Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #aeroport notre- dame-des-landes tag

Yann Wehrling à Nantes le 12 avril

17 Avril 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Avant le meeting de François Bayrou à Nantes le mardi 17 avril, Yann Wehrling son porte parole  est venu rencontrer Michel Tarin et Marcel Thébault, les deux agriculteurs en grève de la faim pour demander l'abrogation du projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes. 

 Yann-Wehrling-Nantes-12-avril-2012.jpg

 

Y-Wehrling-Michel-Tarin-Marcel-Thebaud-Nantes-12-04-2012.JPG

              M Tarin, M. Thébault et Y. Wehrling                                                          M. Tarin, M. Thébault et Y. Wehrling

              Nantes 12 avril 2012, pont Morand                                                          Nantes 12 avril 2012, pont Morand

             

 

Ouest France du 13 avril 2012 : "Yann Wehrling, messager anti-aéroport de Bayrou" logo ouest france

 

 

Y Wehrling messager anti-aéroport NDDL de Bayrou Ouest Fra

 

Le porte parole de François Bayrou, entre les paysans Marcel Thébaut et Michel Tarin.

 

Mardi François Bayrou tiendra à Nantes (Rezé)  l'un de ses derniers grands meetings (19 h à la Trocardière). Auparavant, le candidat aura multiplié les visites. "S'il le peut, François Bayrou passera saluer les paysans qui font la grève de la faim, mais ce n'est pas certain. C'est pourquoi je suis aujourd'hui à Nantes." expliquait Yann Wehrling son porte-parole.

 

Hier jeudi, ce dernier est venu écouter Marcel Thébault et Michel Tarin; les paysans qui ont céssé de s'alimenter et réclament le gel des expropriations à Notre-Dame-Des-Landes.

Le représentant de François Bayrou a résumé l'opposition du candidat à la construction d'un aéroport. Les raisons sont écologiques et agricoles : "Il faut préserver les terres arables et les milieux humides."

 

Elles s'inscrivent aussi dans le discours d'un candidat qui ne cesse d'alerter sur la situation de la France : " Nous allons devoir faire extrèmement attention aux dépenses de l'Etat et des collectivités locales. Cet aéroport, c'est une dépense publique inutile. Avec cet argent, il y a beaucoup mieux à faire"

Yann wehrling devait ensuite rencontrer les militants du Mouvement Démocrate. Le message alors que leur candidat enregistre des intentions de vote basses, malgré une ^cote de popularité élevée ? "Les promesses suscitent un tel désenchantement, le taux d'insatisfaction est à ce point élevé que nous aurons des surprises. Tout va se jouer dans les derniers jours. A nous de redoubler d'intensité dans la campagne."

 

Marc LE DUC - Ouest France logo ouest france

 

 

 

 

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Deux-paysans-de-Notre-Dame-des-Landes-ont-debute-une-greve-de-la-faim-a-Nantes_40815-2065243------44109-aud_actu.Htm

 

http://www.presseocean.fr/actu/actu_detail_-Projet-d-aeroport-les-agriculteurs-en-greve-de-la-faim-verbalises-a-Nantes_40310-2065573_actu.Htm

Lire la suite

Calcul mental, craintes et mobilisation policières

23 Mars 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Mobilisation exceptionnelle des forces de police demain, "du jamais vu à Nantes" pour une manifestation pacifique pour l'arrêt immédiat du projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes. Avant même le début de la manif, nous savons qu'il y aura déjà au moins "1 500 hommes dont une dizaine de compagnies de CRS et de gendarmes mobiles". Mais parmi les opposants, il y aura plein de femmes :), merci d'être gentil. Quand on vous dit que l'Etat se désengage partout mais pas à Notre-Dame-Des-Landes. A certains endroits on met 300 hommes, à d'autres 1 500. Un peu raide, non ?

 

Est-ce qu'on ne pourrait pas mobiliser les forces de notre pays, de l'ordre, du renseignement, de l'armée et même de la justice sur des dossiers autrement plus sensibles et plus urgents que la surveillance des opposants au projet d'aéroport, des élus en écharpe, représentant du peuple, des journalistes (cf. affaire des "fadettes"), des associations (piratage des ordinateurs de Greenpeace), des mouvements politiques etc. ? Surtout en ce moment.

 

"Votre responsabilité en tant qu'organisateurs de la manifestation pourrait être engagée en cas de débordements, quels qu'en soient les auteurs" écrit le préfet de Loire-Atlantique (Presse Océan 23 03 12).

Comme si les organisateurs ou participants de la manifestation (Acipa, CéDpa, collectif d'élus, partis politiques, pilotes, associations, agriculteurs etc.) étaient condamnés d'avance en cas de "débordements". Est-ce qu'on menace ainsi les organisateurs lorsqu'il y a une manifestation contre la réforme des retraites ou la fermeture d'une usine ou une manifestation d'étudiants ou une marche blanche ou un apéro Facebook ou un rassemblement du FN au cas où il y aurait des débordements ?

 

Les porteurs du projet n'auraient plus qu'à envoyer discrètement des casseurs pour discréditer le combat contre ce projet d'aéroport inutile et basé sur des mensonges et une étude économique pipeautée validée par une Déclaration d'Utilité Publique (un seul gros papier pour rappeler ces faits aurait été bienvenu au milieu de la crainte policière et préfectorale) et le tour serait joué. Ou faire survoler les manifestants par les avions.

 

   

Quelques idées de mobilisation pour les moyens de l'Etat : les violences faites aux femmes ou aux enfants dûment signalées qui feraient bien d'être prises au sérieux, par exemple combien a t-on mis d'hommes pour courir derrière le type "activement recherché" qui avait cassé son bracelet de surveillance électronique avant d'aller massacrer une jeune fille de 14 ans à Bouguenais cette semaine ? Combien de forces vives pour surveiller ces  voyageurs "interdits de vol aux USA" vers d'autres destinations autrement plus inquiétantes que "Olbia, Ibiza ou Metz-Nancy" ?

 

 

Coincidence ou collusion et conflit d'intérêt : Vinci nous annonce aujourd'hui l'arrivée en juin d'une nouvelle compagnie low coast espagnole (nouvelle la tarte à la crème du transport aérien favorisée par les régions) une petite débutante, "créée fin février à Barcelone", née pour Nantes" , ainsi que tout plein d'ouvertures de lignes low coast au départ de Nantes, des lignes subventionnées avec de l'argent public à hauteur de 70 ou 80 %.

Ben oui, avec un prix de billet à "29 euros", il faut bien que quelqu'un mette la main au porte monnaie, pas Vinci bien sûr, ni la compagnie low coast, mais les contribuables.

 

Explication : "A toute nouvelle ouverture de ligne, nous offrons à la compagnie concernée un abattement de 80 % sur le coût de fonctionnement la première année, abattement qui se réduit ensuite" explique le patron de Vinci Airports."  (Ouest France , page 7 du 23 03 12).

Et la deuxième année, on menace de partir si on ne nous fait pas les mêmes bonnes conditions, idem pour la troisième année. Ensuite, on ferme la ligne, on va ailleurs et on recommence le même chantage aux subventions. Le tout pour un modèle économique et social "low-coast".*

A noter, le patron du tourisme et du "VAN", acteur normalement essentiel, n'a été informé que mercredi de cette bonne nouvelle. Allez, M. Blaise, y'a plus qu'à remplir les avions ! ça valait bien la petite photo couleur sur le tarmac.



A demain, RV à 13 heures à la statue du Général de Gaulle, au Pont Morand, Cours des 50 Otages à Nantes pour une manifestation pacifique et citoyenne contre ce projet d'aéroport. Au cas où, munissez-vous d'une écharpe ou d'un foulard ou tissu blanc en signe de non violence et pour rappeler si nécessaire que nous condamnons toute violence.  

 

 

Ouest France 22 Mars 2012, "Notre-Dame-Des-Landes, entre tracteurs et avions" page 6 France

 NDL-entre-tracteurs-et-avions-OF-22-03-12.JPG 

 

Ouest France 22 Mars 2012 page 6 France  "NDL Au delà des clivages"

"JL Mélenchon s'est prononcé pour un moratoire"

 François Bayrou est venu soutenir les paysans"

 

 

  Au-dela-des-clivages-OF-22-03-12.JPG

 

http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_-Notre-Dame-des-Landes-entre-tracteurs-et-avions_fil-2124969_actu.Htm

 

* Pour en savoir plus sur le système des compagnies aériennes "low coast" et leurs liens vers les paradis fiscaux.

 

Grande manif à Nantes le samedi 24 Mars contre le projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes http://www.reporterre.net/spip.php?article2768

 

Infos manif du 24 Mars sur le site de l'Acipa

 

"François Hollande vers un moratoire sur Notre-Dame-Des-Landes" ? 22 Mars 2012

 

 

Lire la suite

Survol exagéré du centre de Nantes : "30 % des avions pourraient l'éviter en passant par le sud »

14 Janvier 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

 

L'information était déjà parue dans la dernière Lettre A Lulu de décembre 2011.

Voici un article de Ouest France du 10 janvier 2012 repris ce matin sur nantesmaville

 



Un pilote : « Trop d'avions au-dessus de Nantes » logo ouest france

 

 

 

 

La piste de l'aéroport est quasiment orientée nord-sud. Les avions peuvent donc soit atterrir par le nord, en survolant le centre-ville de Nantes. Soit par le sud, en survolant le lac de Grandlieu et Saint-Aignan.

 

30 % des avions qui survolent le centre-ville pourraient l'éviter en passant par le sud de l'agglo, estime Thierry Masson. Il met en cause le contrôle aérien. La direction et le 1ersyndicat de l'Aviation civile, la CGT, réagissent.

 

Comment les avions atterrissent-ils à Nantes-Atlantique ?

 

La piste de l'aéroport est quasiment orientée nord-sud. Les avions peuvent donc soit atterrir par le nord, en survolant le centre-ville de Nantes. Soit par le sud, en survolant le lac de Grandlieu et Saint-Aignan. La décision est prise par les contrôleurs aériens, en fonction notamment de la force du vent. En règle générale, l'atterrissage et le décollage doivent se faire face au vent.

 

Quelle est la thèse de Thierry Masson ?

 

Cet officier-pilote de ligne de 50 ans, basé à Nantes, a à son actif plusieurs milliers d'heures de vol et il atterrit souvent à Nantes. Il anime un collectif de pilotes « doutant de la pertinence du projet de Notre-Dame-des-Landes », revendiquant plusieurs dizaines de membres. Il estime que trop souvent les contrôleurs aériens imposent aux pilotes d'atterrir par le nord. « Deux tiers du trafic transitent par le sud-est de l'agglomération. J'aimerais bien savoir pourquoi, en arrivant de Limoges, de Poitiers ou de Bordeaux, il faut faire un détour par le nord-est de l'agglomération et survoler le centre de Nantes. » Documents à l'appui, il cite le 30 octobre dernier, ou encore le 20 novembre : « Ces jours-là, avec un vent faible, tous les avions ont atterri par le nord. » Contactée, Météo France fait état d'un vent faible le 30 octobre, et faible puis modéré l'après-midi, le 20 novembre. « Le détour par le nord ne pose pas de problème de sécurité, poursuit Thierry Masson. Mais cela rallonge le temps de vol de sept minutes et accroît la consommation de carburant. C'est une aberration économique. » Le pilote s'interroge : « N'y aurait-il pas un rapport entre le survol de Nantes et le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? » Autrement dit, chercherait-on en peuplant les cieux urbains à accréditer l'idée qu'il faut construire un nouvel aéroport ?

 

Que répond l'Aviation civile ?

 

Loïc Robin, chef du service de la navigation aérienne Ouest, au sein de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), apporte un démenti formel : « L'idée d'un lobby pro Notre-Dame-des-Landes au contrôle aérien est inimaginable humainement ou professionnellement. » Il souligne que « le contrôle aérien répond d'abord à des règles de sécurité des vols. En fonction de la situation aéronautique et du vent, nous essayons autant que possible de privilégier l'atterrissage par le sud ».

 

Qu'en pense la CGT de l'Aviation civile ?

 

La CGT, première organisation à la DGAC, juge la thèse de Thierry Masson « fantaisiste ». Le syndicat souligne : « Nous décidons du sens de l'atterrissage, d'abord en fonction de la sécurité. Ensuite de l'environnement : nous avons pour obligation de la part de notre hérarchie d'éviter, dans la mesure du possible, le survol du centre de Nantes, afin de limiter les nuisances sonores. »

 

Qu'en dit le pilote ?

 

Il prend acte de toutes ces réponses. Mais maintient : « Il y a un effort à mener. 30 % des avions qui survolent le centre de Nantes pourraient l'éviter en passant par le sud. »

 

Jacques SAYAGH

Ouest-France  

 

 

Lire la suite

Un voeu classique, un voeu particulier et un voeu spécial

7 Janvier 2012 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Très bonne année 2012 !  

 

Un voeu particulier pour que François Bayrou gagne cette élection présidentielle.

 

Et un voeu spécial pour cette année (et les suivantes) : que nos élites, édiles, maire et autres décideurs cessent de mentir aux Nantais.

 

Chacun peut constater depuis quelques temps la recrudescence inexpliquée du nombre de survols du centre-ville de Nantes alors que le trafic de Nantes-Atlantique a régulièrement baissé sur les dix dernières années passant de 42 961 à 39 833 mouvements commerciaux entre 2000 et 2010.

Pourquoi "Nantes et Plus"* de survols ? L'explication se trouve dans le dernier numéro de "La Lettre à Lulu" N°74-75, Décembre 2011.

 

Les trajectoires données par les contrôleurs aériens devraient éviter le survol de Nantes à chaque fois que c'est possible. Une charte signée en 2009 prévoit de limiter ce survol mais elle n'est pas appliquée, faisant ainsi le jeu des porteurs du projet de Notre-Dame-Des-Landes. Consigne serait même donnée de survoler sciemment les milliers de manifestants dans les rues de Nantes ! Plus rien ne nous étonnera de la part de gens qui ont déjà eu le culot d'inclure dans le financement du projet d'aéroport les bénéfices du tram-train mais pas les coûts. 

  06 janvier 2012 019

     

"Survol de Nantes par effraction" La Lettre à Lulu N°74-75

 

Paradoxe du parallaxe*

 

Pour justifier d'un danger croissant, les contrôleurs aériens satureraient le ciel nantais, même quand la météo permet de l'éviter. L'Aviation civile dément.

 

Les partisans de l'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes ont assez martelé l'argument : avions trop bas, trop souvent, trajectoires au-dessus de la ville, danger, danger, danger ! Actuellement - mais seulement depuis 2003 et le débat public sur l'aéroport -, on frôlerait la catastrophe, on défrise tous les jours les punks nantais aux crêtes trop drues et les basketteurs, de toute façon trop grands pour tout. Pourtant détail troublant, les avions pourraient souvent éviter ce survol de Nantes.

 

Permis de bonne conduite. Ce qui est d'ailleurs prévu par le "code de bonne conduite environnementale" signé le 26 mars 2009 par l'aéroport Nantes-Atlantique, la préfecture et l'Aviation civile. Cette charte prévoit notamment l'"optimisation et le respect des trajectoires des avions afin de limiter le survol des zones urbanisées". Selon un pilote de ligne habitué du ciel nantais, ce code de bonne conduite n'est réellement appliqué que par un tiers des 17 équipes de contrôleurs aériens mobilisées par Nantes-Atlantique-Château-Bougon. Par temps calme sans nuages, on peut donc (et on doit) dévier les sillages pour éviter le survol de l'agglomération. Eh bien non. Les contrôleurs aériens imposent quand même la trajectoire nord-sud, dite QFU 21, soit cap 210 degrés, justifiée pour avoir le vent dans l'axe (s'il y en a), alors que la trajectoire 03 (cap 30 degrés) conviendrait parfaitement et éviterait le survol du centre ville, en passant au dessus de Grand-Lieu.

 

Sillage décalé. Les documents techniques fournis aux compagnies aériennes et aux pilotes stipulent pourtant que par vent inférieur à huit noeuds, c'est la trajectoire 03 qui doit être utilisée. La charte de bonne conduite dit aussi qu'en cas d'atterrissage par le Nord, "la trajectoire de l'avion est décalée de 12 ° par rapport à l'axe de la piste afin d'éviter le survol du centre-ville de Nantes, l'alignement avec la piste se fait en fin d'approche". Recommandations que des pilotes estiment bafouées par la tour de contrôle. Comme si faire vrombir les réacteurs au-dessus des pénibles qui hésitent à plébisciter Notre-Dame-Des-Landes allait les convaincre...

 

Marketing manif. Le samedi 2 octobre 2010, jour de grosse manif sur les retraites (40 000 personnes dans Nantes), un pilote de ligne a alerté l'ACIPA, association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéeroport de Notre-Dame-Des-Landes, dénonçant preuves à l'appui un détournement flagrant des trajectoires des avions du jour pour qu'ils survolent les banderoles et les cortèges de manif. Une intox king size avec un public aux premières loges. "Pour le changement de trajectoire, seules des conditions météo guident le chef de quart à la tour de contrôle, sauf lobbies en place...", ajoute ce pilote.

 

Le pire et l'autruche. Faut-il voir ce passage forcé au-dessus de Nantes comme une pratique délibérée , un genre de politique du pire, même quand ce n'est pas nécessaire ? "Aucun doute là-dessus ! Rien ni personne ne justifie des approches dans le sens nord-sud avec survol de la ville quand les conditions météo (vent de sud faible, moins de dix noeuds (18 km/h), visibilité correcte, supérieure à 3000 m pour un atterrissage QFU21 (c'est-à-dire dans le sans nord-sud) et quand il n'y a pas de conflit entre départs et arrivées. On nous oblige à survoler toute la journée le centre-ville, en contradiction flagrante avec la charte qui annonce qu'on doit limiter le survol des zones les plus habitées. Et lorsqu'on manifeste notre désapprobation, nos compagnies nous demandent de limiter les conflits avec les organismes de contrôle aérien !Politique de l'autruche ? Cette gestion des trajectoires est à dénoncer, d'autant que certaines équipes de contrôleurs en place y arrivent très bien, en toute rigueur, en respect strict des règles établies", explique un autre commandant de bord du collectif de pilotes de ligne doutant de la pertinence du projet NDL (soit environ deux cents pilotes, le plus souvent gardant l'anonymat).

 

Maestro maximum. Au SNA, Service de la navigation aérienne, dépendant de l'Aviation civile, on fait vite entendre le cri du coeur : "On n'a qu'une seule piste. On polluera moins de personnes quand on aura Notre-Dame-Des-Landes". Tout en plaidant le souci réaliste de l'environnement : "On essaie de faire le maximum, de choisir l'option la moins pénalisante, pour les riverains comme pour les compagnies, en tenant compte de la météo et de la composante vent arrière qui doit être de moins de dix noeuds. On se réunit toutes les quatre à six semaines pour le suivi "Maestro" : l'exploitant, le service environnement d'Aéroport du Grand Ouest (AGO), le service navigation aérienne et l'Aviation civile examinent les vols hors des trajectoires prévues.L'Acnusa, l'Autorité de contrôle des nuisances aériennes, nous audite, contrôle les enregistrements des bandes radar et radio. Ceci dit, quand on fait des séquences, on ne peut pas inverser les décollages et les atterrissages, pour des raisons de sécurité évidentes". Ce à quoi les pilotes rétorquent qu'"une régulation radar, en cap, altitude et vitesse limiterait les conflits potentiels, et les interactions entre les trajectoires départ / arrivée ne seront plus d'actualité".

 

Moralité le ciel est truqué. Si on continue, on va y dénicher un double fond."

 

Michael Olyrique. La Lettre à Lulu N°74-75, Décembre 2011

 

 

* parallaxe :parallaxe.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** "Nantes Et Plus" : Slogan de Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, campagne des élections municipales 2008.

 

Dans la même Lettre à Luluun autre article à lire sur les résultats de l'étude Ce Delft publiée par le CéDpa en octobre dernier :

 

"Vol au dessus d'un nid de coûts"

 06-janvier-2012-020.JPG

 

 http://www.lalettrealulu.com/Pertes-et-profits-Vol-au-dessus-d-un-nid-de-couts_a2108.html

Lire la suite

Tour de piste - dessin de Cabu dans le Canard Enchaîné du 16 nov 2011

18 Novembre 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

" Petit tour de piste "

 Tour de piste Le Canard 16 nov 2011

 

Dessin de Cabu trouvé dans la rubrique "Plouf" "Petit tour de piste" du Canard enchaîné le mercredi 16 novembre 2011.

 

Fin de l'exotisme et de l'Eléphant ?

 

 

Lire la suite

Communiqué du CéDpa : De quoi le Ministère de l’Intérieur a-t-il peur ?

9 Novembre 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

CEDEPA

 

 

Communiqué du CéDpa, collectif d’élus opposés à l’aéroport à Notre-Dam'Des-Landes

 

 

 De quoi le Ministère de l’Intérieur a-t-il peur ?

 

La tracto-vélo organisée par la coordination des opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes est partie de Loire-Atlantique dimanche matin 6 novembre. Son but : rallier Paris en une semaine en sensibilisant sur le chemin les habitants des villes-étapes, notamment sur  les résultats de l'étude économique réalisée par un cabinet européen indépendant, sur commande du collectif d'élus (CéDpa) ; son point d’orgue sera une grande manifestation samedi 12 novembre dans la capitale.

 

Depuis dimanche, la caravane de tracteurs et de vélos, parfaitement encadrée et organisée, sillonne les routes dans la bonne humeur générale. Or nous venons d’apprendre que l’accès de Paris serait interdit aux tracteurs, sur ordre du Ministère de l’Intérieur. De quoi les autorités ont-elles peur ? De voir  des paysans avec leur outil de travail et des élus à leur côté ? De la mobilisation citoyenne ? D’entendre nos arguments sur l’inutilité de ce projet d’aéroport ?

 

Monsieur le Ministre, notre mouvement est pacifique, et les tracteurs n’ont rien de chars d’assaut. Les élus, qui seront en nombre samedi, avec leurs écharpes, vous demandent  instamment de revenir sur votre décision. Votre refus signerait pour nous un nouveau déni de démocratie, par la mise à mal du droit d’exprimer notre refus d’un projet économiquement et écologiquement ruineux, dans un monde en crise.

 

Communiqué du CéDpa, collectif d’élus opposés à l’aéroport

Lire la suite

L'intérêt des medias parisiens pour les opposants de NDDL énerve le PS

29 Octobre 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Lu dans les Off de la semaine de Presse Océan - Samedi 29 10 2011

 

 logo presse ocean

Les partisans du futur aéroport s'énervent. "Après les Inrockuptibles et Le Monde, voilà Médiapart. Les médias parisiens activés par les écolos ne s'intéressent qu'aux opposants alors qu'en Loire-Atlantique, ils sont loin, très loin, d'être majoritaires", peste cet élu PS. Ambiance."

 

 

NDDL-et-medias-parisiens-Presse-O-29-10-2011.jpg

 

Lire la suite

Projet d'aéroport : la contre-étude des élus - Ouest France 27 10 11

27 Octobre 2011 , Rédigé par isabelle loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Un cabinet européen conclut à l'intérêt de conserver l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. L'étude a été financée par les élus opposés à la réalisation du nouvel équipement de Notre-Dame-des-Dames.

Pourquoi ? Comment ?

 

Qui a réalisé l'étude ?

Les élus opposés au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (20 km au nord-ouest de Nantes) se sont cotisés pour financer une contre-étude. Le collectif, qui revendique un millier d'élus de tous bords, s'est adressé au cabinet européen CE Delft, basé aux Pays-Bas. Expert en matière d'impacts environnementaux et économiques, ses travaux ont contribué à l'abandon du projet de troisième piste à Londres-Heathrow. Le budget (20 000 €) était compté : le cabinet ne donne pas des chiffres précis, mais « des bonnes estimations ».

Que disent les experts néerlandais ?

En 2006, l'État s'était appuyé sur une comparaison coûts/bénéfices. L'étude économique globale concluait à l'intérêt du projet pour la collectivité. Le cabinet la met en pièces. « Il relève des erreurs, des approximations, des omissions, un non-respect des directives, le tout basé sur un scénario débordant d'optimisme »,notent les élus. Hier, devant élus et responsables économiques (dont des représentants de Vinci), l'un des auteurs de l'étude, Jasper Faber, a pointé des lacunes.

Manquent ainsi les éventuels dépassements des coûts de réalisation, la facture de la liaison tram-train, la gestion de l'eau et les risques d'inondations dans un secteur très humide. Rien, non plus, sur la démolition de l'actuelle plateforme aéroportuaire ou encore le maintien de sa piste pour l'usine Airbus, etc. En revanche, les bénéfices du gain de temps ont été surévalués. Au final, les corrections apportées par le cabinet débouchent sur un bilan négatif pour la société.

Et Nantes-Atlantique ?

L'État n'a jamais voulu étudier l'optimisation des installations actuelles de l'aéroport. Seuls les services du conseil général de Loire-Atlantique estimèrent le coût d'une nouvelle piste à Nantes-Atlantique. Devant cette lacune, le cabinet propose des scénarios qui intègrent la desserte par le train de l'actuel aéroport, une voie ferrée passant déjà tout à côté de l'aérogare.

Si « la capacité de la piste est loin d'être atteinte », le rapport propose d'améliorer celle du terminal. Il programme dans le temps son agrandissement, ainsi que l'extension des parkings. L'implantation d'un système radar local et des taxiways rapides réduiraient le temps entre deux avions.

Un scénario intègre, en plus, la création d'une nouvelle piste, transversale. À l'horizon 2023, elle remplacerait la piste actuelle, ce qui diminuerait le bruit au-dessus de Nantes. « Dans tous les cas, le maintien de Nantes-Atlantique coûterait moins cher et se traduirait par un bénéfice global pour la collectivité », conclut Jasper Faber.

Trop tard ?

La construction des premiers accès routiers doit débuter fin 2012. N'est-il pas trop tard pour tout reprendre ? « Il n'est jamais trop tard, on l'a vu avec de nombreux dossiers, répond le sénateur écologiste Ronan Dantec. Ce travail démontre que l'étude de l'État n'était pas sérieuse et que le dossier a été gonflé. » S'appuyant sur ces résultats, les opposants vont demander de nouvelles études et l'annulation de la déclaration d'utilité publique.

 

Marc LE DUC.   Ouest France

 

http://www.ouest-france.fr/region/paysdelaloire_detail_-Projet-d-aeroport-la-contre-etude-des-elus-_8620-2005197_actu.Htm

Lire la suite

"Aéroport à Notre-Dame-des-Landes : les élus opposants financent une étude critique" Ouest France

26 Octobre 2011 , Rédigé par isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Actualité   
18:56 - mercredi 26 octobre 2011

Ouest-France-M-LEDUC-26-10-2011-etude.jpg

Jasper Faber (premier plan), est venu à Nantes présenter l'étude réalisée par le cabinet néerlandais.

 

Les élus opposés au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, à 20 km de Nantes, ont commandé une étude à un cabinet indépendant européen. Ils ont retenu le cabinet CE Delft, basé aux Pays-Bas, dont les travaux eurent un rôle décisif dans l’abandon d’un projet de troisième piste à Londres-Heathrow. Les experts néerlandais ont passé au crible l’évaluation coûts/bénéfices réalisée pour l’Etat en 2006. « Nous ne soupçonnions pas à quel point le dossier était faible et gonflé », tempête le sénateur écologiste Ronan Dantec. Les élus notent que le cabinet a relevé « des erreurs, des approximations, des omissions ». Les experts néerlandais proposent aussi des scénarios permettant d’optimiser, pour beaucoup moins cher, les installations actuelles de Nantes Atlantique. Les opposants vont s’appuyer sur ces travaux, dévoilés mercredi, pour demander de nouvelles études et l’annulation de la déclaration d’utilité publique. L’étude tombe à pic alors que les opposants manfesteront à Paris, le 12 novembre. Il y aura des tracteurs, et les manifestants iront jusqu’au Sénat. Ils veulent faire de Notre-Dame-des-Landes, projet né en 1965, et relancé au début des années 2000, un enjeu national.

 

Ouest France

(©AFP / 26 octobre 2011 20h17)
 
 
 
Lire la suite

« L'étude de l'Etat sur l'aéroport Notre-Dame-des-Landes était pipeautée » Presse Ocean

26 Octobre 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

 

  P1823334D2024432G_px_512_.jpg

 

Photo Ouest France

(Geneviève Lebouteux qui a piloté le travail sur l'étude, R Dantec, Jean-Paul Naud, maire de Notre-Dame-Des-Landes et président du CéDpa, Isabelle Loirat

 

Le collectif des élus mobilisés contre l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes a financé une étude économique sur le projet. Il a présenté ses conclusions cet après-midi à Nantes. Selon Ronan Dantec, élu vert, « l'Etat a volontairement pipeauté son étude économique menée en 2006. La déclaration d'utilité publique (DUP) a été adossée à ce dossier manifestement faux. Dans ces conditions, nous demandons l'abrogation de cette DUP.»

 

 

Plus d'informations demain dans les éditions de Presse Océan.

 

http://www.nantes.maville.com/actu/actudet_--L-etude-de-l-Etat-sur-l-aeroport-Notre-Dame-des-Landes-etait-pipeautee-_fil-2024432_actu.Htm

 

 

Les conclusions de l'étude et l'étude menée par le CE DELFT sont en ligne sur le site du CéDpa

 

CEDEPA

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>