Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les petites phrases qui font mal

18 Mars 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Politique


Hier l'Assemblée a débattu et voté par 329 voix contre 238 le retour de la France dans le commandement intégré de l'Otan et en même temps la confiance au gouvernement, le Premier Ministre François Fillon ayant engagé sa responsabilité sur cette question.

Débat de pure forme puisque la décision avait été prise et annoncée avant même le débat parlementaire. Preuve s'il en fallait du peu de considération de l'exécutif sur le pouvoir législatif.

Mais débat qui a néanmoins attiré à la tribune pas moins de quatre anciens Premiers Ministres.
Alain Juppé, ancien Premier Ministre de Jacques Chirac de 1995 à la dissolution de 1997, Dominique de Villepin (tiens, n'a pas son blog), son dernier Premier Ministre, qui a fait entendre la voix de la France au moment de la deuxième guerre en Irak, Laurent Fabius , ancien Premier Ministre de François Mitterrand et  Lionel  Jospin.

En lisant la presse ce matin (devant mon tulipier en fleurs), j'ai eu la mauvaise surprise de lire :
"François Bayrou (MoDem), faute de s’être inscrit à temps, n’a finalement pas pu défendre son « non » à une décision « très lourde de conséquences » dans l'article "Oui à Fillon ... et à l'Otan" Aujourd'hui Le Parisien . Heureusement qu'il s'est largement exprimé dans les médias sur son désaccord sur ce retour à l'Otan. 

Dommage. Qu'il n'ait pas pu le faire à l'Assemblée.

Souvenons nous de l'édito de Christophe Barbier dans l'Express après les Législatives 2007 qui rappelait que le faible nombre de députés MoDem était certes une faiblesse au départ mais que cela pouvait devenir aussi une force redoutable si François Bayrou faisait entendre haut et fort sa voix et celle du MoDem à l'Assemblée en s'exprimant sur tous les dossiers importants. Progressivement il s'affirmerait comme le principal opposant à Sarkozy.

Avec "Bayrou le Résistant " on y était presque. Mais pas avec "Bayrou l'absent" comme l'ont souligné quelques ténors du PS, de JM Ayrault à Arnaud Montebourg.

Bon, je ne lui jette pas la pierre, loin de là.  Beaucoup d'élus et de responsables politiques ne peuvent être partout. C'est valable aussi pour nous les Démocrates.

L'engagement politique est chronophage.

C'est pour cela que je crois qu'il faut tenir bon sur le non-cumul de mandats.

Qu'en pensez-vous ?









Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benoit PETIT 20/03/2009 09:52

Parfaitement d'accord avec toi, Isabelle. Le non-cumul des mandats est un impératif démocratique qui, outre le fait qu'il contraint les élus à oeuvrer pleinement pour le mandat unique qui leur a été confié (la moindre des choses vis-à-vis des électeurs, me semble-t-il), offre aussi la vertu de permettre le renouvellement et la diversification des responsables politiques...

Mais pour que le non-cumul des mandats soit efficace, il faut sans doute refondre entièrement le statut des élus, de tous les élus, notamment sur les questions des rémunérations (plus de justice entre un conseiller municipal de petite commune et un député européen, par exemple), sur la transparence des actions, sur les incompatibilités professionnelles etc... Sans oublier une réforme profonde du financement et du plafonnement des campagnes électorales (l'égalité entre les candidats, le financement 100% public et, biensur, l'abaissement du plafond des comptes : on a pas besoin de dépenser les dizaines de milliers d'euros pour faire campagne !!)

BREF, changer le système en profondeur pour inciter les citoyens à se présenter aux élections, permettre aux plus précaires de pouvoir se présenter, diversifier notre paysage politique etc...

Vaste sujet !

Anne 18/03/2009 16:53

Bravo pour le non cumul des mandats: il faut tenir cela! c'est indispensable à une vraie démocratie!