Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le lézard et l'aéroport

27 Novembre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Relevé dans les Indiscrets sur la Newsletter de l'Express le 27 novembre 2009

Le triton crêté, une espèce de gros lézard aquatique, pourrait faire reculer le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes. Experts et autorités ont déjà repéré l'animal dans le secteur concerné, relevant de l'annexe II de la directive européenne Habitats. Il est prévu de déménager les mares, mais les naturalistes ne sont pas convaincus par cette proposition. Par LEXPRESS.fr, publié le 27/11/2009 à 15:21


L'article original se trouvait avec moult détails et arguments dans La Lettre à Lulu de novembre 2009 (irrégulomadaire satirique n°66) sous le titre "Triton crêté : le dinosaure nain contre l'aéroport".

 

Extraits : "Dans les étangs de Notre-Dame-Des-Landes, une bestiole rare, un amphibien en forte régression, pourrait donner du fil à retordre aux aménageurs et aux rouleaux compresseurs : le triton crêté alias triturus cristatus" pour les intimes. Un genre de salamandre avec une crête en dents de scie pour les garçons, ce qui lui donne un côté dinosaure minus, quinze centimètres de long à l'âge adulte. Vivant dans les trous d'eau, en forte régression en Europe et tout aussi menacé en France, ce triton est intouchable de par l'annexe 2 de la Directive européenne Habitats  (Directive Habitats Faune Flore 92/43/CEE qui protège aussi l'habitat des espèces, car une protection des espèces seule ne suffit pas, il faut aussi protéger leur habitat. IL) donc archi protégé par le réseau Natura 2000, et par la liste de 1993 du ministère de l'agriculture protégeant amphibiens et reptiles. Considéré comme "espèce vulnérable" au livre rouge de la faune menacée.

Pique prune bis

Côté notoriété, il pourrait devenir un cousin du pique-prune. L'autoroute A28 entre le Mans et Tours a déjà fait les frais du désormais célèbre pique-prune, scarabée dont les impératifs de reproduction ont fait reculer le tracé de l'autoroute. Petite bêbête, mais chainon essentiel dans le fonctionnement écologique des milieux forestiers, et excellent indicateur de la qualité biologique des milieux. Le chantier et les bulldozers risquaient de faire disparaître l'habitat de cette espèce protégée.
Même configuration avec le triton à crête et le projet d'aéroport écrase-tout".

Lire la suite de l'article sur la version papier de la Lettre à Lulu qui n'est pas dispo sur Internet.

Tiens cela me donne une idée pour le tout nouveau pôle nantais Sciences et environnement SEQUOIA.  Il proposait dans son programme d'inauguration du 14 au 21 novembre 2009 un atelier intitulé "Il faut sauver le dodo, Atelier sur les conditions de survie du dodo, oiseau trop lourd pour voler, trop gros pour courir et trop maladroit pour échapper à la menace humaine."
C'est bien. Mais on ne peut plus rien faire pour ce pauvre dodo, il a hélas complètement disparu. (Le dodo disparu est devenu l'emblème de l'Ile Maurice)

Mais il est encore temps de sauver le triton crêté !
Voilà une belle action concrète pour les générations futures !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article