Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Intervention de Benoît Blineau 18 oct 2010 sur le financement de l'aéroport NDDL

21 Octobre 2010 , Rédigé par Benoît Blineau Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Intervention de Benoît Blineau (MoDem) au Conseil communautaire de Nantes Métropole le 18 octobre 2010 sur le financement du projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes.

 

 

FINANCEMENT DE L AEROPORT DE NDDL

 

 

"Nantes-Atlantique optimisée peut largement couvrir les besoins des années 2050 et au-delà.

A titre comparatif, l’aéroport international de Genève sur une surface comparable de 340 hectares et une seule piste, a une capacité déclarée d’environ 15 millions de passagers par an.

 

Le chiffre de 9 millions de passagers sur Nantes, à l’horizon 2050, correspond à des estimations qui ont sciemment écarté la concurrence des 4 500 km de LGV nouvelles, à réaliser en France d’ici 2050.

Une fois prise en compte cette concurrence de la grande vitesse ferroviaire, le chiffre du trafic estimé en 2 050, tombe à 4 500 000 millions passagers seulement dans le meilleur des cas. Il n’y a aucune plus value à déplacer de 20 km l’aéroport vers le Nord.

Force est de constater que les porteurs politiques du projet soutiennent un aéroport d’accès tout automobile.

 

Même le Conseil Général reconnaît que le tram-train au départ de Nantes-gare et contournant Nantes par l’est n’est pas la solution pour une desserte.

 

Il n’y a pas de place pour une LGV Rennes-NDDL Nantes dont le coût 2010 est de l’ordre de 1,5 milliards d’euros. L’estimation de trafic sur ce lieu avec un taux d’occupation à 80 % est de 6 allers-retours seulement par jour en 2050. A titre indicatif et pour comparaison, dès 2014 le trafic sur LGV Bretagne atteignant la ville de Rennes sera d’environ 24 aller-retour par jour, à moins de se comporter comme  à DUBAI et de n’avoir aucune conscience environnementale, on ne fait pas une ligne à grande vitesse pour un trafic aussi faible.

 

Les populations, les élus de la communauté urbaine de Nantes, du département de Loire-Atlantique, des Régions Pays de la Loire et Bretagne n’ont pas à financer un projet dont le seul résultat est de satisfaire la vision de l’aménagement urbain de quelques élus nantais et de leurs ambitions politiques associées.

 

Vouloir fermer Nantes-Atlantique est à terme un vilain coup bas portés aux employés du secteur aérien, ne donnons aucun alibi pour la fermeture du site de production (Airbus). Pour le MoDem, depuis mai 2007, et afin de faire face aux accroissements des trafics aussi bien aérien, ferroviaire, routier, nous soutenons un projet de transport comparable au choix raisonnable de la Bretagne. Nous assumons un prolongement de la LGV depuis Sablé-sur-Sarthe, vers Angers puis Nantes par le sud-Loire, desservant au passage l’aéroport existant d’Angers-Marcé.

 

Cela permettra :

  • d’assurer la rentabilité d’Angers-Marcé tout en facilitant l’accessibilité de l’Ouest-Atlantique,
  • de disposer à l’horizon de 2020 d’une ligne à grande vitesse, de bout en bout, depuis Nantes jusqu’à Lille sur son tracé 3 aéroports: Angers-Marcé, Orly et Roissy,
  • d’irriguer l’ensemble des départements des Pays de la Loire et au-delà, de réduire considérablement les besoins additionnels du transport routier.

 

A votre projet d’aéroport local, nous opposons un véritable projet de transport régional ouest-atlantique au bénéfice du plus grand nombre de personnes, d’entreprises et de C.C.I. départementales. (c'est ça le "maillage territorial". IL)

 

Elu sur une liste indépendante de l’UMP et du PS, et devant l’union sacrée UMP/PS qui défend cette fraude sur les chiffres, j’invite tous les républicains même aux sincères de droite, de gauche et ceux qui se disent du Centre à sortir du rang face au projet de NDDL afin de faire primer l’intérêt véritable des populations, des entreprises, de l’emploi sur des intérêts locaux politiques, visiblement égoïstes et déconnectés des réalités économiques.

 

C’est pour cela que le Mouvement Démocrate vote NON au financement d’un projet totalement inadapté et demande la mise en place d’une commission indépendante du pouvoir pour enquêter au plus tôt sur la mise à l’écart de la concurrence de 4 500 km de Ligne à grande vitesse ferroviaire.

 

Je vous remercie de votre écoute."

 

 

Retrouvez l'intervention de Benoît Blineau (MoDem) au Conseil communautaire de Nantes Métropole le 18 octobre 2010 sur le financement du projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes sur le blog des élus MoDem de Nantes

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article