Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

« Les projets de téléphérique urbain fleurissent en France » Le Monde 13 10 2012

14 Octobre 2012 Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

« Les projets de téléphérique urbain fleurissent en France »

Sophie Landrin - LE MONDE le 13.10.2012

 

« On l'associe volontiers à la montagne et au ski, et beaucoup moins au travail et à l'urbanité...  

Le téléphérique est pourtant en train de gagner les villes.  

Londres a inauguré pour les Jeux olympiques de 2012 son "Emirates Air Line", 34 cabines perchées à 90 m de hauteur pour franchir la Tamise au-dessus de Greenwich. Barcelone a ses oeufs pour gravir la colline de Montjuïc, comme Coblence pour traverser le Rhin et atteindre la forteresse d'Ehrenbreitstein. Rio, New York, Portland, Alger, Constantine, Funchal, Bolzano... La liste des villes équipées de téléphérique ne cesse de s'allonger.

Les expériences les plus significatives ont été menées dans les années 2000 par deux villes d'Amérique du Sud : Medellin, en Colombie, puis Caracas, au Venezuela. Le téléphérique, conçu comme un véritable mode de transport de masse, est devenu à la fois un vecteur "propre" de mobilité – aucune émission de CO2 –, mais aussi un outil de désenclavement des quartiers les plus pauvres. A Medellin, le succès est tel que la ville envisage la construction d'une quatrième ligne.

 

La France est en retard. Elle fut pourtant l'une des pionnières lorsqu'elle inaugura à Grenoble, en 1934, la télécabine de la Bastille, à vocation touristique, pour relier le centre-ville à un fort militaire sur les contreforts de la Chartreuse, à 476 m d'altitude. Plusieurs projets ont été abandonnés ces dernières années, notamment à Issy-les-Moulineaux, sous la pression de riverains réfractaires à l'idée de voir leur habitation survolée par des "bennes". Mais les premières réalisations devraient voir le jour à partir de 2015.

 

DEUX FOIS MOINS CHER QUE LE TRAM

Economique, écologique, sûr, nécessitant peu de travaux, le câble séduit les élus locaux pour franchir les obstacles naturels, rivières ou dénivelés et éviter la construction d'ouvrages d'art coûteux. Un kilomètre de câble coûte deux fois moins cher que le tram. Son débit n'est certes pas celui d'un métro, mais il peut transporter, selon les modèles, jusqu'à 8 000 voyageurs par heure.

  

 

Les Brestois seront les premiers à découvrir leur "câble" en 2015. La municipalité a choisi d'assurer la traversée de la rivière Penfeld et la liaison entre le centre-ville et le plateau des Capucins par un téléphérique. Ce quartier de douze hectares était jusqu'à présent propriété de la marine, interdit au public et séparé du centre par la rivière. Racheté par la métropole, l'arsenal va devenir un écoquartier mariant logements, commerces, activités culturelles et bureaux.

  

Pour le desservir, les élus avaient d'abord imaginé recourir à une passerelle mais l'idée a été abandonnée, notamment à cause du passage des navires militaires. L'option d'un pont transbordeur était trop chère – entre 50 millions et 60 millions d'euros. Le futur téléphérique, qui coûtera 15 millions d'euros, pourra transporter 2 000 personnes par heure.

7 000 PERSONNES PAR HEURES

 

A Toulouse, des télécabines connecteront en 2017 trois sites stratégiques séparés par la Garonne et une colline : l'Oncopole (le centre de recherche contre le cancer construit sur l'ancien site AZF), l'hôpital Rangueil et l'université Paul-Sabatier. Long de 2,6 km, relié au métro, il aura un débit de 7 000 personnes par heure. Seulement dix minutes suffiront pour passer d'un site à un autre, alors qu'un trajet en voiture pouvait en prendre quarante-cinq. La fréquence sera d'une minute et trente secondes en heure de pointe et de cinq à sept minutes le reste de la journée.

"Ce n'est en aucun cas un gadget ou un objet touristique, ce projet répond à une logique de transports, plaide Joël Carreiras, adjoint au maire de Toulouse et vice-président de l'agglomération chargé des déplacements et des transports. Soit il nous fallait creuser un tunnel, soit passer au-dessus et nous n'en avions pas les moyens financiers." Le coût du téléphérique et de ses trois stations est estimé à 45 millions d'euros

Dans ces deux villes, aucun survol d'habitations privées. C'est l'un des principaux obstacles à ce mode de transport, outre son impact visuel sur les paysages.

Dans la région parisienne, une liaison de 5 km (Créteil - Limeil-Brévannes - Villeneuve-Saint-Georges), au départ de la ligne 8 du métro, devrait voir le jour. Le syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF) doit rendre ses conclusions début 2013 pour déterminer si le "câble" est la technique la plus opportune.

Nous sommes dans un territoire enclavé, coincé par des plateaux et par la Seine, avec des coupures urbaines fortes, ferroviaires et routières, c'est donc un mode de transport adapté, défend Marc Thiberville, vice-président du conseil général du Val-de-Marne. Le téléphérique mettra moins de quinze minutes, quand il faut aujourd'hui trente minutes en voiture et quarante-cinq minutes en bus."

 

"INTERCONNECTER LE RÉSEAU EXISTANT"

 

A une échelle beaucoup plus vaste, Grenoble envisage un chantier gigantesque, à la fois urbain et extra-urbain. Un téléphérique de centre-ville pourrait permettre de franchir deux rivières (l'Isère et le Drac) et de relier les trois lignes de tramways parallèles les unes aux autres. La commune a commencé à préempter le foncier."L'agglomération a beaucoup investi dans des lignes de tram et nos capacités de financement se réduisent. Il nous faut donc trouver de nouveaux modes de transport qui permettent d'interconnecter le réseau existant, métro, bus, tramway", fait valoir Philippe de Longevialle, en charge de l'urbanisme.

 

A terme, ce réseau interne pourrait être prolongé bien au-delà des frontières de la ville par deux autres lignes pour rejoindre la station de Chamrousse, dans le massif de Belledone, et Villard-de-Lans, sur le plateau du Vercors. "Ce sont des routes encombrées et dangereuses, ceux qui viennent travailler à Grenoble auraient grand intérêt à abandonner leur voiture" poursuit M. de Longevialle. Mais le projet fait polémique. Des propriétaires y sont hostiles. Des communes craignent une inflation du foncier et du bâti. A l'inverse de Medellin, l'attractivité du téléphérique est ici redoutée..."

 

Sophie Landrin – Le Monde – 13 10 2012

Lire la suite

"Ils sont venus, ils ont vu et sont repartis...convaincus !" Vidéo

14 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

 

"Ils sont venus, ils ont vu et sont repartis...convaincus !"

 

Qui ça ? Les élus de "la Métro" communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole

 

De quoi ? Du téléphérique.

 

Certes il y a des montagnes autour mais en bas dans la vallée, "la ville est plate", y poussent des écoquartiers et évoluent des myriades de cyclistes" 

 

Sur le site de Grenoble-Alpes Métropole :

 

 

Projet de téléphérique : l'exemple de Bolzano 

 

Actualité - lundi 17 septembre 2012

 

Vidéo Grenoble Alpes Métropole "Téléphérique de Bolzano : un exemple convaincant"

 

« Fin août, une douzaine d’élus de l’agglomération grenobloise et du Vercors* se sont rendus, à l’invitation de la Métro, à Bolzano, dans le Tyrol italien, pour un voyage d’étude du téléphérique de Renon.

 

Une visite réalisée dans le cadre du  projet de liaison par câble initié par la Métro entre l'agglomération de Grenoble et le massif du Vercors, au départ de Fontaine et à destination de Lans-en-vercors, via Saint-Nizier-du-Moucherotte.

 

Le téléphérique de Bolzano concentre de nombreux points communs avec ce projet, du fait de sa situation et de son usage.

 

Avec ses deux rivières, ses trois massifs, une sensibilité aiguë au développement durable et aux transports doux, la région de Bolzano, à quelques encablures des Dolomites, présente en effet de nombreuses similitudes avec sa consœur grenobloise.

 

 

Trois massifs... et trois téléphériques !

 

 

Si l'agglomération italienne est de moindre taille (104 000 habitants, contre 405 000 pour la capitale des Alpes), elle possède pourtant un atout majeur avec ses trois téléphériques, dont le "Funivia del Renon", long de 4,5 km, qui dessert le plateau du même nom à 1 200 m d'altitude.

 

C'est dans ce dernier qu'ont grimpé les visiteurs grenoblois lors d'un court séjour assorti de rencontres avec les autorités de la ville, les constructeurs de l'engin et les professionnels du tourisme. Le téléphérique de Renon n'est pas vraiment nouveau : depuis 1906, un train à crémaillère, puis divers systèmes de transports par câble ont relié la ville et le plateau.

 

Mais sa dernière version «3S» mise en service en 2009, plus rapide et dotée de larges cabines, a sensiblement modifié le paysage local. Alors que les autorités tablaient sur un doublement de sa fréquentation, c'est à un triplement qu'ils ont assisté, celle-ci passant de 300 000 à plus de 900 000 par an !

 

 

Demande et offre touristiques démultipliées

 

Aujourd'hui, sur les 7 000 habitants du plateau, plus d'un millier descend chaque jour au travail avec le câble. Avec ses 12 minutes de trajet, celui-ci offre une véritable alternative aux 25 minutes à avaler par la route.

 

Mais surtout, "une nouvelle clientèle est arrivée, séduite par le confort de déplacement et une offre de loisirs enrichie", explique ainsi un hôtelier de Renon. "Le nombre de lits touristiques est passé de 2600 à 3000. Et le chiffre d'affaire des hôtels et restaurants a crû de 30 %."

 

Pour autant, le plateau ne s'est pas laissé déborder : "Nous adaptons aujourd'hui notre plan de développement pour maîtriser cette croissance. Nous prévoyons d'autoriser de nouveaux établissements mais, pour l'instant, ce sont les hôtels et restaurants existants qui se sont agrandis. Quant aux résidences secondaires, nous contenons leur nombre."

 

 

Un modèle instructif pour le projet grenoblois

 

 

Au final, un modèle qui a convaincu les élus de l'agglomération grenobloise et du Vercors, tous soulignant sa pertinence dans un contexte de réduction des gaz à effet de serre et de lien entre les territoires.

"Ce projet est instructif", déclarait ainsi le président de la Métro, Marc Baietto. "Il éclaire d'un jour nouveau le travail que l'on doit conduire avec nos collègues élus du plateau. Tous ont pu prendre conscience ici qu'il existe pour le Vercors un vrai enjeu de développement local".

Même écho du côté de Chantal Carlioz, maire de Villard-de-Lans et de Pierre Buisson, maire de Méaudre  et président de la Communauté de communes du massif du Vercors (CCMV): "Nous avons découvert un projet de valeur, dont nous pouvons nous inspirer. Deux choses sont importantes pour nous : disposer d'un projet économique viable et maîtriser l'urbanisation. Nous avons vu ici que c'était possible."

 

 

Plus qu’un câble, un lien entre 2 territoires

 

 

Renforcer les liens de solidarité entre le Vercors et l’agglomération grenobloise, c’est l’objectif des élus de la Métro qui ont voté, le 6 juillet, une délibération sur le lancement des études nécessaires au téléphérique et plaçant ce dernier au sein d’un projet plus vaste de développement territorial partagé.

 

Un projet qui “s’inscrira en cohérence avec la charte du Parc naturel Régional, le projet d’agglomération 2020 de la Métro et la charte de développement du territoire de la CCMV”, celle-ci ayant déjà pour ambitions de “contenir l’urbanisation”, concevoir un tourisme soutenable” et “limiter les accès par la route plateau-agglomération”.

---

Le projet de la métro de Grenoble : Déplacements : Une liaison par câble entre l’agglomération grenobloise et le Vercors (20.03.12)

 

Liens :

  

http://www.lametro.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/749/8-info-actualite-grenoble-projet-de-telepherique-l-exemple-de-bolzano.htm(17.09.12)

 

http://www.lametro.fr/TPL_CODE/TPL_VIDEOTHEQUE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/5620/ID_WEBOTHEQUECATEGORIE/258/536-video-grenoble-agglomeration.htm(Vidéo sep 2012)

 

http://www.lametro.fr/TPL_CODE/TPL_ACTUALITE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/660/8-info-actualite-grenoble.htm(20.03.12)

 

Lire la suite

Première autoroute cyclable à Copenhague

14 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Transports dont Vélo tram-train

Copenhague est souvent citée comme la ville référence du vélo.
     
37 % de déplacements à vélo dans une agglomération de 1,5 Million d'habitants. Loin de nos 2 ou 4 % dans l'agglomération nantaise.
Chaque jour, près de 500 000 habitants s'y déplacent à vélo !
Là-bas tout est fait grâce à des aménagements attractifs pour favoriser la pratique du vélo, et pas seulement pour se promener le dimanche mais comme une véritable alternative à la voiture. Et ça marche.
Les vélos sont autorisés à bord du métro, les gares sont équipées de nombreux stationnements vélos et les trains de compartiments pour ces mêmes vélos.
 
La ville vient de mettre en place en 2012 :
 
"Les autoroutes cyclables de Copenhague" trouvé sur  I Bike Strasbourg : le blog de la culture vélo à Strasbourg et repris sur carfree.fr
 
"Ces infrastructures s'adressent principalement aux cyclistes pendulaires qui ont besoin d'aménagements permettant de se déplacer rapidement, surement et confortablement sur des longues distances allant parfois jusqu'à 20 km.
 
La réalisation d'un réseau de 13 autoroutes a été décidée en 2009. Aujourd'hui le nombre a été revu à la hausse puisque 26 autoroutes sont planifiées pour un total de 300 km."
 
 
 
 
On est loin de nos flèches vertes nantaises coincées entre les voitures ou des pistes non officielles tracées à la peinture blanche par les associations parce que la ville refuse toujours de le faire et préfère s'accomoder de ces "fausses pistes".
     
Voir la diversité des cargo bikes à Strasbourg
 
Lire la suite

Et un nouveau né dans la famille des transports : l'AEROTRAM de Toulouse

11 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

Téléphérique, transport par câble, tram aérien, télécabine, métrocâble et maintenant l'aérotram. Ce sont tous des transports par câble.
 
"L'aérotram prend son envol"  LA DEPECHE du 11 Octobre 2012
 
 
"C'est le nom du téléphérique qui doit relier l'Oncopole, le CHU de Rangueil et l'UPS en 2017. Le projet a été présenté hier à Toulouse lors d'un colloque sur les transports aériens par câble.
Après Barcelone, New York, Rio de Janeiro, Singapour et, pour les JO, Londres, voici un nouveau téléphérique urbain, cette fois à Toulouse. L'aérotram, c'est son nom, reliera l'Oncopole, et sa clinique du cancer, le CHU de Rangueil, et l'Université Paul-Sabatier (et facs de médecine et de pharmacie) en 2017 (début des travaux 2016).
Reliée à trois câbles (deux de support et un de traction) sur cinq pylônes, la ligne de 2,6 km de long, comportera trois gares aériennes (Oncopole, CHU et UPS) desservant ainsi trois sites médicaux et universitaires majeurs en dix minutes (avec une fréquence d'une minute et demi en heure de pointe).
Il faut une demi-heure à trois-quarts d'heure par la route actuellement (route d'Espagne, périphérique sud, chemin des étroits et coteaux de Pech David ou route de Narbonne).
Pierre Cohen a évoqué, hier à l'issue du colloque des transports aériens par câble, organisé à Toulouse, les projets pharaoniques un temps imaginés, puis abandonnés, pour franchir à la fois Garonne et coteaux de Pech David : «Pont, tunnel autoroutier, cette liaison aérienne permettra un transport en commun rapide et efficace en maillage avec le reste du réseau Tisséo». Un appel d'offres est en cours pour désigner fabricant et architecte conseil pour ce projet de 44 M€ tout compris."
Ph. E.
LA DEPECHE.
 
 
 
 
 
Lire la suite

Demain traverser la ville en téléphérique ? blog transports Le Monde et Colloque du Gart Toulouse le 10 octobre 2012

9 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

 
 
Blog transports d'Olivier Razemon, journaliste au Monde.
 
"L'interconnexion n'est plus assurée. Chronique impatiente de la mobilité quotidienne"
 
 
"Sortir de chez soi, se rendre à la station la plus proche, activer son pass magnétique, monter dans une cabine puis survoler la ville. Se rendre au travail, tous les matins, non en circulant sous terre mais en voguant dans les airs, pourquoi pas ?
   
     
Programme du colloque : Les projets de Brest, Toulouse et Créteil-Villeneuve St-Georges seront présentés l'après-midi.
 
lire la suite de l'article sur le blog d'Olivier Razemon
 
Vidéo : traversée de la Volga gelée en télécabine
 
 
 
 
 
Lire la suite

Nantes : "Le choix du pont levant fait peur. D'autres possibilités envisageables" Presse Océan du 08 10 2012

7 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

 

 

 

 

"Nantes GRANDS TRAVAUX. Le nouveau franchissement sur la Loire entre Chantenay et Rezé déclenche un débat : un pont levant risquerait de condamner à terme l'activité portuaire'

 

"Le choix du pont levant fait peur" Presse Océan Lundi 8 octobre 2012

 

Choix Pont levant fait peur Presse Ocean 08 10 12 002

 

"D'autres possibilités envisageables" Presse Océan Lundi 8 octobre 2012

 

Pont levant et autres possibilitésenvisageables Presse Oc

 

 

Un tunnel

 

Un pont haut

 

Bacs

 

Pont transbordeur

 

Téléphérique

 

"Les élus MoDem de Nantes Benoît Blineau et Isabelle Loirat préconisent un téléphérique. Cette liaison par câble desservirait depuis la butte Sainte-Anne* le quai des Antilles pour franchir ensuite la zone portuaire et se raccorder au tramway à Rezé : "une solution économique, écologique et rapide".

 

* La version 2007 du projet partait de la Butte Sainte-Anne mais depuis, il a été amendé et partirait bien de la rive nord et de la ligne de tram T1 mais plutôt de Gare maritime, quai de la Fosse. C'est ainsi qu'il a été présenté à Jean-Marc Ayrault et au conseil municipal de Nantes. 

 

 

Nantes. Nouveau franchissement sur la Loire, le débat ravivé. Donnez votre avis sur nantes.maville 

 

 

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-pont-levant-la-fin-du-port-de-Nantes-_44109-avd-20121003-63720271_actuLocale.Htm (03 10 2012)

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Un-pont-levant-au-dessus-de-la-Loire-a-Nantes-pour-ou-contre-_34181-2115333------44109-fod_actu.Htm (21.09.12)

 

http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-nouveau-franchissement-sur-la-loire-le-debat-ravive-08-10-2012-48952 (08.10.12)

 

 

http://www.sudouest.fr/2012/05/31/bordeaux-quand-le-paquebot-seven-seas-voyager-franchit-le-pont-730273-2780.php (31.05.2012)

 

http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Un-pont-levant-entre-Trentemoult-et-Chantenay-_loc-1581582_actu.Htm (Ouest France 10.11.2010)

 

http://www.lexpress.fr/region/a-rouen-le-pont-levant-qui-ne-se-levait-pas_780380.html (14.08.2009)

 

 

 

Lire la suite

Nantes : des idées pour s'en sortir dans la nouvelle Zone à trafic Limité ?

6 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Transports dont Vélo tram-train

 

 

Peut-être connaissez-vous déjà le vélo utilitaire électrique pour la distribution des petites marchandises dans les centres villes.

 

 

 

Une "solution pour distribuer les petites marchandises dans les centres-villes historiques avec de fortes restrictions de circulation".

 

 

 

Vert-chez-Vous-36-200x300

 

Image Vert chez vous

 

"capacité de transport d’un vélo (200 kg et 2m3) et son petit gabarit (1 m de large max)

 

'"vélo utilitaire a été spécialement conçu pour le transport de toute marchandise, y compris les plus sensibles. C’est le seul vélo utilitaire européen équipé de suspensions indépendantes sur chacune de ses trois roues. Elles atténuent tous les chocs et éliminent les vibrations.'

"Ces vélos véhiculent un très fort capital sympathie."

 

Une idée qui pourrait être utile à Nantes maintenant que le centre ville n'est plus accessible facilement qu'aux piétons, vélos et transports en commun.

 

Mais connaissez-vous ce service de distribution multimodal combinant transport fluvial et vélo triporteur à assistance électrique ?

 

 

"Vert chez vous transforme une péniche en entrepot itinérant."

 

Péniche et vélo 3095-8f3fd

 

 

"Chaque jour une péniche réalisera un aller-retour entre Tolbiac et Grenelle, avec à son bord marchandises, vélos triporteurs et livreurs et pour objectif de livrer l’ensemble des arrondissements parisiens dans la journée."

 

Pour cela, l’entreprise exploitera une flotte de 18 vélos triporteurs répartis sur trois équipes de livraison : à chaque escale, chacune des trois équipes partira pour une tournée de 1h30 embarquant 2m3 de marchandises avant de retrouver la péniche deux escales plus loin. Chaque livreur réalisera au final 4 tournées par jour : d’Est en Ouest puis d’Ouest en Est, permettant de livrer 8 m3 de marchandises soit le double du volume distribué dans le cadre de tournées classiques depuis un entrepôt physique."

 

Les liens de cet article :

 

vertchezvous.com* (Vert Chez Vous* cofondé par Bertrand Delanoë, maire de Paris)

 

http://vertchezvous.com/moyens/velos/

 

http://vertchezvous.com/wp-content/uploads/2012-09-25-09h_peniche-velo.mp3 (reportage France Bleu)

 

http://vertchezvous.com/wp-content/uploads/Article-Vert-Chez-Vous_-Le-Monde_24-septembre-2012.pdf (Le Monde)

 

http://www.nantes.fr/urbanisme-habitat/travaux-en-ville/se_deplacer_autrement/la_ztl (site mairie de Nantes.fr)

 

 

 

 

NANTES "Zone à Trafic Limité (ZTL) : Comment cela fonctionne depuis ce lundi 1er octobre 2012 ? " ( source Ville de Nantes, site nantes.fr le 06.10.2012)

 

La Zone à trafic limité (ZTL):

 

comment cela fonctionne depuis ce lundi 1er octobre 2012?

 

PanneauLes zones à trafic limité sont des rues dédiées aux piétons, vélos, transports en commun et ayants droits (riverains, livreurs, services de sécurité...). Pour y accéder, il est nécessaire de posséder un macaron.

Il permet d’identifier le véhicule comme autorisé à circuler dans la zone à trafic limité.

Depuis ce lundi 1er octobre 2012, la zone à trafic limité est entré en fonctionnement. Le périmètre des ayants droit à la zone à trafic limité a été divisé en deux: Zone 1 (zone jaune) et Zone 2 (zone violette).

Macaron

Puce.  Les ayants-droits de la zone 1 (zone jaune) sont autorisés à circuler dans toutes les rues en zone à trafic limité sauf sur l’axe Feltre Calvaire dans sa portion comprise entre la rue Affre et la place des Volontaires de la Défensive Passive.

Puce.  Les ayants-droits de la zone 2 (zone violette) sont autorisés à circuler dans toutes les rues de la zone à trafic limité.


Puce. Le macaron permet d’identifier votre véhicule comme autorisé à circuler dans tout ou partie de la zone à trafic limité. Le macaron doit être apposé sur le pare-brise de votre véhicule. Chaque macaron est attribué pour un véhicule. Le numéro d’immatriculation du véhicule est indiqué sur le macaron. Comme pour les badges des aires piétonnes, les macarons sont limités à deux par foyer de la même adresse. Il y a deux couleurs de macarons pour les ayants-droits de la zone à trafic limité.


Puce. Les modalités d’obtention des badges et macarons sont les mêmes pour les deux-roues motorisées. Le macaron doit être apposé sur le pare-brise du deux-roues, de manière visible. Pour les aires piétonnes nouvelles, c’est un badge qui permet d’accéder à l’aire piétonne dans laquelle se situe l’habitation ou le commerce. Pas de changement par rapport à ce qui se fait actuellement.

Puce. Téléchargez le dépliant Résidants, commerçants, professionnels... Les clefs de votre nouveau centre-ville en .pdf


Les modalités d’obtention des macarons et badges

Ayant droitsPuce. Une personne déjà titulaire d’un badge d’accès aux aires piétonnes et résidant dans le périmètre des ayants-droits de la zone à trafic limité (zones jaune et violette): elle a reçu son ou ses macarons par courrier début septembre 2012. .


Puce. Une personne non titulaire à ce jour d’un badge d’accès aux aires piétonnes mais résidant dans une rue piétonne ou une rue située dans le périmètre de la zone à trafic limité (zones jaune et violette).
Elle est invitée, depuis ce lundi 3 septembre 2012:

A se présenter à NGE avec les pièces justificatives suivantes:

Pour les résidants (propriétaire ou locataire)
• Taxe foncière, taxe d’habitation ou copie du bail de location 2011.
• Facture d’électricité ou téléphone datée de moins de trois mois
• Certificat d’immatriculation et de propriété du ou des véhicules concernés (2 maximum).
• Justificatif d’un éventuel garage présent dans la zone concernée.

Pour les commerçants
• Extrait Kbis ou taxe professionnelle, de moins de trois mois.
• Certificat d’immatriculation et de propriété du ou des véhicules concernés (2 maximum).
Soit à envoyer par courrier ou par mail les pièces justificatives ci-dessus accompagnées d’une demande d’accès à la zone à trafic limité, directement à NGE.

Les professionnels intervenant à domicile

Puce. Pour les artisans
Ils interviennent régulièrement dans la zone: ils disposent d’un macaron.
Intervention ponctuelle: les artisans procèdent à une demande d’accès temporaire auprès de la Ville de Nantes (déménagement, travaux..). Pour circuler dans la zone à trafic limité, ils doivent se munir de cette autorisation fournie par la Ville de Nantes.


Puce. Pour les professionnels de santé (hors véhicules type ambulances)
Ils disposent d’un macaron.
Ils disposent d’un caducée (médecins, soins à domicile) qui les autorise à circuler dans cette zone.


Puce. Pour les livreurs
Ils se munissent d’un justificatif de leur présence le jour-dit dans la zone à trafic limité (bordereau de livraison daté).


Puce. Pour les entreprises
Si l’entreprise possède un garage dans la zone à trafic limité ou au sein d’une aire piétonne, le nombre de macarons et de badges délivrés ne dépasse pas le nombre de places de stationnement du garage.
Les modalités d’obtention des macarons et des badges sont les mêmes que pour les résidants.


Puce. Pour les clients des hôtels
Les clients des hôtels situés dans la zone d’affluence de la zone à trafic limité, en cas de contrôle, doivent être munis d’un justificatif de leur réservation.


Puce. Comment s’organiser pour les déménagements?
Dans les aires piétonnes comme dans les rues situées dans la zone à trafic limité, une demande d’accès temporaire doit être réalisée auprès de la Ville de Nan

  • Plus d’infos sur le site de NGE 
Lire la suite

Gel de projets ferroviaires en France mais maintien du projet d'aéroport à NDDL

4 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Alors que des projets culturels ou de transports sont gelés pour des raisons d'économies budgétaires, qu'adviendra t-il de celui de l'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes dans ce nouveau contexte d'austérité ?  

 

Le plus très nouveau gouvernement de Jean-Marc Ayrault a annoncé la création d'une commission le 15 octobre) chargée de redéfinir les priorités à propos de la modernisation du réseau ferroviaire. Il s'agit de réviser, crise durable oblige, le programme de 245 Milliards d'investissements sur 30 ans du SNIT (Schéma National d'Infrastructures de Transport) prévu par le Grenelle 1. La commission a six mois pour faire ses propositions, proposer un "schéma de mobilité durable" et surtout établir un calendrier des priorités avec un impératif : les projets doivent  être "soutenables financièrement".

Très bien tout ça, mais dommage que ce ne soit pas fait pour la route et l'aérien.  

 

 "Nous allons répondre à ce qui est à la fois la préoccupation des acteurs économiques mais aussi de la population, c'est-à-dire les transports du quotidien" a dit le ministre des Transports Frédéric Cuvillier.

 

Et chacun de s'inquiéter du devenir de sa ligne TGV :

 

"LGV Poitiers-Limoges" : le projet est gelé annonce France 3. (projet JP Raffarin, 2004.)

 

"Et si la crise faisait dérailler la ligne Paris Orléans Clermont Lyon ?" (La Montagne) 

 

François Hollande a aussi promis un TGV aux Normands et les élus concernés voient d'un mauvais oeil l'annulation ou le report éventuels de la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN)

 

Le gouvernement de JMA a aussi refusé d'inscrire dans le budget 2013-2015 un milliard d'euros pour le métro automatique du "Grand Paris". (voulu par N Sarkozy)

 

 

En France, en 2012, malgré tous les beaux discours sur le train et les belles images estivales à la descente du train, on gèle des projets ferroviaires mais pas un projet aéroportuaire inutile comme NDDL. 

 

NDDL aura réussi à passer à travers les grosses mailles du Grenelle de l'Environnement puis de la conférence environnementale de septembre 2012.     

 

Quand un gouvernement est fier d'un projet, il le défend publiquement, en toute transparence. Ce n'est pas le cas.

 

Un truc inquiétant quand même : lors de la Conférence environnementale de septembre, quand elle est interrogée sur le projet par un journaliste du grand quotidien du soir, la ministre de l'écologie....

 

 "Batho patauge sur Notre-Dame-Des-Landes" . (Reporterre)

 

"Notre-Dame-Des-Landes : un long silence de Batho" . "Arrêt sur Images".

 

C'est "la réponse Batho".

 

Impossible de la taxer de méconnaissance totale du dossier. Alors pourquoi ce silence ? Affligeant. 

C'est contagieux, la "muselière" ?

 

Combien de temps cela va t-il durer ? Combien de temps vont-ils tenir ?  Combien de temps JMA tiendra t-i ?

 

Tous les liens de ce billet :

 

http://www.lagazettedescommunes.com/132165/une-commission-pour-etablir-un-schema-de-la-mobilite-durable/

 

http://www.mobilicites.com/fr_actualites_une-commission-pour-etablir-un-schema-de-la-mobilite-durable--mis-a-jour-le-4-10-_0_77_2093.html

 

http://www.ville-rail-transports.com/content/17721-infrastructures-un-nouveau-sch%C3%A9ma-de-la-mobilit%C3%A9-durable-dans-six-mois

 

http://poitou-charentes.france3.fr/info/lgv-poitiers-limoges-projet-gele--75608064.html

 

http://www.paris-normandie.fr/article/eure/normandie-quel-avenir-pour-le-%C2%AB-tgv-normand-%C2%BB

 

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/2012/10/03/et-si-la-crise-faisait-derailler-la-lgv-paris-clermont-1285051.html

 

http://www.lefigaro.fr/immobilier/2012/10/03/05002-20121003ARTFIG00652-grand-parisexpress-ce-qui-est-deja-en-route.php

 

http://www.reporterre.net/spip.php?article3202   

 

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=14445

Lire la suite

"La bataille du franchissement de la Loire à Nantes ne fait que commencer"

2 Octobre 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

Après les inaugurations des téléphériques de New York (novembre 2010) et Londres  fin juin 2012 pour les Jeux Olympiques, les nouveaux projets de transports urbains par câble avancent à Brest, à Toulouse, et naissent même à Boulogne-sur-Mer.
     
Voici quelques liens et dernières nouvelles des téléphériques urbains depuis le précédent billet sur ce thème, tandis que Nantes réfléchit maintenant à un pont-levant...
 
TOULOUSE
  « Oncopole-Rangueil : le téléphérique est sur les rails »   La Dépeche (04.09.2012)
 
2,6 km, pour desservir le CHU de Rangueil et l’université Paul Sabatier, entre 44 et 47 M d’Euros, 3 gares, 20 cabines de 35 places, projet validé par TISSEO, étude technique, prévu pour 2016 (travaux) – 2017.
 
 
 
"Trop souvent perçu comme un mode de déplacement réservé au tourisme, les potentialités du transport par câble en milieu urbain demeurent encore trop méconnues. New-York, Rio, le Caire : autant d’exemples démontrant les nombreuses qualités de ce qui nous pourrait être appelé le "tramway aérien". D’avantage d’attention - et de crédits – devraient être accordé à ces technologies modernes et éprouvées, tant il est vrai qu’elles peuvent s’avérer une solution particulièrement efficace en milieu urbain.
En présence de spécialistes de ces questions, le Groupement des Autorités Organisatrices de Transport (GART) et le Centre d'Etudes sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques (CERTU) et Tisséo-SMTC et avec la participation du STRMTG organisent, le 10 octobre prochain à Toulouse, une journée d’étude consacrée aux enjeux et opportunités que représentent, pour les villes, les transports collectifs par câbles aériens."
 
 
« Le téléphérique, transport de demain »    France 3 (13.07.2012)
 
« En 2017, Les Toulousains voyageront dans les airs »    20  Minutes (13.07.2012)
 
 
« Un téléphérique pour enjamber la Garonne à Toulouse »  Mobilicites (13.07.2012)  
 
 
Un téléphérique chez Cécile Duflot ?  
Vous aurez noté que nos collègues Verts, jadis très opposés à notre solution vertueuse de transport par câble, n'ont pas fait trop de pub sur cette extension du projet de Limeil-Brévannes à Villeneuve-St-Georges.
 
 
« Le futur téléphérique urbain sur les rails »  Aujourd'hui Le Parisien  (02.05.2012)
 
"La cote de métrocâble continue de grimper. Le projet de téléphérique urbain reliant Créteil à Villeneuve-Saint-Georges, en passant par Limeil-Brévannes, vient de franchir un nouveau palier avec le lancement d'une étude par le Syndicat des transports d'Ile de France (STIF). "Il aura fallu pas mal de temps, mais nous avons maintenant le soutien de l'autorité organisatrice" se félicite le maire de Limeil, à l'origine dès 2008 de ce mode de transport original" 
 
   
«Le projet du téléphérique urbain francilien commence à décoller. Le téléphérique qui sera bientôt inauguré à Londres – le Thames Gateway Cable Car  - inspire visiblement les communes franciliennes »
 
 
"Plus loin de Paris, mais ce depuis 1989, il est toujours envisagé de doter le sud-est de la capitale d'une liaison par câble entre la station Pointe du Lac de Créteil et Villeneuve-Saint-Georges.
Christophe Grébert et l'association Puteaux Ensemble envisagent de proposer la création d'une telle liaison entre le centre-ville putéolien et le quartier de La Défense. Les élus nantais du Modem, bizarrement contrecarrés par ceux des Verts, ont proposé un tel franchissement de la Loire entre Rezé et la Butte-Saint-Anne."
 
 
 
 
 
 
 
BREST
 
« BREST Téléphérique. Retour vers le futur  »      Le Télégramme (24.07.2012)
 
 
 
 
BOULOGNE-SUR-MER : un téléphérique pour desservir Nausicaà   
 
     
Nouvel environnement politique favorable au transport urbain par câble ? 
 
 
« Ce sera fin 2012 ou début 2013, a promis Frédéric Cuvillier aux élus du Groupement des autorités responsables de transport (GART) menés par le maire de Strasbourg Roland Ries, venus rencontrer le ministre des Transports le 6 septembre. Entre 400 et 450 millions d'euros seraient dégagés pour aider une quarantaine de projets de transport en site propre, dont des téléphériques urbains. De son côté, Jean-Marc Ayrault annonce un plan d'urgence pour Marseille avec des aides pour les transports. »
 
LONDRES
 
 
Nouveau, des téléphériques à ciel ouvert avec toit-terrasse !
On peut en faire des choses avec ces téléphériques, et même aménager un bar ou un restaurant d'altitude urbaine à l'étage supérieur des gares ou stations. Attention tout de même, certaines activités sont interdites dans les téléphériques.
 
 
     (19.04.2012)   

 

ALGERIE

«  L’Algérie mise sur le téléphérique pour diversifier le transport urbain »

(27.08.2012)

  

"Les appels d’offres, qui seront lancés en septembre et octobre, visent la rénovation de la ligne de télécabine d’Oran et l’installation de deux lignes de téléphérique à Alger, de deux autres à Constantine et d’une ligne à Tizi Ouzou. "

 
 
"Passer la Volga en cabine. Prendre le téléphérique pour aller travailler ?
C'est ce que font désormais les habitants de Nijni Novgorod, la troisième agglomération de Russie." (Le Monde avril 2012, article plus disponible)
« Russie : une télécabine au-dessus de la Volga » Ville Rail et Transports (13.03.2012)
"Les villes de Nijni Novgorod et de Bor, séparées par la Volga, viennent d’être réunies par la première télécabine urbaine de Russie. Une bonne nouvelle pour les habitants travaillant sur l’autre rive qui depuis le 9 février mettent 12 minutes pour parcourir les 3 660 mètres entre les deux gares de la télécabine au lieu des deux heures de voitures dues aux embouteillages."
     
Et à Nantes ?
     
Quelques indices, ici ou  ,  montrent que l'idée est bien présente, par exemple lorsqu’il s’agit de Nantes 2030 comme dans la contribution de septembre 2012 du Conseil de Développement de Nantes Métropole intitulé "Ambitions Mutations Nantes 2030 Le Scénario des possibles. (Page 28).
 
 
"Un pont-levant sur la Loire ?"
 
"Sur le papier, toutes les solutions - pont fixe ou mobile, tunnel, téléphérique - ont leur chance. « Toutes sont examinées », ne cessent de répéter les élus. Dans la réalité, l'hypothèse d'un pont levant s'impose dans la tête de bien des décideurs, élus ou technocrates.
Et ces derniers ont aussi une idée très précise du site où il pourrait être positionné. À savoir, entre le bas Chantenay à Nantes et l'aval de Trentemoult."
"permet d'aspirer une partie de la circulation qui passe actuellement par l'île de Nantes, voire par le pont de Cheviré. Pour une meilleure répartition des flux automobiles."
"Un pont levant a l'avantage de pouvoir accueillir un flux de voitures, tout en recevant les vélos et les transports en commun."  
 
Nantes Métropole étudie l'idée depuis 2010 et "début 2013, Nantes métropole rendra publiques les études sur le nouveau franchissement sur la Loire et devrait faire connaître son choix. " (Ouest France, 10 Novembre 2010). Le sujet revient même à la Une de Ouest France ce matin (03.10.2012), les défenseurs et professionnels du port s'inquiètent, "estiment qu'un tel ouvrage signerait la mort du port" et Ouest France de conclure "la bataille du franchissement à situer entre le pont Anne de Bretagne et Cheviré ne fait que commencer".
 
Un pont-levant comme à Rouen ou Bordeaux ?
(Nantes court toujours, comme au 18ème siècle, derrière Bordeaux...)
 
Un pont-levant pour "accueillir un flux de voitures ». Comme le souligne Yves Lainé, président des Transbordés, "la route sera prioritaire". (OF, 03.10.2012)
 
Et des trams et des trains sur ce pont ?
Quitte à construire un pont, autant y faire passer les transports en commun et les trains et relier la gare de Chantenay à la rive sud de la Loire, non ?
 
Quel coût pour un pont-levant ?
"On parle de 150 M d'euros" (OF 22.09.2012).
"La facture du pont Gustave Flaubert [Rouen] s'est élevée à 165 M d'Euros" (OF  
 
Qui pour le construire ? VINCI comme à Bordeaux ? VINCI, comme à Notre-Dame-Des-Landes ?
 
 
Avec un franchissement de la Loire, entre Chantenay et Trentemoult, c'est-à-dire qui ne passe pas par l'Ile de Nantes, quid de la desserte et du désenclavement de l'ouest de l'Ile de Nantes en pleine mutation, de la desserte du futur CHU s’il est finalement transféré sur l’île ?
 
Y aura-t-il alors un autre franchissement pour l'île de Nantes ? Comme ce tunnel sous la Loire (coût : 200 Millions) évoqué ce matin dans Ouest France.
 
Ohé du bateau ! Ohé du pont ! Où allons-nous trouver les centaines de millions pour financer tous ces énormes projets ?
150 Millions pour un  pont, pont-levant ou tranbordeur
+ 200 M pour un tunnel sous la Loire en complément
+ 600 M pour le transfert du CHU
+ de 600 Millions à 2 ou 3 Milliards pour l'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes avec ou sans desserte ferroviaire et transports en commun etc.
 
Tous les liens de cet article :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Conseil municipal de Nantes 29 Juin 2012

30 Juin 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Conseil Municipal Nantes

Conseil municipal de Nantes

Vendredi 29 juin 2012

Intervention des groupes politiques après le discours de

Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre

Intervention d'Isabelle Loirat pour les élus MoDem

 

        

 

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

 

Les élus MoDem vous félicitent pour vos nouvelles responsabilités de Premier Ministre.

C’est toujours un honneur pour une ville, (et un plaisir pour la guide que je suis) lorsque son maire entre dans l’histoire et cette fierté partagée des habitants a même dépassé les clivages.

 

Chacun connaît votre attachement à Nantes et vous avez promis de ne pas oublier les Nantais.

Quelles que soient leurs raisons, les Nantais ne vous oublieront pas non plus.

Nous vous souhaitons bon courage dans la difficile mission qui vous a été confiée et le devoir de vérité qui s’impose à vous comme un lundi matin quand la fête est finie.

 

Fidèles à notre positionnement, original et constructif de « Proposants », nous espérons que votre majorité restante, à Nantes, fera aboutir certains de nos projets comme le  Téléphérique sur la Loire ou « le Carré des Utiles » (Utile pourquoi ? Utile pour l’emploi).

Et…

Nous ne désespérons pas, qu’au cours de l’un de vos nombreux voyages de Nantes à Paris vous ne décidiez, enfin, soudain, de relier Nantes à Paris en 1 h 30 en TGV; et pas avec une petite « virgule » comme votre prédécesseur, mais une vraie LGV, une vraie ligne à grande vitesse.

 

   

La tradition veut que le Premier Ministre, (depuis Raymond Barre), choisisse un arbre pour les jardins de l’Hôtel Matignon. Alors, M. le Premier Ministre, quel arbre allez-vous planter ? Permettez-nous avant votre départ une ultime proposition, une suggestion d’ordre végétal. Pourquoi pas un magnolia ? Ou un tulipier- magnolia, de la même famille.

   

Un magnolia, parce que cet arbre parmi les plus vieux du monde, fut introduit à Nantes, l’ancien « Herbier des Iles ». La ville en conserve aujourd’hui de magnifiques spécimens (au Jardin des Plantes) et il y est peu à peu devenu symbolique.   

   

Parce que les magnolias - tulipiers, 200 ou 300 ans plus tard témoignent de l’histoire de Nantes, indissociable de celle de son port, niché au fond d’un estuaire, porte d’ouverture vers le large, et rappellent cet esprit nantais d’aventure et d’entreprise qui donna à la France des « Cap–Horniers », des hommes capables de naviguer dans les pires tempêtes, jusque dans les Quarantièmes ou Cinquantièmes parallèles, qu’ils soient « Hurlants » ou « Rugissants ». Que cet esprit nantais vous accompagne.

 

Enfin, soyez remercié, M. le Premier Ministre, car nous avons beaucoup appris, formés par vous, à rude mais bonne école*. 

 

Je vous remercie de votre attention." 

(seul le prononcé fait foi)

   

Isabelle Loirat, conseillère municipale pour les élus Modem.

 

 

Notes et liens : 

 

"Hurlants" et "Rugissants" : mers glaciales des Quarantièmes parallèles Sud, dit // « Rugissants » puis des Cinquantièmes parallèles Sud dit // « Hurlants ». http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/Laroussefr_-_Article/11015823

 

 

http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/matignon-les-coulisses-du-jardin

 

"Un Premier ministre, un arbre. Depuis 1978, chaque Premier ministre a la possibilité de planter un arbre.
   

Jean-Marc Ayrault plantera son arbre, qui n'est pas encore choisi, à l'automne prochain.
   

François Fillon : cornouiller des pagodes (2007).
Dominique de Villepin : chêne pédonculé (2005).
Jean-Pierre Raffarin : arbre de fer (2002).
Lionel Jospin : orme (1997).
Alain Juppé : cercidiphyllum (1996).
Edouard Balladur : érable argenté (1994).
Pierre Bérégovoy : tulipier de Virginie (1992).
Edith Cresson : arbre aux quarante écus (1992).
Michel Rocard : copalme d'Amérique (1988).
Laurent Fabius : chêne de Bourgogne (1984).
Pierre Mauroy : chêne de Hongrie (1983).
Raymond Barre : érable à sucre (1978)."

 

 avril-2011-100.JPGMagnolia tulipier en fleurs, Nantes, 16 Mars 2011

 

"La République, ses symboles et ses emblèmes."

http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/SYMBOLES/sommaire.asp

 

 

* Parce que c'était une maladresse ce lien sur France Inter entre le côté "rigide" et prof.

 

Ce sont des magnolias qui vous accueillent à la gare de Nantes, bordent le Cours des 50 Otages, les places publiques, cours d'écoles, jardins privés, et nombreux dans les jardins de l'Hôtel de Ville à Nantes, tout le long de la salle du conseil, devant les fenêtres du bureau de JMA et jusque devant la fenêtre de nos bureaux où un magnifique magnolia à fleurs blanches occupe quasiment toute la cour.

 

Proposition symboliquement accueillie par JMA avec...

 

Ouest France - Nantes "Conseil municipal : un magnolia à Matignon" - 29 Juin 2012.

Lire la suite