présence de gendarmerie comme sur le reste du département", a déclaré un haut responsable de la préfecture, confirmant des témoignages donnés par des opposants à l'aéroport. L'Etat souhaite par ce geste calmer le jeu dix jours après la publication des rapports de trois commissions qui ont préconisé des études complémentaires avant le lancement des travaux. 

 

http://www.europe1.fr/France/ND-des-Landes-les-gendarmes-se-sont-retires-1489457/ (20 04 2013)

 

http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/461718/n-d-des-landes-les-gendarmes-se-retirent-de-la-zone-du-projet-d-aeroport.html (20 04 2013) et AFP

 

http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=29888&title=Retrait%20partiel%20des%20forces%20de%20police%20%C3%A0%20Notre-Dame-des-Landes (20 04 2013) "Il paraît évident que depuis la grande manifestation du 23 novembre, le gouvernement a adopté une sorte de tactique de retraite apparente, appelée communément «tactique de l'édredon»."

 

http://www.presseocean.fr/actualite/les-gendarmes-se-retirent-de-la-zone-du-projet-daeroport-20-04-2013-63198 (20 04 2013) 

 

"Notre-Dame-Des-Landes : les gendarmes se retirent de la Zad" http://www.reporterre.net/spip.php?article4143 (20 04 2013)

 

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/notre-dame-des-landes-retrait-des-gendarmes-l-etat-fait-un-geste-20-04-2013-2077845.php (20 04 2013) "L'information se dessinait depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux sous la forme de témoignages postés notamment sur Facebook. Elle est donc confirmée."

 

http://www.liberation.fr/societe/2013/04/20/notre-dame-des-landes-les-gendarmes-se-retirent-de-la-zone_897632?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter (20 04 2013)

 

"Alors César, tu patauges tellement à la ZAD de NDDL que tu retires tes légions ??" Lu sur Facebook sur le mur de Non à l'aéroport NDDL https://www.facebook.com/nonaeroportNotreDamedesLandes

 

Et pour finir  la meilleure photo de la semaine trouvée sur les réseaux sociaux, le combi de JMA (vu et revu partout) revisité par les opposants, le combi de JMA après "la traversée de la Zad"  le combi de JMA revisité par NDDL(photomontage)

Lire la suite

NDDL : Coup dur porté par le Comité National de Protection de la Nature

20 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Le Conseil National de Protection de la Nature fait siennes les réserves des experts scientifiques et ne donne pas son feu vert au projet d'aéroport tel qu'il a été conçu. Le CNPN est un organe officiel.

 

CNPN : Le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) créé en 1978, est une institution rattachée au ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer français, chargée d'étudier et de donner un avis sur les projets et textes législatifs ou réglementaires concernant la préservation des espèces sauvages et des espaces naturels, notamment la création de réserves naturelles.

La réglementation précise les cas où le CNPN doit être consulté, par exemple lorsque des arrêtés interministériels peuvent avoir des conséquences sur la faune et la flore sauvage.

Missions du CNPN :

- donne des avis au ministre sur les moyens de :

- préserver et restaurer la diversité de la flore et de la faune sauvages et des habitats naturels ;

- assurer la protection des espaces naturels et le maintien des équilibres biologiques auxquels ils participent, notamment en matière de parcs nationaux, parcs naturels régionaux et réserves naturelles, et dans les sites d'importance communautaire ;

- étudie les mesures législatives et réglementaires et les travaux scientifiques afférents à ces objets."

   (wikipedia) 

 

Voici le communiqué du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) :

 

 

Communiqué du Comité permanent du Conseil National de Protection de la Nature.

 

 

 

MINISTERE DE L'ECOLOGIE

 

DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 

ET DE L'ENERGIE

 

CONSEIL NATIONAL DE LA

 

PROTECTION DE LA NATURE

 

DIRECTION DE L'EAU

 

ET DE LA BIODIVERSITE

 

 

 

COMITE PERMANENT

 

REUNION DU 10 AVRIL 2013

 

MOTION SUR LE PROJET AEROPORTUAIRE DE NOTRE DAME DES LANDES

 

Le comité permanent du CNPN réuni le 10 avril 2013 a pris connaissance du "Rapport du collège d'experts scientifiques relatif à l'évaluation de la méthode de compensation des incidences sur les zones humides", concernant le projet de réalisation de la plate forme aéroportuaire et de la desserte routière de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, publié le 9 avril 2013.
Le comité permanent rappelle qu'il a examiné le dossier de dérogation à la protection stricte des espèces protégées pour ce projet, le 5 juillet 2012, sans avoir pu bénéficier au préalable du rapport de l’ONEMA sur l’eau et les zones humides.

Le comité permanent :

- Fait sienne les douze réserves présentées* dans le rapport et demande que celles-ci soient effectivement prises en compte par les maîtres d’ouvrage,

- Recommande, conformément à ce rapport, la réalisation de compléments à l’état initial sur une période d’au moins deux années, et, en toute logique, l'examen des mesures compensatoires sur la base d'un état initial complet et actualisé ;

- Soutient la proposition du collège d’une réflexion plus approfondie, pilotée par le ministère chargé de l’environnement, sur les modalités de la compensation relative aux zones humides en France ;

- Relève le manque de justifications et l'inopérance de la méthode pour déterminer les mesures compensatoires, et sa non validation par le collège d'experts ;

- Rappelle que la même méthode a servi à déterminer les mesures compensatoires aux demandes de dérogations à la protection stricte des espèces, qu'il a examinées le 5 juillet 2012, et pour laquelle il aurait souhaité une évaluation préalable de sa pertinence et de sa réponse aux enjeux de conservation (cf avis du CP du 5 juillet 2012) ;

- Considère, en termes de cohérence, que les demandes de dérogations qu'il a examinées doivent être revues avec la nouvelle méthode validée ;

Eu égard aux constats dressés et à l'expérience acquise pour les procédures d'instruction des projets d'aménagement du territoire, le comité permanent du CNPN demande à l'Etat, dans le cadre du projet de loi cadre biodiversité, de revoir la procédure d'instruction des projets d'aménagement du territoire, afin d'instaurer l'indispensable articulation entre les dispositifs en place (étude d'impact, dérogation espèces protégées, incidences loi sur l’eau, fouilles archéologiques, enquête publique, ….), et le calendrier de réalisation des projets.

   

Jean-Claude LEFEUVRE
Président du comité permanent CNPN

 

(*) Liste des réserves :

 

R1. Non adéquation de la méthode avec la disposition 8B2 du SDAGE Loire-Bretagne.

 

R2. Excessive complexité de la méthode utilisée.

 

R3. Nature et valeurs des coefficients de compensation injustifiés.

 

R4. Risque d’échec prévisible des mesures de compensation proposées et délai excessif de l’efficacité de leur mise en œuvre.

 

R5. Analyse non pertinente de la qualité physico-chimique des eaux et de la fonction biogéochimique des zones humides.

 

R6. Analyse insuffisante du fonctionnement hydrologique quantitatif.

 

R7. Importance sous-estimée du ralentissement des crues.

 

R8. Caractérisation initiale insuffisante de la biodiversité.

 

R9. Difficulté d’appréciation et incertitudes sur la faisabilité des mesures de génie écologique.

 

R10. Incertitudes sur la mise en œuvre des mesures de compensation

 

R11. Insuffisance de l’engagement formel des maîtres d’ouvrage à l’obligation de résultat.

 

R12. Absence de suivi satisfaisant des mesures de compensation.

 

 

 

Lien vers le communiqué du CNPN : 2013-04-10 CNPN - CP - Motion expertise NDDL & procédure projets - VF.pdf

 

 

"Biodiversité : le CNPN demande à l'Etat de revoir la procédure d'instruction des projets d'aménagement"  Actu-Environnement 18 / 04 / 2013

 

 

« Eu égard aux constats dressés et à l'expérience acquise pour les procédures d'instruction des projets d'aménagement du territoire, le comité permanent du CNPN [Conseil national de la protection de la nature] demande à l'Etat, dans le cadre du projet de loi cadre biodiversité, de revoir la procédure d'instruction des projets d'aménagement du territoire, afin d'instaurer l'indispensable articulation entre les dispositifs en place (étude d'impact, dérogation espèces protégées, incidences loi sur l'eau, fouilles archéologiques, enquête publique, ….), et le calendrier de réalisation des projets". C'est la conclusion de la motion adoptée par le comité permanent du CNPN, au lendemain de la publication du rapport du collège d'experts scientifiques nommé pour évaluer la méthode de compensation des incidences sur les zones humides, prévue dans le cadre du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

 

Concernant le projet aéroportuaire, le comité permanent "fait sienne les douze réserves présentées dans le rapport et demande que celles-ci soient effectivement prises en compte par les maîtres d'ouvrage" et recommande  "conformément à ce rapport, la réalisation de compléments à l'état initial sur une période d'au moins deux années, et, en toute logique, l'examen des mesures compensatoires sur la base d'un état initial complet et actualisé".

 

Pour rappel, les scientifiques ont estimé que la méthode envisagée par le maître d'ouvrage était incompatible avec les dispositions du SDAGE Loire-Bretagne, trop complexe pour être comprise par les citoyens, incomplète car ne prenant pas en compte le risque d'échec et les responsabilités associées, et basée sur des coefficients de compensation insuffisamment justifiés…

 

Le comité permanent du CNPN se range donc du côté du collège d'experts qui recommandait l'organisation d'une réflexion plus approfondie, pilotée par le ministère chargé de l'environnement, sur les modalités de la compensation relative aux zones humides en France. »

 

Sophie Fabrégat Actu-Environnement (18 04 2013)

http://www.actu-environnement.com/ae/news/biodiversite-amenagement-territoire-infrastructures-nddl-cnpn-18321.php4

 

 

"Dorian Piette, militant EELV, titulaire d’un master en droit de l’environnement et professeur de droit à Nantes, nous précise « si la loi sur l’eau est appliquée, le projet coule. Parce que s’il est réformé pour tenir compte du droit de l’eau, c’est deux ans de retard, alors que la concession prévoit que l’aéroport doit ouvrir en 2018 au plus tard ». L’Union Européenne ne permet pas de porter atteinte au principe de la compensation quantitative des zones humides (autant de surfaces recrées que de surfaces enlevées) et que sa vision influence celle des tribunaux." http://breizhjournal.wordpress.com/2012/11/22/laeroport-de-notre-dame-des-landes-est-illegal/ (22 11 2012)

 

 

Lien vers le communiqué du CNPN : 2013-04-10 CNPN - CP - Motion expertise NDDL & procédure projets - VF.pdf

 



http://naturalistesenlutte.overblog.com/le-comit%C3%A9-permanent-du-cnpn-donne-le-coup-de-gr%C3%A2ce-cnpn

 

http://breizhjournal.wordpress.com/2013/04/16/aeroport-de-notre-dame-des-landes-le-cnpn-enterre-le-projet/  (16 04 2013)



http://breizhjournal.wordpress.com/2012/11/22/laeroport-de-notre-dame-des-landes-est-illegal/ (22 11 2012)

 

Lire la suite

07 NDDL est-il bien conforme au droit européen ?

20 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 
 
     
"La question est posée depuis que plusieurs associations ont saisi la Commission européenne et le Parlement européen. La Commission de Bruxelles a demandé à la France de fournir des explications ; sa réponse est analysée en ce moment.           

 

Parmi les arguments avancés, on reproche au projet de ne pas avoir respecté la Directive sur l'eau. Les zones humides artificielles devraient être deux fois plus étendues que ce qui est prévu (3200 hectares au lieu de 1600). En lien avec l'insuffisance de ces zones humides, on s'interroge sur le risque de disparition d'espéces protégées par la législation européenne.

D'ici à la mi-juin, la Commission européenne rendra un avis sur la conformité du projet de Notre-Dame des Landes au Droit européen. Elle peut demander un complément d'informations, conclure qu'il n'y a pas de violations ou au contraire que le Droit n'a pas été respecté. Dans ce cas, elle invitera la France à régulariser la situation. Si la France ne faisait rien, elle pourrait être poursuivie devant la Cour européenne de Justice.

Au Parlement européen, la Commission des Pétitions suit le dossier ; les eurodéputés attendent la réponse de la Commission européenne et lui demanderont d'envoyer des parlementaires sur le terrain, en Loire-Atlantique. "

                

 

     
         
"Les projets de construction ne sont pas seulement soumis à des obligations nationales, ils doivent aussi respecter des règles européennes.
Plusieurs associations estiment que l'aéroport Notre-Dame-Des-Landes, tel qu'il est conçu aujourd'hui n'est pas en conformité avec le droit européen. Le parlement de Strasbourg a été saisi et la question est actuellement examinée par les eurodéputés éputés européens qui siègent à la commission des pétitions. Une autre procédure est en cours à Bruxelles, la commission européenne a demandé à la France de démontrer que NDDL respecterait bien les directives européennes."
 
"Les infractions concerneraient d'abord l'environnement selon Sandrine Bélier, députée au parlement européen et membre du groupe des Verts :
" On a 1 600 hectares de zones humides qui seraient artificialisés et aujourd'hui la réglementation impose de compenser au double, c'est-à-dire que vous supprimez un hectare de zone humide, vous devez en recréer et protéger deux hectares. Et c'est matériellement impossible, il y a une trentaine d'espèces d'intérêt communautaire, espèces animales et végétales, donc particulièrement menacées à l'échelle de l'Union européenne et qui bénéficient donc d'une protection qui aujourd'hui avec ce projet d'aéroport sont menacées de destruction, de perturbations, notamment une espèce de triton, le triton crêté qui vit dans un milieu naturel de zones humides, si on détruit son habitat, on entraîne la disparition de l' espèce. Vous savez, le dossier NDDL est un vieux projet de quarante ans. Quand on a consulté le public, cela a été morcelé dans le temps. On a un texte européen qui s'appelle la Directive Plan et Projets qui demande qu'on présente le projet dans son ensemble pour que les citoyens puissent vraiment mesurer l'impact global. Les études semblent obsolètes, envisager ce projet supposerait de reprendre l'ensemble de la procédure d'évaluation et d'étude d'impact et de relancer des enquêtes publiques".
 
"Sur tous ces points, la France a donné  explications et sa réponse est en cours d'examination par la commission européenne qui devrait rendre son avis dans les six semaines. Bruxelles dira si les directives sont respectées ou non, elle pourrait alors demander une modification du projet avant l'ouverture du chantier".
France Info 20 04 2013
 
 
A lire sur Médiapart , l'article de Jade LINDGAARD: "NDDL la réponse de la France à Bruxelles" (18 04 2013).
 
Extraits :
 
"La France a adressé à la Commission européenne ses réponses aux questions de Bruxelles concernant le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, dans un document de 25 pages remis le 4 avril que Mediapart s’est procuré et publie.
 
Ainsi, interrogée spécifiquement sur la conservation de la faune et de la flore sauvage présentes sur la zone d’aménagement, et sur les mesures de compensation prévues pour chaque espèce (p. 24), la France ne détaille aucune méthode compensatoire. Elle se contente de renvoyer aux dossiers de demande de dérogation de destruction d’habitat d’espèces protégées. Si elle communique les réserves du conseil national pour la protection de la nature, elle explique que « ces réserves ont été traduites en prescriptions applicables » aux mesures « qui seront intégrées aux arrêtés préfectoraux accordant cette dérogation »
 
Pourtant à ce jour, personne ne sait en réalité comment compenser la destruction prévue de l’écosystème. Le collège d’experts scientifiques spécialistes du sujet à qui le gouvernement a commandé un rapport vient en effet d’invalider la méthode envisagée, et considère que pour que le projet se poursuive, ces réserves « devraient être levées ». Les experts lui reprochent ses insuffisances, sa faible traçabilité, sa mauvaise intelligibilité et sa non-prise en compte du risque d’échec. Le Conseil national de protection de la nature a fait siennes leurs réserves.
 
Sur plusieurs autres points, la réponse du gouvernement français ignore l’analyse et les propositions de la commission de dialogue, qui a rendu son rapport le 9 avril. Ainsi, elle conclut à « l’impossibilité de mettre en œuvre des scénarios alternatifs » en conservant l’aéroport actuel, Nantes-Atlantique. Alors que les rapporteurs de la commission de dialogue recommandent « que les services de l’État approfondissent l’évaluation des coûts de réaménagement de Nantes-Atlantique avec maintien de la piste actuelle ou avec création d’une piste transversale ». Leur souhait est de « mettre un terme à une polémique inutile ». Visiblement, les services de l’État ont déjà tiré leurs propres conclusions.
 
La commission n’a pas encore réagi à la réponse française, et se donne dix semaines pour le faire, le même délai dont la France a bénéficié pour répondre à Bruxelles. De son côté, la commission des pétitions du parlement européen envisage d’envoyer une délégation de députés sur place pour vérifier si le transfert de l’actuelle installation vers la zone déclarée d’utilité publique est bien conforme au droit européen.
 
 
     

Bonne nouvelle ! Tandis que je rédige ce billet, j'entends que les forces de l'ordre se seraient retirées de NDDL ce matin. L'Express 20 04 2014

 

"La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé ce samedi le retrait des gendarmes de la zone du projet d'aéroport. Ils l'occupaient depuis fin 2012 face aux opposants. Les gendarmes se sont retirés pendant la nuit de la zone du projet d'aéroport nantais, où ils étaient présents depuis fin 2012 face aux opposants. Une information d'abord donnée par des militants hostiles au projet puis confirée ce samedi par la préfecture de Loire-Atlantique. "Les gendarmes sont partis dans la nuit. On revient à un régime normal de présence de gendarmerie comme sur le reste du département", a déclaré un haut responsable de la préfecture, confirmant des témoignages donnés par des opposants à l'aéroport." http://www.lexpress.fr/actualite/societe/notre-dame-des-landes-les-gendarmes-se-retirent_1242705.html?xtor=EPR-583-[XPR_Alerte_Info_Actif]-20130420--6187626@240886195-20130420101221

     
Lire la suite

2 projets de téléphérique en une semaine ! Marseille et Bordeaux

19 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

A peine le temps de partager le projet de téléphérique à Bordeaux que déjà un autre surgit à Marseille !

 

"En mairie, on pense sérieusement à ce mode de transport. Il succéderait à l'ascenseur abandonné dans les années 60. 

« Marseille : et si on lançait un téléphérique vers la Bonne Mère ? » La Provence 19 04 2013

 

Les gabians* ne seront peut-être plus les seuls à survoler le centre-ville après 2014. Un énorme oiseau métallique, moins bruyant et encore moins polluant, pourrait les rejoindre entre le Vieux-Port et la Bonne Mère, au lendemain des élections. Un téléphérique.

L'idée fait son chemin au sein de la majorité municipale. De son côté, Eugène Caselli, patron PS de MPM, ne la rejette pas. Alors quand on sait que droite et gauche travaillent souvent main dans la main, on se dit que le grand oiseau urbain a peut-être un avenir.

Mais quel intérêt ? Yves Moraine (UMP), président du groupe de la majorité municipale, explique : "La fréquentation des bus touristiques est devenue insupportable. J'ai eu l'occasion d'en parler avec les CIQ de Vauban et d'André-Aune qui veulent qu'on facilite la circulation et qu'on améliore leur quotidien.Puis, avec un téléphérique, on développerait un outil attractif pour les touristes. Enfin, ce serait une signature urbaine du nouveau Marseille".

Pour le peuple, pas pour les touristes

Au CIQ Puget-Aune, Claudie Payot s'aligne sans hésiter sur la position de l'élu : "Il y a une telle concentration de cars sur la colline que ce téléphérique serait le bienvenu. Encore faudra-t-il que les gens acceptent de le voir passer au-dessus de leur tête".

Mais qui s'en plaint dans les grandes villes où il a été installé ? À Rio, où il permet de rejoindre le Pain de Sucre, il est un outil touristique incontournable. Barcelone a le sien, qui hisse les visiteurs jusqu'au sommet de Montjuic.

Un transport non polluant, et un projet peu coûteux

Et les grandes capitales sud-américaines l'utilisent même pour désenclaver certains quartiers, autrement dit pour le peuple et pas pour les touristes. Non polluant, un téléphérique, qui peut embarquer près de 8 000 personnes à l'heure, aurait également un avantage : son coût, autour de 15 M€.

Reste à savoir d'où le faire partir. En mairie, on a évidemment planché sur la question. On est loin d'avoir tranché mais Yves Moraine voit déjà deux sites : "Il y a d'abord la possibilité a minima : le stade Tellène. On pourrait creuser un parking pour bus dessous et faire partir le téléphérique de cet endroit. Il y a une solution plus ambitieuse : partir du Vieux-Port, pourquoi pas du glacis que l'on doit aménager côté quai de Rive-Neuve, ou alors du fort d'Entrecasteaux, à côté".

Le téléphérique traverserait ainsi la Corderie et les hauteurs du 7e. Dans le livre 365 Marseillais rêvent leur ville (1), on est encore plus ambitieux. Interrogé, Loïc Fauchille (hôtellerie de chaîne) imagine un téléphérique prenant son élan de l'église Saint-Laurent et se posant sur la colline de la Bonne Mère, après avoir traversé le Vieux-Port. La preuve que s'il ne connaît pas encore sa route, ce téléphérique a de sérieux partisans.

(1) Par Bernard Tarazzi, éditions Pierres et Terres en Provence.


Il y a 50 ans : Quand l'ascenseur desservait la basilique

L'idée d'un téléphérique n'est pas si novatrice. Il y a encore un demi-siècle, la Bonne Mère était accessible par un ascenseur, qui partait de l'extrémité de la rue Dragon. Un ascenseur construit à partir de 1890, dont le fonctionnement reposait sur un système de remplissage hydraulique. Deux cabines, qui pouvaient transporter jusqu'à 15 000 personnes par jour, circulaient sur des rails. Pendant que l'une descendait, l'autre montait sur une pente d'environ 80 mètres. Tout en haut, une longue passerelle permettait d'accéder à la basilique.

Et ce mode de transport, bien que bruyant, allait remporter un grand succès au début du siècle dernier. Malheureusement, l'automobile allait gagner peu à peu du terrain. Comme les 200 kilomètres de tramway, l'ascenseur de la Bonne Mère allait être abandonné, victime de la reine voiture. Le dernier voyage se fera à la fin des années 60. Depuis, la RTM ainsi que... le petit train permettent d'accéder à Notre-Dame-de-la-Garde qui souffre d'un trafic auto de plus en plus intense. À quand le retour en arrière ?

Gabians* (oiseaux) : http://www.laprovence.com/article/actualites/1257688/marseille-ces-gabians-qui-se-cachent-pour-mourir.html


Les 3 questions à Jacques Bouchet, recteur de la basilique : "Oui, si ça permet de libérer l'espace"

Il y a la procession des fidèles. Et il y a forcément la procession des cars vers la Bonne Mère où les flux ne sont pas toujours faciles à gérer. Forcément, Jacques Bouchet, recteur de la basilique, accorde de l'intérêt à l'idée d'un transport aérien.

1. Un téléphérique pour rejoindre la Bonne Mère. Que vous inspire cette idée ?

Jacques Bouchet : C'est une idée parmi d'autres. On avait déjà parlé d'un funiculaire, maintenant d'un téléphérique. Je vous avoue ne pas être compétent mais tout ce qui peut faciliter l'accès à Notre-Dame-de-la-Garde mérite d'être étudié. Si cela permet d'éviter le va-et-vient permanent des voitures et des autocars, je dis qu'il faut se pencher sur cette idée. Aujourd'hui, on semble le faire sérieusement et c'est une bonne chose.

2. On dit qu'il y a un gros problème de circulation autour de Notre-Dame-de-la-Garde. Le constatez-vous, vous aussi ?

J.B : Le problème existe, c'est vrai. Les cars empruntent des rues étroites, ce qui n'est pas facile. Il faut reconnaître que si les gens se garaient mieux, l'accès à la basilique en serait facilité. Mais plus on libérera de l'espace, plus on permettra à tous les visiteurs d'utiliser les esplanades, mieux ce sera.

3. L'idée d'un téléphérique semble d'autant plus intéressante que Notre-Dame-de-la-Garde a de plus en plus de succès au fil des années ?

J.B : C'est vrai. Il y a une montée en puissance des visites. Nos pointages nous permettent de dire que la basilique attire environ deux millions de visiteurs par an. Les pics de fréquentation se produisent en été, notamment autour du 15 août (environ 300 000 visiteurs en août, ndlr).

En fait, il y a du monde dès que des vacances arrivent. On rencontre alors beaucoup de familles avec des enfants. Puis avec les croisières, on a un autre type de touristes qui sont notamment d'origine italienne. Mais il y a beaucoup d'Espagnols, de Russes, de Japonais, de Chinois et de plus en plus de Sud-Coréens."

 

Pour lire l'article sur La Provence

Jean-Jacques Fiorit - La Provence

http://www.laprovence.com/article/actualites/2314494/marseille-et-si-on-lancait-un-telepherique-vers-la-bonne-mere.html

 

Lire la suite

BORDEAUX : un téléphérique pour relier la gare à l'aéroport ?

17 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

En voilà une bonne nouvelle ! Après Brest et Toulouse, Bordeaux lance l'idée d'un téléphérique pour relier la gare et l'aéroport de Mérignac.

 

Dossier très intéressant où il est question de d'aéroport et de ses dessertes,  de tram, bus, transport par câble / téléphérique / aérotram, de gare et d'arrivée de la LGV.

 

Après le match Toulouse - Nantes gagné 2-0 par Toulouse qui préfère conserver son aéroport plutôt que d'en construire un autre et a déjà lancé son projet de téléphérique sur la Garonne, comment ne pas comparer Bordeaux et Nantes ? Nantes où nos élites locales ont trouvé un compromis  pour NE PAS desservir de manière performante le projet d'aéroport-parking à Notre-Dame-Des-Landes : bus ou tram-train (toujours pas financé, rajouter entre 150 et 200 Millions au projet d'aéroport annoncé à moins de 600 M hors dépassement de coûts) et une hypothétique liaison rapide ou LGV Rennes-Nantes alors qu'on n'est même pas capable de faire une simple liaison directe rapide en TER entre Rennes et Nantes.

 

Voyez la différence entre toutes ces villes de l'Ouest, celles qui passent au transport urbain par câble (Brest, Toulouse, Bordeaux), celles qui préparent l'arrivée de la LGV (Rennes, Bordeaux), et Nantes, maintenant à la traîne,  qui n'en finit pas d'accoucher dans la douleur de son aéroport controversé, n'arrive pas à se décider pour le téléphérique sur la Loire mais en récupère quand même l'image pour sa com', fait des tram -train là où il faudrait un TER etc. Cf. mauvaix choix de matériel, commande de matériel  avant enquête publique pour plus de 30 M  

 

 

 

"Un téléphérique pour desservir l'aéroport ? " Direct Matin Bordeaux 7

 

"Le maire de Mérignac Michel Sainte-Marie a fait une proposition étonnante hier, en marge de la cérémonie de soudure du premier rail de l’extension du tram sur sa commune : pourquoi ne pas imaginer de relier l’aéroport en «aérotram» ? 

 

 

"Brest et Toulouse ont opté pour le téléphérique"
 

"Fantaisiste ? Pas forcément : à Brest les études ont commencé pour un téléphérique urbain pour franchir la rivière qui traverse la ville (mise en service prévue en 2015). A Toulouse, un «aérotram» (la même chose sous un nom plus moderne) est à l’étude pour relier directement plusieurs pôles de l’agglomération.
«Ce système moderne, performant, silencieux, à coût moindre, pourrait s’inscrire dans un paysage urbain en pleine mutation, estime Michel Sainte-Marie. Un tel matériel de haute technologie serait une belle vitrine pour la porte d’entrée de l’agglomération. Un tel système permettrait d’adapter sa fréquence et sa capacité aux flux variables d’usagers de la zone aéroportuaire et hôtelière.»
Le maire de Mérignac, qui n’a établi aucun chiffrage ni étudié la faisabilité concrète de l’opération, estime toutefois que cette alternative au duo bus/tram vaut la peine d’être envisagée. Et demande aux services de la CUB de s’y pencher." http://www.bordeaux7.com/bordeaux-actu/4603-transports (12 04 2013)

 

 

 

" Et si un téléphérique urbain reliait l'aéroport de Bordeaux-Mérignac au Tramway ?" France 3 Aquitaine (12 04 2013) 

 

"Le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie, propose la construction d'un téléphérique urbain pour relier l'aéroport au terminus de la ligne A du tramway

La question de la desserte de l'aéroport par les transports en commun n'est pas un sujet récent.

Mais en cette période de contrainte budgétaire, la décision n'a pas encore été arrêtée : bus sur un site réservé ou tram ? Hier le maire de Mérignac a proposé une autre solution, qui n'a jamais vraiment été évoquée jusqu'ici : la construction d'un "aérotram".

 

Photo Exemple d'un téléphérique urbain en fonctionnement, au Brésil

http://aquitaine.france3.fr/2013/04/12/un-telepherique-urbain-pour-relier-l-aeroport-de-bordeaux-merignac-au-tramway-233451.html (12 04 2013)

 

 

 

"Un téléphérique urbain à Bordeaux ?" Urbanews (13 04 2013)

 

"Le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie souhaiterait relier par câble l’ et le terminus de la ligne A du tramway bordelais.

 

Plusieurs scénarios ont été envisagés depuis quelques années, pour connecter la Gare Saint-Jean et l’Aéroport de Mérignac, sans pour autant aboutir. En effet, pour rejoindre l’aéroport, il faudrait notamment rallonger la ligne A du tramway entre le centre-ville de Mérignac et le site de l’aéroport situé de l’autre côté de la rocade. Soit environ 4 kilomètres pour lesquels les emprises seraient a priori déjà réservées. Cette solution connecterait l’aéroport à une ligne non directe jusqu’à la gare, traversant tout de même et desservant notamment l’hôpital, le stade et la mairie.

http://www.urbanews.fr/2013/04/13/31384-un-telepherique-urbain-a-bordeaux/ (13 04 2013)

 

 

 

Un téléphérique urbain pour relier l'aéroport de Bordeaux-Mérignac au tramway ?" Busetcar.com (12 04 2013)

 

"Le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie, propose la construction d'un téléphérique urbain pour relier l'aéroport au terminus de la ligne A du tramway.
   
Quelle liaison express pourrait être mise en place pour faciliter les trajets entre la gare de Bordeaux Saint-Jean à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac? Plusieurs scénarios sont envisagés depuis quelques années, qui ont tous en commun de ne pas être financés.

 

La ligne A du tramway s'arrête aujourd'hui au centre-ville de Mérignac. Et si des travaux sont en cours pour prolonger la ligne, le tracé ne se dirigera pas vers l'aéroport. Quatre kilomètres séparent la plateforme aéroportuaire de la ligne A du tram. Une ligne qui n'est pas directe jusqu'à la gare, mais qui traverse Bordeaux et dessert notamment l'hôpital, le stade et la mairie.

 

Une piste encore inexplorée à Bordeaux

 

Michel Sainte-Marie, maire de Mérignac, propose la création de ce qu'il appelle un aérotram. "Les emprises foncières nécessaires à un TCSP sont maîtrisées et réservées, précise un communiqué. Il faut aujourd'hui déterminer le meilleur mode de transport: bus à haut niveau de service ou tramway. En pleine discussion sur le PPI [programme pluriannuel d'investissement, Ndlr] communautaire, les contraintes budgétaires sont strictes. C'est dans ce contexte que Michel Sainte-Marie propose une piste à ce jour inexplorée à Bordeaux : celle du téléphérique urbain".

 


Quel que soit le mode de transport sélectionné, un consensus doit s'opérer pour trouver une solution rapidement: la LGV arrive à Bordeaux en 2017." http://www.busetcar.com/actualites/detail/64838/un-telepherique-urbain-pour-relier-l-aeroport-de-bordeaux-merignac-au-tramway-.html (12 04 2013)

 

 

 

"Un aérotram pourrait desservir l’aéroport de Bordeaux" Bordeaux.actu (12 04 2013)

 

"Le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie, a annoncé jeudi 11 avril 2012, la possibilité de créer un aérotram qui relierait la ville à l’aéroport. "

 

"Un téléphérique urbain de nouvelle génération ? C’est en tout cas l’idée avancée par le maire de Mérignac, Michel Sainte-Marie, à l’occasion de la soudure du premier rail de l’extension de la ligne A du tramway, jeudi 11 avril 2013 à Bordeaux. "

 

"La question de la desserte de l’aéroport de Mérignac par les transports en commun a souvent été évoquée par le maire de Bordeaux ces derniers temps mais l’éventualité de construire une ligne d’aérotram est une première. " http://bordeaux.actu.fr/actualite/aerotram-aeroport-bordeaux-38413 (12 04 2013)

 

 

 

 "Quelle liaison entre la gare de Bordeaux et l'aéroport de Mérignac ?" Aqui.fr 16 04 2013

 

 "Michel Sainte-Marie, maire de Mérignac, a proposé de relier les quatre chemins et l’aéroport par un téléphérique urbain, en connexion directe avec le tramway."

 

L'élu socialiste a proposé de relier les quatre chemins et l’aéroport par un téléphérique urbain, en connexion directe avec le tramway. "Nantes,[???] Toulouse, Lille, à la suite de Londres et d’autres grandes métropoles notamment américaines, vont se doter de téléphériques urbains de nouvelle génération. L’agglomération bordelaise pourrait elle aussi examiner cette option pour desservir cet axe majeur."

 

Tiens, on commence à lire que Nantes va faire un téléphérique. Et c'est un élu PS qui le dit. Les nouvelles vont hélas plus vite sur le Net que dans la réalité. A Nantes, le téléphérique n'est pas encore fait, ni même officiellement en projet. Aux dernières nouvelles, c'était retour à la case départ, les élus de la métropole veulent un pont fixe et un tunel, "le téléphérique à Nantes c'est pas pour demain" (Presse O et nantesmaville le 29 01 2013), "car la loi française (1941) interdit le survol des propriétés privées". Ah,  quand le changement et l'innovation sont bloqués à Nantes par une vieille loi de 1941 ! On va voir comment les autres villes vont faire pour surmonter ce problème.  

 

 

"Bordeaux : bientôt un tram aérien vers l'aéroport de Mérignac ? " Sud Ouest (12 04 2013)

 

 

"Le maire de Mérignac a fait parler l’expérience politique. L’effet de surprise qu’il souhaitait susciter hier, à l’occasion de la soudure du premier rail de l’extension de la ligne A du tramway, a fait mouche. En avançant l’idée d’un aérotram reliant l’arrêt de tram des Quatre-Chemins à l’aéroport, l’élu en a surpris plus d’un, à commencer par le président de la CUB, Vincent Feltesse, averti « par courtoisie » sur le chantier de soudure. Difficile, en effet, de faire confidence plus tardive.

 VIDEO. Le maire de Mérignac propose la création d’un aérotram jusqu’à l’aéroport

De nombreuses villes, ici New York, ont déjà opté pour ce mode de transport. (photo afp)



"Le 28 mars, Alain Juppé avait allumé une première mèche en réclamant une meilleure desserte de l’aéroport via le tramway. C’était lors de l’inauguration de la base de la compagnie aérienne Volotea. « En pleine discussion sur le programme prévisionnel d’investissement communautaire, nous connaissons tous les contraintes budgétaires de la Communauté urbaine, a reconnu hier Michel Sainte-Marie. Aussi, je voudrais faire une proposition qui, à ma connaissance, n’a pas été explorée : le téléphérique urbain de nouvelle génération. »

http://www.sudouest.fr/2013/04/12/le-tram-dans-les-airs-1022892-660.php  

  

 

"Nouveau projet de téléphérique urbain à Bordeaux " MVT Transport Conseil(12 04 2013) 

 

 

Grenoble, Créteil, Toulouse, Brest…et maintenant Bordeaux : les projets de téléphérique urbain se concrétisent pour compléter les autres modes terrestres et maritimes. On vante généralement leur faible empreinte au sol et leurs coûts kilométriques plus abordables…

 

On l’associe volontiers à la montagne et au ski, et beaucoup moins au travail et à l’urbanité… Le téléphérique est pourtant en train de gagner les villes. Londres a inauguré pour les Jeux olympiques de 2012 son « Emirates Air Line », 34 cabines perchées à 90 m de hauteur pour franchir la Tamise au-dessus de Greenwich."

 

 

« Un téléphérique urbain jusqu'à l'aéroport de Mérignac ? »  France Bleu Gironde 12 04 2013

 

« C'est l'idée lancée ce jeudi matin par le maire de Mérignac, lors de la pose de la première rail pour l'extension de la ligne A sur sa commune : créer une liaison "aérienne" de 4 km entre les 4 Chemins et l'aéroport. Des projets du même genre ont été lancés à Toulouse ou Nantes. [ ??] Améliorer la desserte par les transports en commun de l'aéroport de Bordeaux-Mérignac fait partie depuis longtemps des préoccupations majeures des élus de la CUB.

Michel Ste Marie, le maire de Mérignac, s'est illustré ce jeudi en lançant une idée originale : créer, à mois de 10 mètres du sol, un téléphérique doté de 3 gares aériennes, entre les 4 chemins et l'aéroport. Il demande à ses collègues de la Communauté Urbaine d'étudier la solution. C'est un transport qui a l'avantage d'être non polluant, sans trop d'emprise au sol et qui compte 2 fois moins cher qu'un tramway. » http://www.francebleu.fr/infos/amenagement-du-territoire/un-telepherique-urbain-jusqu-l-aeroport-de-merignac-478020

 

 

Liens :

 

http://www.bordeaux7.com/bordeaux-actu/4603-transports (12 04 2013)

 

http://www.aqui.fr/societes/quelle-liaison-entre-la-gare-de-bordeaux-et-l-aeroport-de-merignac,8306.html (16 04 2013) 

 

 

http://aquitaine.france3.fr/2013/04/12/un-telepherique-urbain-pour-relier-l-aeroport-de-bordeaux-merignac-au-tramway-233451.html (12 04 2013)

 

http://www.presseocean.fr/actualite/le-telepherique-a-nantes-cest-pas-pour-demain-23-01-2013-56645 (24 01 2013)

 

h (17 04 2013)ttp://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Notre-Dame-des-Landes-accord-sur-les-dessertes-du-futur-aeroport_fil-2324795_actu.Htm

 

http://www.urbanews.fr/2013/04/13/31384-un-telepherique-urbain-a-bordeaux/ (13 04 2013)  

 

http://www.busetcar.com/actualites/detail/64838/un-telepherique-urbain-pour-relier-l-aeroport-de-bordeaux-merignac-au-tramway-.html (12 04 2013)

 

http://www.sudouest.fr/2013/04/12/le-tram-dans-les-airs-1022892-660.php (12 04 2013) 

 

http://bordeaux.actu.fr/actualite/aerotram-aeroport-bordeaux-38413 (12 04 2013)

 

http://mvt.tc/fr/2013/04/telepherique-bordeaux/ (12 04 2013) 

 

http://www.francebleu.fr/infos/amenagement-du-territoire/un-telepherique-urbain-jusqu-l-aeroport-de-merignac-478020 (12 04 2013)

 

http://isabelleloirat.over-blog.fr/article-et-un-nouveau-ne-dans-la-famille-des-transports-l-aerotram-de-toulouse-111127413.html (11 10 2012)

Lire la suite

NDDL : problème Loi sur l'Eau confirmé par les experts

14 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Alors Notre-Dame-Des-Landes, se fera ou ne se fera pas ? 

 

Les trois rapports de la commission du dialogue, de la commission agricole et de la commission d'experts scientifiques environnementaux ont été rendus le mardi 9 avril 2013. Ils sont consultables en ligne sur : http://www.developpement-durable.gouv.fr/C-comme-Concertation.html :

 

Le rapport de la commission de dialogue (PDF - 2,5 Mo) http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Le_rapport_de_la_commission_de_dialogue.pdf

Le rapport de la commission agricole (PDF - 8,9 Mo) http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/NDdL%20rapport%20mission%20expertise%20agricole%20v11%20-%20080413.pdf
 

Le rapport de la commission des experts scientifiques (PDF - 4,4 Mo) http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_college_experts.pdf

Opposants et partisans se disant satisfaits, nombreux sont ceux qui n'y comprennent plus rien. C'est aussi une bataille d'information.

FRAP-rapport-commission-dialogue-frap15avril-web.jpg

 

 Dessin de Frap 15 04 2013

 

Première précision : la commission du dialogue mise en place par Jean-Marc Ayrault n'avait pas vocation à se prononcer sur l'utilité du projet. Ses conclusions ne peuvent être réduites à une simple confirmation de l'utilité du projet d'aéroport.

 

" sur le fond du dossier, les auteurs du rapport ne dérogent pas du mandat qui leur avait été fixé par Jean-Marc Ayrault : améliorer le projet, oui ; discuter de son bien-fondé, non." (Libération 09 04 2013)

 

Si la remise des rapports avait pu être un outil de communication en or qui validait vraiment le projet, JMA s'en serait sûrement saisi plutôt que de déléguer la cérémonie à F. Cuvillier.

 

Ce qui est sûr maintenant c'est que l'aéroport ne se fera pas tout de suite, et sûrement pas selon le projet défini par les porteurs du projet. "La copie est à revoir" et les experts scientifiques préconisent plus que de petites améliorations. Ils ont souligné absences, manques, incertitudes, insuffisances etc. (lire le résumé exécutif ci-dessous). Le projet NDDL n'a pas eu la moyenne et ne passe pas, repoussé à plus tard, au moins après les élections municipales et européennes de 2014.

 

Confirmation importante : l'aéroport de Nantes-Atlantique ne peut être, avec 3,5 M de passagers, considéré comme saturé alors qu'ailleurs une piste peut accueillir entre 10 et 20 Millions de passagers. Aérogare, parkings peuvent être optimisés en économisant l'espace gaspillé jusqu'à aujourd'hui. La saturation était l'argument principal des porteurs du projet.

 

Le rapport de la commission du dialogue a été le plus médiatisé, mais le rapport le plus déterminant est celui des experts scientifiques chargés d'analyser la méthode de compensation proposée par VINCI-AGO pour la destruction des zones humides.  

On peut y lire dans un résumé très clair en page 1  : "Après analyse des principes de cette méthode et des résultats de son application à Notre-Dame-Des-Landes, le collège d'experts considère que cette méthode ne peut être validée en l'état, et émet les réserves suivantes" (lire le résumé à la fin de ce billet)

 

 

"En premier lieu, le respect de la loi sur l’eau. Le site de Notre-Dame-des-Landes est situé dans une zone humide, à la biodiversité particulièrement riche. Toute opération industrielle sur les sols doit donc être compensée. En l’état, le collège scientifique juge que la méthode choisie par Vinci, futur opérateur de l’aéroport, n’est pas entièrement satisfaisante. La copie devra donc être revue" (lire le rapport du collège d'experts scientifiques sur ce sujet)." Libération 09 04 2013

 

"Les réserves mentionnées par la commission d'experts sont plus importantes, ça reporte le projet, a indiqué à l'AFP Michel Dubromel, responsable du dossier transports à France Nature Environnement (FNE). Dans ce type de projets, le projet est en effet gelé tant que les réserves ne sont pas levées, a-t-il assuré."

Dans ce rapport consacré aux questions de compensations écologiques liées à la destruction de zones humides, les experts estiment que la méthode retenue dans le projet ne peut pas être validée en l'état." (AFP, Romandie)

 

    NDDL copie à revoir OF 12 04 2013

 

Ouest France 12 04 2013

 

 

La loi sur l'eau s'impose à tous les élus de France tous les jours. Parfois, ils n'obtiennent pas l'autorisation de travaux pour construire une crèche, une extension de collège ou d'hopital ou de logements sociaux, une surface commerciale, une zone d'activités avec des bureaux ou usines etc. parce qu'ils se heurtent à la loi sur l'eau. Et à Nantes, à la métropole, au département, à la région, les élus majoritaires seraient au dessus de cette loi ?

Le dossier n'est pas clos, tant que le projet n'a pas été enterré, la résistance continue.

 

 

 

Résumé exécutif Rapport du collège d'experts scientifiques sur la méthode de compensation des incidences sur les zones humides du projet d'aéroport et desserte routière de Notre-Dame-Des-Landes http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_college_experts.pdf

 

Résumé exécutif

 

A l'issue de l'enquête publique préalable à l'autorisation du projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes et de ses dessertes routières au tite de la loi sur l'eau, la commission d'enquête publique avait, le 24 octobre 2012, formulé deux réserves. L'une de ces réserves concernait la méthode de compensation des incidences sur les zones humides proposée par les maîtres d'ouvrage. Elle demandait qu'un collège d'experts indépendants apporte une validation scientifique de cette méthode sur trois points : (i) les principes généraux de la méthode de compensation fonctionnelle et des techniques de génie écologique envisagées; (ii) les coefficients de compensation affectés aux zones humides détruites et ceux attribués aux zones de compensation; (iii) les indicateurs proposés permettant d'évaluer l'atteinte des objectifs en matière de compensation écologique.

 

Le Préfet de la région Pays de la Loire, Préfet de la Loire-Atlantique, a demandé le 21 décembre 2012 à un collège de douze experts scientifiques dont les noms avaient été rendus publics dès le 30 novembre par la Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie et le Ministre délégué chargé des transports, de la mer et de la pêche, d'évaluer la pertinence de cette méthode. Ce collège a été présidé par M. Ghislain de Marsily, professeur émérite à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), Membre de l'Académie des Sciences. Le collège d'experts souligne que ce projet se situe en quasi-totalité dans des zones humides, définies selon la réglementation actuelle et constitue l'un des premiers projets en France à devoir mettre en oeuvre des mesures de compensation sur une superficie aussi vaste et aussi circonscrite dans l'espace. Le collège tient à souligner la difficulté et l'ampleur du travail mené par les maîtres d'ouvrage; il apprécie également la volonté d'innovation des acteurs ayant conduit au développement de la méthode de compensation proposée. Après analyse des principes de cette méthode et des résultats de son application à Notre-Dame-Des-Landes, le collège d'experts considère que cette méthode ne peut être validée en l'état, et émet les réserves suivantes :

 

Sur les principes de la méthode :

 

. la non adéquation de la méthode de compensation avec la disposition 8B du SDAGE du bassin Loire-Bretagne, et son excessive complexité la rendant peu intelligible par les citoyens;

 

. l'absence de prise en compte adéquate du risque d'échec des mesures de compensation proposées et de la durée nécessaire à la recréation ou à la restauration effective des fonctions impactées;

 

. le choix et le calcul des coefficients de compensation non suffisamment justifiés;

 

. l'incertitude sur les possibilités d'évaluer la mise en oeuvre des mesures proposées.

 

Sur son application à Notre-Dame-Des-Landes :

 

. une caractérisation initiale insuffisante de la biodiversité;

 

. une analyse insuffisante du fonctionnement hydrologique quantitatif, avec une surestimation de la fonction soutien d'étiage et une sous-estimation de la fonction ralentissement des crues;

 

. une analyse non pertinente de la qualité des eaux;

 

. une insuffisance d'engagement formel des maîtres d'ouvrage quant à l'obligation de résultat;

 

. une absence de méthode explicite de suivi à long terme des mesures de compensation;

 

. une grande difficulté d'appréciation et de fortes incertitudes sur la faisabilité des mesures de génie écologique proposées.

 

Le collège d'experts estime que ces réserves devraient être levées pour que le projet puisse être poursuivi.

Conformément à la mission qu'il a reçue, il a également formulé à l'usage des maîtres d'ouvrage, plusieurs suggestions en vue d'améliorer la méthode à utiliser pour assurer une compensation équitable des zones humides détruites ou impactées par de tels aménagements. De façon plus générale, la compensation des zones humides en France mériterait de faire l'objet d'une réflexion plus approfondie pilotée par le ministère chargé de l'environnement.

 

Le présent rapport, adopté à l'unanimité des membres du collège, a été remis à Monsieur le Préfet de la région Pays de la Loire, Préfet de la Loire-Atlantique, le 9 avril 2013."

 

Communiqué de presse du Collectif des élus opposés au projet d'aéroport à NDDL :

Trois rapports qui mènent à terme à la modernisation de Nantes Atlantique.

Le CéDpa se félicite que le rapport de la commission d’expertises scientifiques invalide la méthode proposée par les porteurs du projet pour compenser la destruction des zones humides, des cours d’eau et du bocage de Notre Dame des Landes.
Il se félicite aussi que la commission agricole ait mis en lumière la consommation disproportionnée d’espaces agricoles pour un projet jugé surdimensionné.
Côté "commission du dialogue", son avis était attendu et malgré le parti pris initial affirmé par son président favorable au projet, certaines de nos propositions ont pu être retenues comme l'évaluation du coût du réaménagement de Nantes Atlantique.
Nous constatons que la commission du dialogue ne mentionne pas les sévères critiques concernant les fondements économiques du projet et reprend sans critique des arguments des porteurs du projet notamment les difficultés pour l'amélioration et l'agrandissement de Nantes-Atlantique et la croyance d'une expansion des liaisons directes point à point par le déplacement de la plateforme du sud au nord de la Loire. Les nombreuses questions que nous avons posées à ce sujet sont à ce jour toujours restées sans réponse.
Nous demandons que le gouvernement suive les préconisations des différentes commissions et que les travaux ne démarrent pas avant le rendu des études complémentaires. Nous aurons alors vraisemblablement la confirmation que l'optimisation de l'aéroport actuel de Nantes Atlantique est la solution la plus raisonnable.
Le collectif d'élus rappelle que le dossier est maintenant sur la table de l'Europe (commission des pétitions, de la concurrence) et appelle la population à participer massivement aux prochains rendez-vous des opposants."

Le CéDpa. 

 

"Sème ta Zad" 13 avril 2013 et la Chaîne humaine le 11 mai 2013

 

http://videos.tf1.fr/jt-20h/vers-un-nouveau-projet-d-aeroport-a-notre-dame-des-landes-7920547.html

 (10 04 2013)

 

"le rapport qui met tout le monde d'accord" dessin de FRAP http://frap-dessins.blogspot.fr/2013/04/nddl-le-rapport-de-la-commission-du.html?spref=fb (12 04 2013)

 

http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/aeroport-de-notre-dame-des-landes-ayrault-garde-le-cap-7760233757 (09 04 2013)

 

http://www.romandie.com/news/n/_Les_ONG_reclament_des_etudes_complementaires_sur_Notre_Dame_des_Landes63090420132016.asp

(09 04 2013)

 

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202693923518-aeroport-de-notre-dame-des-landes-vers-un-nouveau-report-du-projet-556573.php?fb_action_ids=510901915614133&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582 (09 04 2013)

 

http://www.liberation.fr/societe/2013/04/09/notre-dame-des-landes-un-oui-sous-reserve_894885 (09 04 2013)

 

http://breizhjournal.wordpress.com/2013/04/09/nddl-les-experts-scientifiques-mettent-un-coup-darret-au-projet-daeroport/ (09 04 2013) 

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Notre-Dame-des-Landes.-La-copie-du-projet-est-a-revoir_55257-2181785_actu.Htm (10 04 2013) 

 

Loi sur l'Eau : http://www.eaufrance.fr/comprendre/la-politique-publique-de-l-eau/la-loi-sur-l-eau-et-les-milieux

 

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000649171&dateTexte=&categorieLien=id

 

CeDpa collectif d'élus http://aeroportnddl.fr/

 

3Sème ta Zad" 13 AVRIL 2013  http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique44

 

Samedi 11 MAI 2013 :  http://www.chaine-humaine-stop-aeroport.org/fr/ 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Pétition pour moraliser la vie publique : une urgence !

8 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Démocratie - citoyenneté - pluralisme

"Fukushima" politique que cette affaire Cahuzac. Le ministre du budget de la France en charge de la lutte contre la fraude fiscale avoue qu'il fraude lui même le fisc depuis 20 ans. C'est tellement simple à comprendre et à traduire dans toutes les langues du monde que l'info risque de faire le tour de la planète.
 
Ce n'est pas la première affaire, mais celle-ci est emblématique. Tout le monde est touché : le président de la République, le Premier ministre, le gouvernement et sa quarantaine de ministres, le fisc, Bercy et le ministre des Finances, l'Assemblée nationale, le PS, les députés, la gauche, les politiques dans leur ensemble. A droite, N Sarkozy est lié à au moins 4 affaires en cours (sondages, Bettencourt, Takkiédine-Copé-Balladur-Karachi-financement campagne 1995). Les éclaboussures de scandales qui touchent le plus haut niveau de l'Etat retombent jusqu'aux premiers échelons de la hiérarchique politique, les conseillers municipaux, les militants. Au moment où on se pose la question de (re) partir, et comment, en campagne municipale pour Nantes 2014, "pour 77 % des Français, les politiques sont plutôt corrompus". Pas très encourageant. Tout comme on n'est pas sorti du nucléaire parce qu'il y avait Fukushima (pas fini du tout), la politique ne va pas radicalement changer du jour au lendemain.
 
Plusieurs "Nantais" dans cette affaire : Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes (1989-2012), Premier ministre (2012-?), depuis quand savait-il pour le compte en Suisse de Cahuzac ? Restera t-il Premier ministre longtemps ? Reviendra t-il à Nantes ?
On le sait moins mais le journaliste Edwy Plenel, fondateur de Médiapart, ancien directeur de rédaction du quotidien Le Monde, est né à Nantes.  
Et Hollande ? Il ne pourra pas se contenter longtemps d'un "Moi, Président, pas au courant !" Pour certains parmi nous qui ont voté ou appelé à voter pour Hollande plutôt qu'un vote blanc qui ne compte pas, la déception est grande. 
 
On nous a toujours dit qu'on n'avait pas la proportionnelle en France pour que le FN n'arrive pas au pouvoir et n'entre pas à l'Assemblée nationale.
Résultat : dix ans plus tard, on a le FN qui fait maintenant 48 % au deuxième tour lors d'une Législative dans l'Oise contre 52 pour l'UMP, pourtant soutenu par le PS, celui-ci ayant été éliminé dès le 1er tour. Comme en 2002, sauf que l'écart n'est plus de 20 à 80 %. L'abstention n'a fait que progresser pour s'installer durablement comme le premier parti de France.
Le PS et l'UMP qui passent leur temps à se taper dessus, à défaire ce que l'autre a fait, à voter contre des projets proposés par leurs adversaires pour ensuite voter ces mêmes projets après le passage du manche, imaginaient que leurs électeurs allaient les suivre lorsqu'ils appellent mollement à voter pour leur adversaire permanent.
 
On peut moraliser la vie politique en France en allant bien au delà des discours sur l'exemplarité et de la simple déclaration de patrimoine des ministres, on peut moraliser la vie publique avec des mesures simples et peu onéreuses : en mettant un terme au cumul de mandats, en réduisant le nombre de députés et sénateurs, le nombre d'élus en général et pour avoir moins d'élus mais mieux élus il faut passer à l'élection à la proportionnelle.
   
Pétition pour moraliser la vie publique sur change.org qui a déjà recueilli en 3 jours plus de 38 000 signatures. En langage simple, compréhensible par tous.
     
 
       
Extraits
....
"Il faut que soit mis un terme à l’habitude prise en France de gouvernements pléthoriques, comportant jusqu’à 40 ministres et ministères, des Assemblées pléthoriques, près de 600 députés pour l’Assemblée, près de 300 sénateurs, des cabinets qui font double emploi avec les administrations dont le ministre a la charge.

Il faut que soit réglée, après tant de promesses jamais respectées, la question du cumul des mandats. Nous disons à François Hollande que renvoyer à 2017 l’application de cette règle, c’est se moquer des citoyens. Eux, on ne leur proposera pas de renvoyer à 2017 les efforts de toute nature qu’on leur demande dès cette année ! Et dans le cas où il aurait peur d’élections partielles, il lui suffit de rappeler aux élus de sa majorité que s’ils sont responsables, ils conserveront leur mandat, quitte à retrouver leurs fonctions locales en 2017 ! 

Il faut que les parlementaires et les élus se trouvent à égalité de traitement avec l’ensemble des citoyens, notamment en matière d’égalité devant l’impôt. Il n’est pas acceptable que les élus votent des impôts que, pour nombre d’entre eux, ils ne sont pas appelés à acquitter eux-mêmes.

Il faut que tous les courants d’opinion d’importance substantielle soient représentés à l’Assemblée nationale. J’entendais cette après-midi, les orateurs à l’Assemblée dire : « nous représentons le peuple ! ». Evidemment, c’est une illusion, vous représentez le peuple PS et le peuple UMP, mais le peuple français d’extrême-droite, d’extrême gauche et du centre indépendant, il n’est pas représenté : moins de 1 % des sièges, pour près de 40 % des voix obtenus à chaque élection présidentielle. Il faut donc une règle électorale juste qui permette si on le veut d’élire une majorité mais qui impose de représenter autrement que symboliquement les courants minoritaires du pays. Car le débat où ne peuvent se faire entendre que les partis dominants empêche la vérité, ou en tout cas bien des vérités de se faire jour.

Il faut enfin que les nominations, en particulier les nominations dans les fonctions de contrôle de l’État, ne puissent plus être comme elles le sont depuis trop longtemps, le fait du prince et l’apanage de ses favoris."
 
 
 http://www.dailymotion.com/user/mouvementdemocrate/1#video=xypzne Conférence de presse Bayrou Propositions et pétition pour moraliser de la vie publique (03 04 2013)
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Nantes Conseil municipal : retransmission partielle (sans le son)

7 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Conseil Municipal Nantes

 
Oui, voir, parce qu'écouter ce n'est pas encore possible.
 
C'est dommage que le son soit si mauvais, dès les premières minutes, dès l'appel nominal en fait, pile poil quand on arrive aux noms des élus de l'opposition. Puis plus de son du tout, pendant quelques 10 minutes, en fait dès les premières interventions de l'opposition, dès la première question qui fâche sur la fameuse brochure à 300 000 euros.
Cela doit être un petit problème technique temporaire sans importance et il va certainement être résolu très vite. Le maire P Rimbert se retrouve avec une drôle de voix de "Radioactivity - Kraftwerk". Je sens qu'on n'est pas au bout de nos surprises avec cette proposition de retransmission vidéo du conseil municipal de Nantes
(pratique pour JMAyrault).
 
Ma question "sans le son" portait simplement sur l'affaire de la brochure "bilan municipal" mentionnée dans le procès-verbal qu'on nous demandait d'approuver.
 
Rappel : une brochure à 300 000 euros pour 14 M de pages imprimées et distribuées avec de l'argent public.  
Nos collègues de l'opposition avaient rappelé lors du précédent conseil la  règle / loi voulant que les élus de l'opposition aient, ne serait-ce que quelques lignes d'expression, dans ce type de document municipal payé avec de l'argent public. (Sinon, ce genre de document est considéré comme du matériel de propagande électorale pour les municipales 2014 ce qui suppose qu'un compte de campagne ait été ouvert etc. J'ai donc demandé au maire et à son équipe ce qu'ils comptaient faire et comment ils pensaient corriger le tir ? Réponse : "vous n'étiez pas dans l'exécutif !" Merci, ça je savais !  Et vous aurez noté que je n'y suis toujours pas. Encore que leur brochure prête à confusion avec cette reprise intempestive d'une image de téléphérique (qui nous est clairement associée) à la Une et à la fin de la dite brochure.  
 
Toute la première intervention de Sophie Jozan est zappée aussi. Et ensuite il y a des coupes sans arrêt.
 
Le conseil est terminé depuis 3 jours, je suis retournée plusieurs fois sur le site, toujours pas audible en milieu d'après-midi. Mais je ne désespère pas que ça change.
 
Alors voici une proposition : un bilan de mandat de l'opposition - proposition. Moins cher bien sûr que vos 70 pages sur papier couché de la brochure "bilan de mandat". Nous nous contenterons de 2 à 5 pages. D'habitude, vous nous octroyez généreusement 850 caratères espaces compris pour une tribune mensuelle dans le magazine municipal Nantes Passion quand vous avez au moins 50 pages pour vous.
 
 "je coupe le son, et ...
je remets le son ! "
http://www.youtube.com/watch?v=lCkh-WJgjwA  Philippe Katerine, "Louxor, j'adore" 
Lire la suite
1 2 > >>