Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des ponts, toujours des ponts et encore des ponts

10 Novembre 2010 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

Piquée au vif hier par son nouveau titre de "ville la plus embouteillée de France" hier, la Ville de Nantes n'a pas manqué de réagir ce matin. Comme le franchissement de la Loire était cité comme principal point noir, ce matin, on nous annonce qu'on va enfin régler le problème pour... dans 15 - 20 ans.

D'ici là vous pouvez toujours demander conseil aux brochets, carpes, anguilles et mêmes aux requins pour savoir comment ils font pour traverser la Loire...

 

ACTUALITE LOCALE : Trouvé dans le : Dossier "Bouchons" de Ouest France page 13 dans l'édition du 10 11 10.

logo ouest france         

 

bouchon-nantais-L-Failler-OF.jpg

 

Parce qu'il faut désengorger la circulation routière, un nouveau franchissement de la Loire est nécessaire. / Photo : Ludovic Failler.

Pour desserrer le corset de l'automobile qui asphyxie la ville, Nantes Métropole étudie un nouveau pont sur la Loire, entre Trentemoult et Chantenay. La solution du pont levant est privilégiée.

Un pont levant entre Trentemoult et Chantenay

Un nouveau franchissement est nécessaire

Aucun doute : Nantes va se doter d'un nouveau franchissement dans les 15 ou 20 ans à venir. Qu'on l'appelle pont, tunnel, téléphérique ou transbordeur, cette hypothèse est inscrite dans le nouveau Plan de déplacement urbain de Nantes Métropole. Pourquoi ? Parce qu'il faut désengorger la circulation routière qui, parfois, paralyse l'aire urbaine nantaise (800 000 habitants). Et parce que la construction de ponts sur la Loire (l'exemple du pont L.-S. Senghor le prouve) est la plus efficace. La ville ne pouvant pas pousser ses murs ni élargir ses voies, il faut une artère nouvelle pour accueillir la circulation entre le nord-ouest et le sud-ouest de l'agglomération.

Une ville sujette aux étouffements

La grande vulnérabilité de Nantes face aux embarras de circulation sur le pont de Cheviré milite pour cette solution. Avec 100 000 véhicules par jour, Cheviré est « l'aorte » de l'agglomération. Le moindre caillot (accident, coupure de circulation) se fait sentir dans un large rayon. Et la circulation se déverse en direction du quai de la Fosse et du pont Anne-de-Bretagne. Le quai de la Fosse demeure un point de forte congestion avec encore 30 000 véhicules par jour.

Un pont pour la ville

Pourquoi pas un pont entre Cheviré et Saint-Nazaire ? Parce que le pont de Cheviré est utilisé à 80 % par le trafic de l'agglomération nantaise. C'est donc bien d'un nouveau franchissement urbain que Nantes a besoin. Et pas d'un « pont plus loin », entre Cheviré et Saint-Nazaire.

Un pont, et pas seulement pour les autos     

 Encore heureux ! Il ne manquerait plus qu'un pont interdit aux piétons et aux vélos !!! IL

Le pont de 2025-2030 ne servira pas seulement l'automobile. Le maître mot est le « partage de l'espace » entre différents modes de transport. Le tout dans un contexte « apaisé » où la « vitesse pratique » se situe autour de 30 km/h, et souvent moins.

Nantes Métropole appelle à combiner les types de déplacement, à laisser sa voiture aux portes de la ville pour prendre un Chronobus (bientôt), un tramway, un busway, et à utiliser la bicyclette... Le futur pont devra pouvoir accueillir tous les modes terrestres de déplacement et pas seulement la voiture.

De plus, ce pont doit pouvoir supporter des transports collectifs à rythme soutenu ou intense. Il doit être lui-même un transport en commun.

Un pont levant, comme à Rouen...

Quels modèles de franchissement ? Le téléphérique a ses défenseurs (le Modem), le transbordeur aussi (l'association Les Transbordés). Nantes se tourne vers Rouen et son pont levant sur la Seine : à Rouen aussi, on a cherché à remédier à l'asphyxie de la ville par l'automobile, sans contrarier le trafic fluvial ni (comme à Nantes) la manoeuvre d'évitage des navires.

Le pont levant semble bien l'hypothèse favorite, sur laquelle planchent actuellement les bureaux d'étude. Elle a l'avantage de pouvoir accueillir un tramway sans « rupture de charge », sans interruption de la continuité du trafic.

Un pont levant ou autre ne sera jamais qu'un pont de plus, soit un changement de type 1, un changement qui ne change pas grand chose. Et après on fera quoi, un autre pont ?

"Des petits ponts, des petits ponts, toujours des petits ponts, des ponts de seconde claaaaaasse, des ponts de première classe, encore des petits ponts..."

Et nous on veut un vrai changement, un changement de type 2 ! IL

 

...Ou un tramway suspendu, comme à Wuppertal

Autre solution tout aussi rationnelle, et que connaissent bien tous les amoureux du cinéma allemand : le tramway suspendu (le célèbre Schwebebahnzug, grande attraction de la ville de Wuppertal), qui apparaît dans le film Alice dans les villes, de Wim Wenders, et dans Les rêves dansants, documentaire sur la chorégraphe Pina Bausch. Simple comme bonjour, il survole poétiquement le fleuve, suspendu à ses rails. Avantage : efficace et spectaculaire.

 

C'est quoi ce nouveau plan "wuppertalien" à la Nantaise ?? Pour ne pas dire "néanderthalien" parce que j'ai beaucoup de respect pour tous mes amis allemands. Le tram de Wuppertal c'est le principe d'un "immense viaduc ferroviaire de 13 kilomètres de long, ponctué de 20 stations d'accès aux voitures. Suspendues au portique, celles ci circulent dans la majeure partie du parcours sur deux voies, avec des intervalles réguliers, variables selon les heures, de l'ordre de 8 à 10 minutes à l'heure de pointe".

L'infrastructure : un viaduc continu. La ligne, essentiellement a double voie, se développe sur une longueur de 13,3 kilomètres dont 10 km s'élèvent sur la rivière Wupper, à une hauteur d'environ 12 mètres et 3,3 kilomètres sur la voie publique, à Vohwinkel, à une hauteur d'environ 8/9 mètres." 

Source : http://www.timbresponts.fr/articles_et_publications/le_monorail_suspendu_de_wupperta.htm
Et un pont suspendu c'est toujours un pont ! IL 

D'où à où ?

L'implantation du pont sera conditionnée par les facilités offertes par le réseau routier existant. De ce point de vue, une liaison partant de Rezé (Atout Sud) pour rejoindre la gare de Chantenay (dans une zone qui va s'urbaniser, déjà bien desservie par ses boulevards) semble l'une des plus réalistes. Les études n'écartent pas la possibilité d'un franchissement passant par l'île de Nantes. Le pont de 2025-2030 pourrait alors être deux.

Daniel MORVAN.

Ouest-France

 logo ouest france

 

 C'est vrai que desservir la gare de Chantenay, c'est une bonne idée à laquelle nous réfléchissons aussi.

 

Allez bon week-end du 11 Novembre à tous.

On se retrouve bientôt pour le compte-à-rebours musical, et ce ne sera pas Zazie...

IL

  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JOUAN LIONEL 14/11/2010 14:13


Eh oui Isabelle 2 ponts, ça étonne !!!

Ce qui est intéressant à noter, c'est que cette proposition n'émane ni des politiques de la majorité locale, ni de l'opposition politique locale, donc d'aucun des élus en CHARGE de la GESTION
locale. Non !!! Cette proposition émane du Conseil Économique Social et Environnemental, donc d'une assemblée de Sages. Et ce qui est tout aussi intéressant, c'est que cette proposition va dans le
même sens que les remarques des forces vives locales, que j'ai citées précédemment.

Est-ce que tout cela tendrait à démontrer l'écart de réalisme qui se creuse entre les élus et les besoins réels sur le terrain ?

Pour autant, comme tu as du le noter Isabelle, cette idée n'entre pas en concurrence avec le "projet" de télécabines dont tu es l'initiatrice. Les fonctionnalités ne sont pas les mêmes, le besoin
couvert n'est pas du même ordre.

Et si tout le monde laissait de côté son dogmatisme, qu'il soit de gauche, de droite, écolo ou autre, pour enfin s'occuper des priorités effectives.....

En toute amitié.

Lionel.


JOUAN LIONEL 12/11/2010 08:50


Il est particulièrement instructif de rapprocher de la position défendue par Isabelle, la position des "forces vives" de l'agglomération, par exemple:

Philippe Bély, Président de la chambre syndicale des artisans taxis " Le tout transport en commun ne marche pas. La ville fait tout pour favoriser las transports en commun, pour autant ils ne
prennent pas plus de parts de marché, et vu l'investissement financier englouti dans les transports en commun, c'est grave ... Quoi qu'en disent les politiques, les Nantais comme d'autres ont
besoin de la voiture !!!".

Ou encore Hugues Frioux, Président de Plein Centre association de commerçants du centre ville " Le problème, l'accessibilité au cœur de la ville. Il faudrait plus penser aux envies, aux besoins des
usagers des rues, et ne pas raisonner uniquement en matière écologique."

On pourrait aussi mettre en exergue la position de la CCI qui va dans le même sens.

ALORS ???

Eh bien la question que l'on doit se poser est de savoir si les élus locaux, de proximité comme les élus municipaux, doivent se positionner de manière à gérer au mieux l'intérêt de leurs
administrés, ou s'il doivent se servir de leur mandat pour prêcher leur dogme politique.

Alors chers Internautes, chers amis du Blog, réagissez à cette question, faites connaître à Isabelle ce que vous attendez qu'elle défende comme intérêt.

Bien entendu ceci n'enlève rien ni aux qualités de dévouement ni à la qualité du travail produit par Isabelle dont je respecte les convictions, le tout est de savoir qu'est-ce qui doit primer dans
sa fonction d'élue.

En toute sincère amitié.

Lionel.


isabelle 13/11/2010 09:42



Ce matin c'est le "Pontpont" il est question de construire 2 ponts de plus à l'ouest  ! 


 


 



David 11/11/2010 11:01


Et si on busait la Loire??


isabelle 11/11/2010 12:18



rigole pas, on a supprimé les ponts quand on a comblé les bras de la Loire et de l'Erdre au XXè siècle et qu'on a éliminé la Loire du coeur de Nantes, et aujourd'hui on reconstruit des
ponts...