Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Téléphérique résiste au vent et aux Verts !

14 Octobre 2008 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble


Mais quelle guêpe a bien pu piquer les adjoints "Verts-tueurs" de Nantes pour qu'ils s'en prennent ainsi au Téléphérique Transloire ?
Alors que ce mode de transport innovant, écolo, facile à mettre en place se développe partout dans le monde (Medellin, Taipe, Constantine, Barcelone, Lisbonne etc...)  et que des projets fleurissent en France, à Nice , en Ile de France, à Toulouse pour relier Rangueil, les Verts locaux s'entêtent à répéter avec des arguments au ras des pâquerettes que ce n'est "pas sérieux".
Pourtant ils seraient bien surpris d'apprendre qu'à Nice,  la gauche et les Verts proposent un ou plusieurs téléphériques. (cf conseil municipal de vendredi dernier 10 octobre). Là bas c'est sérieux. link
En Rhône-Alpes, des élus Verts défendent des projets de téléphérique.

A Nantes, niet niet, ils n'en veulent pas. Paradoxe nantais ? Exception nantaise qui voudrait que des Verts se retrouvent pour quelques postes d'adjoints dans une majorité qui défend encore le projet d'aéroport Notre-Dame-Des-Landes et en même temps qui ne veulent absolument pas entendre parler d'un transport urbain écolo.
Et moi qui croyais qu'entre écolos de la majorité et écolos du MoDem, nous pourrions travailler ensemble au delà de nos étiquettes politiques pour le bien des Nantais.

Alors pourquoi ?

Parce que la proposition vient des élus MoDem ?
Parce que le maire leur a demandé de tuer le projet dans l'oeuf ?

Il m'arrive de penser que si ce téléphérique avait été proposé à Jean-Marc Ayrault dans les années 90 il se serait montré bien plus ouvert et nous l'aurions déjà inauguré.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Pierre 07/12/2009 19:58


Le mode de transport parfait n'existe pas. Le choix du tram au sol existant ne doit pas être remis en cause. Après avoir gaspillé autant
d'argent, ce serait le pompon de le détruire. Nos ainés ont déjà fait cette bêtise. Ne les imitons pas. Pour ce qui est du bus, il est ruineux au delà de 1000 personnes/h/sens, et il émet 1kg
CO2/km!
Le problème des correspondances est posé par le tram au sol qui est plus lent que le câble, et surtout beaucoup moins fréquent, aux heures de pointe, mais encore plus aux heures creuses. Le câble,
par sa fréquence de passage remédie à cette situation dans la plupart des cas. Et en terme de temps de transport global comme de régularité de ce temps (donc d'organisation de nos vies), il
l'emporte haut la main: un accident (un par carrefour/an en moyenne, 152 en 2008 à Nantes), un mouvement social, un camion mal garé, et hop!, la ligne de tram au sol est paralysée!
Le problème des virages est généralement réglé par des gares d'angle qui sont monnaie courante sur toutes les installations un peu longues. Mais ce que Frédéric analyse comme une faiblesse, le
problème des virages, est pallié par le fait que le trajet en ligne droite, le plus court à ma connaissance, se joue des obstacles (carrefours, fleuve...). Et il faut voir le tram au sol se traîner
dans les virages et souvent l'entendre grincer.
Beaucoup de correspondances se traitent quai à quai avec le câble c'est une question d'organisation du réseau.
Ne pas oublier la surface des dépôts pour rentrer le tram la nuit, pour éviter les squat ou les tags (2 dépôts de 10 ha à Grenoble).
En utilisant le TPH, on ne nivelle pas par le bas, mais par le haut!
C'est le tram au sol qui nivelle par le bas:
-Prix à l'investissement (Aïe! nos impôts avec le tram au sol!)
-Coût de fonctionnement (Aïe! nos impôts avec le tram au sol!)
-Consommation d'énergie (Aïe! Notre planète avec le tram au sol!
Frédéric veut-il une centrale de production à coté de chez lui?)
-Fréquence de passage (Aïe! notre temps de vie gaspillé avec le tram au sol! Qu'avons nous de plus cher?)
-Vitesse commerciale supérieure (Aïe! notre temps de vie gaspillé avec le tram au sol! Qu'avons nous de plus cher?)
-Accidents 34 fois plus nombreux par million de passagers transportés
(Aïe! notre sécurité avec le tram au sol! Qu'avons nous de plus cher?)
-Vue sur la ville (Aïe! Notre plaisir de vivre avec le tram au sol!)
-Le silence de fonctionnement (Aïe! Notre plaisir de vivre en ville avec le tram au sol!)
-Le brassage des poussières au sol et son cortège d'allergies (Aïe! notre santé avec le tram au sol!)
-Travaux d'installation moins longs et moins bruyants (Aïe! Notre plaisir de vivre avec le tram au sol!)
Faut-il en rajouter?


FREDERIC 04/12/2009 19:40


Nantes a fait le choix du tramway et il est logique que le ville s'y tienne. En terme de maillage,le tramway permet aussi de faire un itinéraire complet sans correspondance. Le transport par cable
a de grandes faiblesses dans l'urbain. Il n'est pas adapté à des parcours sinueux, des correspondances entre lignes et des arrets multiples

Certes il est moins cher que le tram. Le bus est encore moins cher à ce compte là. Il n'y a pas de raisons de vouloir systématiquement niveller le pays par le bas


Isabelle Loirat 04/12/2009 23:35


@ FREDERIC

Bien sûr Nantes a fait le choix du tramway, nullement question de revenir là dessus ni de remplacer tous les tramways par des transports par câble.
Mais nous maintenons qu'à cet endroit pour franchir la Loire, relier les deux rives et l'Ile de Nantes, nous devons aussi étudier cette solution en tout cas ne pas l'écarter d'un revers de
commentaire aigri.

Dans les airs il n'y a pas de parcours sinueux car pas d'obstacles à contourner, on passe au dessus des obstacles.


Pierre Jaussaud 29/10/2008 18:38

Chaque époque à connu ses modes. Après la diligence est arrivé le train, puis les "petits trains" ont sillonné l'Europe. On a développé dans les années 1930 toute une série de téléphériques touristiques. L'automobile a balayé tout celà dans les pays "a constructeurs automobile", et la France a vu disparaitre tous ces dispositifs. Le train (hors TGV)n'a été sauvé que par les régions. Mais l'automobile a ses limites. Effet de serre, cout au km, accidents, embouteillages, pollutions et nuisances sonores nous le rappellent au quotidien. Le tram est revenu dans les années 80. A l'époque, c'était le seul moyen de transport crédible. Mais que n'a-t-on entendu comme arguments aberrants contre son retour? Aujourd'hui, le tram au sol a un concurrent qui joue dans sa cour, mais 5 à 7 fois moins cher que lui : les anglosaxons l'appellent "aerial tramway", nous le connaissons sous le nom de télécabine. Et par rapport au tram au sol, cet animal bizarre a le culot de couter 5 fois moins cher à l'installation, 20 fois moins cher que le tram au sol en entretien, de consommer 4 fois moins d'énergie au km que le tram au sol (à pleine charge, car à vide cela tourne à au désastre pour le tram au sol!). Ce même animal bizarre a aussi l'outrequidance de passer toutes les 6 à 30 secondes, pendant que vous attendez son cousin au sol jusqu'à 20 minutes en soirée. Et en plus il se paye le luxe de ne pas faire de bruit! Il vient d'être classé (une exclusivité) "transport vertueux" par la loi Grenelle I. Et vous voudriez qu'on en parle, qu'on envisage de l'utiliser? Soyez sérieux voyons! Nos impots locaux sont faits pour être gaspillés. Peu importe que nos hopitaux manquent d'argent, que nos écoles manquent de moyens, que notre environnement soit sabordé, que nos anciens manquent de résidences d'accueil etc... . Offrons nous le moyen le plus cher, le moins commode, celui qui nous conduira à multiplier les centrales de production électrique par 4. Là vous aurez le choix: éoliennes, charbon, nucléaire toutes ces petites installations qui feraient tellement bon effet dans le jardin..du voisin!
Soyons un peu sérieux. Tous les éléments techniques et financiers qui précèdent sont exacts, ils ont été vérifiés par des batteries de scientifiques ou d'économistes. Alors messieurs les élus, vous attendez le dégel? Noyez qu'avec l'effet de serre qui augmente, il finira bien par arriver! Mais il sera trop tard pour la vie sur la planète. Merci d'y songer.

Isabelle Loirat 04/02/2009 17:53


et oui Pierre tout est question de choix. Mais ici, dans la région nantaise,  les élus préférent faire des ponts, des routes, des GROS AEROPORTS INUTILES ET ANACHRONIQUES.


Jean-Philippe Magnen, président du groupe des élus Verts 17/10/2008 15:33

Téléphérique ou tram-train ?



Une vive discussion oppose les élus Verts et le Modem, par blog, articles de presse et forum internet interposés, sur le meilleur moyen de desservir en transport en commun l’île de Nantes. Le Modem soutient le téléphérique. C’est une proposition issue de sa campagne électorale des dernières municipales, sans que l’on sache d’ailleurs très bien quel serait le parcours de ce téléphérique, qui relierait les lignes 1 et 3 de tramway, en desservant l’île de Nantes et Rezé-Trentemoult. Nous, élus Verts, rejetons cette proposition, qui pour nous n’est pas crédible, et proposons un tram-train.



Nous ne sommes pas par principe opposés à la desserte de sites urbain par un téléphérique. C’est un mode de transport collectif qui présente des avantages.

Nous pensons simplement que sur le dossier précis de la desserte de l’île de Nantes, le téléphérique n’est pas le transport en commun le plus approprié.



Quel est l’objectif recherché ? L’île de Nantes est le grand éco-quartier en devenir de notre agglomération, l’un des chantiers de rénovation de friches urbaines de centre-ville les plus importants de France, voire d’Europe. 60 opération immobilières devraient être livrées d’ici 2013, et l’île de Nantes devrait accueillir 30.000 nouveaux habitants d’ici 2020. La desserte en transports en commun doit donc être à la hauteur de l’ambition affichée ! L’objectif est double : desservir le mieux possible ce quartier en l’intégrant dans le réseau de transport en commun de l’agglomération nantaise, utiliser aux maximum les infrastructures existantes (étoile ferroviaire) pour développer et renforcer le réseau structurant des transports en commun de notre agglomération. C’est pour cela que nous défendons le projet de tram-train. Nous faisons passer par l’île de Nantes un transport en commun de grande capacité (celle du tramway, nous utilisons les infrastructures existantes (voies ferrées de l’île de Nantes, ligne 1 de tramway, gare SNCF de Chantenay), qui permettent d’exploiter les nombreuses possibilités offertes par l’étoile ferroviaire. Ainsi, une telle liaison permet de ne pas concentrer tout le trafic en gare de Nantes et d’avoir des lignes La Chapelle sur Erdre - Chantenay - Couëron ou même des liaisons directes entre le Sud Loire (depuis la ligne qui passe à la gare de Pont-Rousseau) jusqu'à Chantenay, tout cela sans rupture de charge. En plus, cette solution préserve la desserte ferroviaire du MIN, y compris pour les marchandises puisqu'il existe des « cargotram », qui circulent par exemple à Amsterdam et à Dresde. Sans compter que cela ouvre des perspectives de prolongement de la ligne 1 de tramway (gare Maritime) jusqu'à la gare de Chantenay. Enfin, ces différentes utilisations justifient un co-financement Etat-Région-CU.



Le Modem, par Isabelle Loirat, cite dans son blog plusieurs réalisations ou projets. Pour nous ils ne sont pas adaptés à la desserte de l’île de Nantes, même s’ils semblent pertinents là où ils sont prévus :



A Nice, c’est un projet, qui permettrait de relier une station de tramway à l’observatoire astronomique du Mont Gros situé sur une colline, à 364 mètres de hauteur.



A Toulouse le téléphérique est l'un des projets envisagés par les nouveaux élus toulousains pour le mandat municipal qui débute. (Ils pensent également à des navettes fluviales sur la Garonne, projet novateur à Toulouse, réalisé à Nantes depuis plusieurs années...). Ce téléphérique relierait le cancéropole et l'hopital de Rangueil, situé sur la colline de Pech-David. Relier ces 2 établissements de soins est logique. L’hôpital est sur une colline, et entre les 2 établissements coule la Garonne, le téléphérique semble donc pertinent.



En Rhône-Alpes, il y a plusieurs projets qui sont surtout des projets "montagne-tourisme". Une exception, la ville de Givors, qui s'est développée au fond de la vallée du Gier, et où il s'agit de relier un quartier situé sur le plateau de Mornant et la gare SNCF. Une ligne de bus existe déjà, mais son fonctionnement est perturbé par la circulation automobile, par l'étroitesse des voiries et du fait du dénivelé pentu. C’est effectivement un projet soutenu par les Verts, comme l’une des alternatives à la réalisation de l’autoroute A45.



A Barcelone, ce n’est pas un projet, mais une réalisation, qui permet de relier le centre-ville à la colline de Montjuic, site touristique sur lequel se trouve le château de Montjuic.



Enfin, Isabelle Loirat cite Medellin, en Colombie. Ce qui est dit de Medellin sur Wikipedia explique assez facilement qu'ils aient besoin de téléphériques : "La ville de Medellín est construite dans la vallée encaissée de l’Aburra à une altitude de 1 538 mètres et elle est traversée par la Medellin qui poursuit son cours vers le Nord. On la surnomme Capital de la Montaña (Capitale de la Montagne)".



On le voit bien, lorsque la situation locale, notamment la situation géographique est contraignante (montagnes, collines, vallées), le téléphérique peut être approprié. Dans le cas de l’île de Nantes, l’existence d’un réseau tramway et la volonté de réexploiter l’étoile ferroviaire, nous conduise à défendre le tram-train, qui nous semble beaucoup plus pertinent et performant, plus adapté à la situation nantaise

Isabelle Loirat 24/10/2008 18:32



Réponse à Jean-Philippe Magnen, président des Verts 44.

Hélas, nulle part dans ce commentaire, les finances locales ne sont évoquées. Pourtant vous êtes plusieurs adjoints au maire de Nantes. Et vous augmentez les impôts à Nantes, idem au département alors que nous sommes en pleine crise systémique.


Vous savez combien les tramways sont lourds pour les finances des collectivités locales.


 


Pourquoi ne voyez-vous que la montagne dans les exemples que vous retenez ? Les
fleuves aussi sont de bons exemples. Montagne, fleuve, colline, voie ferrée, autoroute etc... ce sont des obstacles que le transport par câble permet aisément de franchir en toute
sécurité et à moindre coût par rapport à un pont béton + tram au sol. Les transports par câble sont descendus des montagnes. Exemple : New York entre Roosevelt Island et Manhattan.
Il n'y a pas que les reliefs qui rendent pertinents les trams aériens.



 


Le Téléphérique TransLoire relie les 2 rives et l'Ile de Nantes et répond à un véritable besoin de franchissement de la Loire. C'est un
gros plus par rapport à votre projet qui exclue la rive gauche.


 



Pour le tracé du Téléphérique, il partirait de la ligne 1 (Terminal Nord Amiral du Chaffaut) sur la rive droite pour rejoindre l'ouest de l'Ile de Nantes où se ferait la jonction avec la
future ligne 5, puis franchirait à nouveau la Loire jusqu'à Rezé Atout Sud (station) puis terminus à Espace Diderot et correspondance avec ligne 3, avec des parkings relai aux 2
terminus.


Le Phare de l'Ile de Nantes serait la station de l'Ile de Nantes avec façades végétales, panneaux solaires etc... : un batiment
emblématique de construction écolo.


Je suis guide et lorsque je fais visiter Nantes, je n'ai aucun bâtiment public exemplaire à montrer à nos visiteurs passablement étonnés
avec toute la communication de Nantes sur le développement durable.


 


La réutilisation de la voie ferrée existante est une bonne chose. Dans notre programme pour les municipales 2008, nous avons proposé un RER
Châteaubriant-Nantes- Ile de Nantes- Aéroport Nantes Atlantique avec gare souterraine - Pornic avec vitesse XXIè siècle cf étude de Bernard Fourage, Esginfra. Ce RER réutiliserait la voie ferrée
existante et serait pour tout le département, rives de l'Erdre, de la Loire et de l'Océan.


 


On nous annonce que l'hôpital va déménager sur l'Ile de Nantes, il va falloir de la place. L'emprise au sol du téléphérique est très
faible.


 


Voulez vous un pont qui laisse passer les bateaux ? et si oui à quelle hauteur ? Et comment envisagez vous la rampe d'accès au pont ?
Quelle longueur de rampe sur la Rive Droite et sur l'Ile de Nantes ?


A combien estimez vous votre projet ? Et quel financement ? Nantes, Nantes Métropole, Département, Région 303, Etat, Europe ? Qui vous
voulez, au bout du compte c'est nous qui payons, les contribuables.




Vous non plus, vous ne voulez pas
plus de réacteurs nucléaires, ni de centrale de production de base près de chez vous cf DTA Estuaire.


Alors pourquoi "rejeter" d'emblée un mode de transport plus économe en énergie ? 




 


Que ferez-vous si au final le pont avec tramway que vous proposez accueille aussi des voitures et des camions ?




Un Téléphérique ?


 


Les périodes de crise sont propices aux changements dans les esprits et les comportements.