Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Survol exagéré du centre de Nantes : "30 % des avions pourraient l'éviter en passant par le sud »

14 Janvier 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

 

L'information était déjà parue dans la dernière Lettre A Lulu de décembre 2011.

Voici un article de Ouest France du 10 janvier 2012 repris ce matin sur nantesmaville

 



Un pilote : « Trop d'avions au-dessus de Nantes » logo ouest france

 

 

 

 

La piste de l'aéroport est quasiment orientée nord-sud. Les avions peuvent donc soit atterrir par le nord, en survolant le centre-ville de Nantes. Soit par le sud, en survolant le lac de Grandlieu et Saint-Aignan.

 

30 % des avions qui survolent le centre-ville pourraient l'éviter en passant par le sud de l'agglo, estime Thierry Masson. Il met en cause le contrôle aérien. La direction et le 1ersyndicat de l'Aviation civile, la CGT, réagissent.

 

Comment les avions atterrissent-ils à Nantes-Atlantique ?

 

La piste de l'aéroport est quasiment orientée nord-sud. Les avions peuvent donc soit atterrir par le nord, en survolant le centre-ville de Nantes. Soit par le sud, en survolant le lac de Grandlieu et Saint-Aignan. La décision est prise par les contrôleurs aériens, en fonction notamment de la force du vent. En règle générale, l'atterrissage et le décollage doivent se faire face au vent.

 

Quelle est la thèse de Thierry Masson ?

 

Cet officier-pilote de ligne de 50 ans, basé à Nantes, a à son actif plusieurs milliers d'heures de vol et il atterrit souvent à Nantes. Il anime un collectif de pilotes « doutant de la pertinence du projet de Notre-Dame-des-Landes », revendiquant plusieurs dizaines de membres. Il estime que trop souvent les contrôleurs aériens imposent aux pilotes d'atterrir par le nord. « Deux tiers du trafic transitent par le sud-est de l'agglomération. J'aimerais bien savoir pourquoi, en arrivant de Limoges, de Poitiers ou de Bordeaux, il faut faire un détour par le nord-est de l'agglomération et survoler le centre de Nantes. » Documents à l'appui, il cite le 30 octobre dernier, ou encore le 20 novembre : « Ces jours-là, avec un vent faible, tous les avions ont atterri par le nord. » Contactée, Météo France fait état d'un vent faible le 30 octobre, et faible puis modéré l'après-midi, le 20 novembre. « Le détour par le nord ne pose pas de problème de sécurité, poursuit Thierry Masson. Mais cela rallonge le temps de vol de sept minutes et accroît la consommation de carburant. C'est une aberration économique. » Le pilote s'interroge : « N'y aurait-il pas un rapport entre le survol de Nantes et le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? » Autrement dit, chercherait-on en peuplant les cieux urbains à accréditer l'idée qu'il faut construire un nouvel aéroport ?

 

Que répond l'Aviation civile ?

 

Loïc Robin, chef du service de la navigation aérienne Ouest, au sein de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), apporte un démenti formel : « L'idée d'un lobby pro Notre-Dame-des-Landes au contrôle aérien est inimaginable humainement ou professionnellement. » Il souligne que « le contrôle aérien répond d'abord à des règles de sécurité des vols. En fonction de la situation aéronautique et du vent, nous essayons autant que possible de privilégier l'atterrissage par le sud ».

 

Qu'en pense la CGT de l'Aviation civile ?

 

La CGT, première organisation à la DGAC, juge la thèse de Thierry Masson « fantaisiste ». Le syndicat souligne : « Nous décidons du sens de l'atterrissage, d'abord en fonction de la sécurité. Ensuite de l'environnement : nous avons pour obligation de la part de notre hérarchie d'éviter, dans la mesure du possible, le survol du centre de Nantes, afin de limiter les nuisances sonores. »

 

Qu'en dit le pilote ?

 

Il prend acte de toutes ces réponses. Mais maintient : « Il y a un effort à mener. 30 % des avions qui survolent le centre de Nantes pourraient l'éviter en passant par le sud. »

 

Jacques SAYAGH

Ouest-France  

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article