Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Données brutes

26 Janvier 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Société

 

Suite à mon dernier billet sur le viol et les agressions sexuelles sur les femmes. Pourqu'on n'oublie pas. Parce que je sais qu'une info chasse l'autre,  "l'info de la veille est déjà vieille" et que les gesticulations du président Sarkozy qui a consacré 50 minutes sur 55 de monologue hier lors du petit déj de la majorité à la délinquance sexuelle (Canard Enchaîné du 26 01 11) pas plus que l'annonce d'une commission parlementaire n'y changeront rien. Parce que c'est un changement profond et une remise en cause de la société toute entière qu'il faut et ça ne se décrète pas du jour au lendemain. Il faudra minimum une ou plusieurs générations et ce changement passera d'abord par l'Education.

  

 

Les viols, les agressions sexuelles

 

http://www.idf.pref.gouv.fr/actu/breves/2009/journee-internationale-violence-femmes.html 
« Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. » Art. 222.22 et 222.27 du code pénal
« Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui, par violence, contrainte, menace ou surprise, est un viol. » Art. 222.23 du code pénal

  • Plus de 310 000 femmes de 18 à 75 ans ont été victimes de violences sexuelles en 2007 et 2008, dont 225 000 de la part d’une personne extérieure à leur ménage (selon l’enquête INHES/OND 2009). Ce chiffre est en augmentation par rapport à 2005-6 (130 000 femmes).
  • 150 000 femmes ont été victimes d’un viol ou d’un rapport sexuel forcé en 2007 et 2008, soit 0,7% des femmes entre 18 et 75 ans.  Environ la moitié l’ont été au sein de leur ménage (selon l’enquête INHES/OND 2009).
  • 16% des femmes déclarent avoir été victimes de tentatives de viol (9,1%) ou de viol (6,8%) au cours de leur vie (Enquête Contexte de Sexualité en France, 2006).
  • 1 avortement sur quatre serait lié à un viol ou une agression sexuelle (mémoire universitaire 2009, DU victimologie, C. Sarafis).
  • Moins de 10% des actes de violences sexuelles hors ménage ont été suivies de plainte en 2007-8, et moins de 8% pour des actes de violences sexuelles dans le ménage ((selon l’enquête INHES/OND 2009).

 

Vous trouverez ci-dessous quelques chiffres issus du Bulletin 2000 du Collectif Féministe contre le Viol (rapport statistiques 1998) qui gère le numéro vert SOS Viols 0.800.05.95.95.
En 1998, 1.865 viols et autres agressions sexuelles ont été dénoncées à la permanence téléphonique. Les données qui suivent proviennent de l'analyse statistique de ces appels (plus des statistiques ministérielles).

  

http://www.sosfemmes.com/violences/viol_chiffres.htm

  


Age des victimes au moment de l'agression
(pas nécessairement au moment de l'appel)

 
Adultes (> 18) = 32,7 %
Ados (15-18) = 11,9 %
Enfants (< 15) = 45,9 %
Inconnu = 9,5 %

Nombreuses sont les victimes qui appellent adultes pour des faits remontant à l'enfance (événement également constaté par les échanges d'emails à partir de ce site). Dans 40,9 % des cas, les faits remontaient à moins d'un an ; dans 59,1 %, à plus d'un an.

En croisant les données relatives à l'âge et au sexe, on constate que :

@ 41% des victimes sont des filles
@ 10,8 % sont des adolescentes
@ 30,2 % sont des femmes adultes
@ 4,3 % sont des garçons
@ 1,1 % des adolescents
@ 2,5 % des hommes adultes
à quoi il faut ajouter 9,5 % d'âge et/ou de sexe indéterminés.


Sexe des victimes
Sexe féminin : 91,2 %
Sexe masculin : 8,8 %

L'âge moyen et l'apparence extérieure dite attirante (beauté) ou séductrice (minijupe, maquillage, talons hauts, ...) ne sont en aucune façon des facteurs déterminants dans le choix par l'agresseur de ses victimes (pas plus que le satut socio-économique : toutes les situations sont représentées), contrairement aux stéréotypes.

Par ailleurs, dans 74 % des cas, la victime connaît ou connaissait son agresseur (pourcentage qui comprend bien entendu les viols sur mineurs - généralement commis par l'entourage proche - mais aussi les abus sexuels commis par abus de confiance, chantage, menace, surprise, violence par des personnes que les victimes connaissent - conjoint, collègue de travail, proche de la famille, médecin ou soignant, etc.). Par voie de conséquence, l'agresseur n'est donc un inconnu que dans 26 % des cas ...

Lieu de l'agression
 

Domicile de la victime ou de l'agresseur : 67,7 %
Rue : 3,7 %
Bois, bord de route : 2,2 %
Transport en commun : 1,5 %
Parking : 0,6 %
Institution scolaire ou parascolaire : 3,3 %

Les agressions sexuelles sont commises le jour dans 45,7 % des cas, la nuit dans 54,3 %.

Et les agresseurs ?
 

Personnes mises en cause
(statistiques Ministère de l'Intérieur 1997)
 
Hommes : 96,3 %
Femmes : 3,7 %

Les condamnations pour viol et autres agressions sexuelles en 1996 comptaient 14,1 % de mineurs et 5,5 % de plus de 60 ans (Ministère de la Justice).

Personnes condamnées
(statistiques Ministère de la Justice 1996)
 
Hommes : 99 %
Femmes : 1 %
Les études montrent que la plupart des agressions sont préméditées, une réalité qui vient invalider le fait que le viol correspondrait à une "pulsion irrépressible et incontrôlable".

 91 % des personnes condamnées sont denationalité française

 16,8 % appartiennent à des professionsmédicales et paramédicales
 13,1 % exercent les métiers de l'enseignement, de l'animation ou de la petite enfance
 14,8 % ont des responsabilités d'encadrement (PDG, ingénieur, énarque, gérant de bar, entrepreneur, chef de service, ...)
 12,7 % exercent les métiers de la loi et de l'ordre (policier, militaire, gendarme, attaché parlementaire, etc.)
... soit 57,4 % des personnes condamnées.


Le violeur n'est très majoritairement ni étranger, ni célibataire (vivant seul), ni asocial, ni impulsif. Dans la plupart des cas, il est parfaitement intégré à la société, marié (ou vivant maritalement) avec des enfants.

Le statut socio-économique n'est pas du tout un facteur déterminant.

 

  source :http://www.sosfemmes.com/violences/viol_chiffres.htm

 

 

Commencer par informer les jeunes générations sur la réalité, les risques encourus, apprendre à dire NON, même à l'adulte qu'on connait, qui est gentil ou qui peut avoir autorité sur l'enfant, voir la campagne de prévention du Conseil de l'Europe "On ne touche pas ici.org

 

Apprendre aux petits garçons, aux hommes dès leur plus jeune âge que quand une fille dit NON, c'est NON, que ce NON se respecte.

 

Il faudra aller soulever la poussière loin sous le tapis. Ce sont les femmes qui élèvent les enfants, les hommes.

 

 

« Les femmes haïtiennes victimes de viol » France 2, 12 janvier 2011

 

En Guinée :

« Au long des soixante pages de ce rapport aussi précis qu'insupportable, les trois rapporteurs relatent une série de tueries "systématiques", de viols et d'actes de torture "organisés". Dès le début des violences, les femmes ont été isolées des autres prisonniers. "Des femmes ont été violées avec des objets, notamment des baïonnettes, des bâtons, des morceaux de métal, des matraques", décrit le rapport. "Des militaires ont achevé des femmes violées en introduisant les fusils dans leur vagin et en tirant".

 

http://lci.tf1.fr/monde/afrique/2009-12/massacres-et-femmes-violees-a-mort-l-onu-accuse-la-guinee-5604413.html (dec 2009)

 

Au Soudan : http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/11/22/1012-soudan-pour-les-femmes-violees-du-darfour-rompons-le-silence

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article