Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #aeroport notre- dame-des-landes tag

Journées de résistance à NDDL , 9, et 10 juillet 2011

9 Juillet 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Journées de résistance à NDDL , 9, et 10 juillet 2011

Discours Isabelle Loirat pour le MoDem  (5 mn)                                

 

 

Mes chers amis,

 

1. Combien de fois nous faudra t-il encore venir à Notre-Dame-Des-Landes avant que ce maudit projet d’aéroport soit définitivement abandonné ? Combien de week-ends, d’heures, de journées et soirées de travail devront nous encore sacrifier au détriment de nos vies de famille, de notre travail, de vos fermes, pour sauver les terres de Notre-Dame-Des-Landes ?

 

 

2. Je voudrais rendre hommage aux opposants qui, depuis 10, 20, 30 parfois même 40 ans résistent chaque jour, ici à NDDL, aux citoyens vigilants qui se relaient sans relâche chaque jour devant le Conseil Général, la mairie de Nantes ou la Région et aussi à toutes ces femmes, pas seulement celles qui sont à la tribune mais aussi à celle qui se battent, dans l'ombre, chaque jour ici, je pense à Geneviève Lebouteux, à Agnès Bélaud, Françoise Verchère, Catherine Edé, qui travaillent sur ce dossier, qui ne ménagent ni leur peine, ni leur temps pour NDDL, pour rédiger des réponses aux mensonges des porteurs du projet, organiser l’action des élus, traduire des rapports parfois techniques, choisir des slogans, des couleurs, pour aller à Paris porter le dossier à l’Assemblée ou dans les ministères.

 

3. Quelle est la position du MoDem ? Le MoDem est bien sûr opposé à NDDL, mais pas seulement. Le MoDem ne faisait pas partie des opposants historiques au projet NDDL. C’est vrai. Pour la simple raison que le MoDem n’existait pas le 2 décembre 2007. Un mois plus tard, la liste MoDem de Nantes prenait position contre NDDL et demandait un moratoire ainsi qu’une étude sérieuse des alternatives proposées. Position qui s’est étendue au MoDem 44, réaffirmée à chaque élection. Et François Bayrou est venu à NDDL en février 2010. Sa présence à la conférence de presse organisée par FDR mercredi 6 juillet à l’Assemblée nationale montre qu’on peut dépasser nos clivages habituels pour se rassembler sur un dossier dans l’intérêt général. Je vous rappelle ses propos : « Des hommes et des femmes sont engagés sur le terrain et nous les soutenons »

 

4. Pour nous NDDL = c’est non négociable ! Si on est persuadé de son inutilité économique autant que de sa "nuisibilité" écologique, si on veut vraiment sauver cet espace alors NDDL c’est non négociable.

 

5. Etre c/ NDDL ça ne suffit pas, ce enième rassemblement ce week-end, entre nous, déjà convaincus de l’inutilité de cet aéroport le prouve et montre à lui seul que ça ne suffit pas. Nos adversaires sont redoutables, ne nous leurrons pas, les porteurs du projet continuent avec leurs bulldozers psychologiques, leurs barreaux routiers et misent sur l’épuisement de leurs opposants. Mais eux sont  en week-end ou en vacances, ou en campagne. (sénatoriales en septembre)

Il nous faut impérativement rassembler et convaincre au-delà de nos propres rangs. Sinon le risque est clair de voir NDDL se faire, ils savent qu’ils vont dans le mur, mais ils y vont quand même.

 

Mes chers amis, est-ce qu’on aurait pas plus de chances de convaincre et rassembler au-delà de nous si de « CONTRE NDDL », contre un projet, on passait à POUR quelque chose, à pour un projet ?

Et ce quelque chose on l’a : c’est NANTES ATLANTIQUE ! L'aéroport existant. 

Pourquoi on est contre NDDL ? Parce qu’on en pas besoin. Pourquoi on en pas besoin ? Parce qu’on a déjà un aéroport, déjà international, certes il a besoin d’un bon coup de travaux et d’être correctement desservi. Mais il est déjà construit, déjà payé on sait où on va avec Nantes Atlantique, on le connaît, on sait combien de temps il faut pour y aller, qu’il est sécurit etc.

 

Eux ils sont pour un projet NDDL du vent, qui n’existe pas, qui va coûter cher, on ne sait même pas combien, qui va être loin, mal desservi, un truc qui fait peur, qu’on ne maîtrise pas, qui va être l’objet de combien de joutes politiques, de négociations ?

 

Conclusion : on a 2 messages, on peut se permettre de véhiculer 2 messages car ils sont complémentaires. On est Contre NDDL mais on est plus que ça on est aussi POUR NANTES ATLANTIQUE

Et là on est 10, 100 fois plus nombreux, c’est là qu’il faut qu’on aille les chercher ceux qui vont nous aider à faire basculer les choses.

C’est la même chose que ce qu’on dit mais c’est une autre approche sur le plan psychologique qui nous donne une chance de rassembler au-delà des déjà convaincus. Une autre approche qui consiste à défendre Nantes Atlantique.

Les « opposants de NDDL » pourraient être aussi, en plus, « proposants de NA » ou le paradoxe des  « opposants / proposants. »

Je vous remercie de votre attention. »

 

Clémentine Autain, Isabelle Loirat et Cécile Duflot à ND

 Clémentine Autain (FASE), Isabelle Loirat (MoDem), Cécile Duflot (EELV)

 

Le tirage au sort a fait que j'intervenais entre Cécile Duflot et Clémentine Autain.

 

Lire la suite

Aéroport : Lettre du CéDpa à NKM, ministre de l'écologie et des transports

10 Juin 2011 , Rédigé par CéDpa Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Cela fait des mois que nous demandions un rendez-vous à la ministre de l'écologie et des transports Nathalie Kosciusko-Morizet. Las d'être renvoyés vers ses conseillers, voici la lettre que nous lui avons adressée. CEDEPA

 

 

 

 

 

 

Madame la Ministre,

 

 

Vous êtes dans doute trop jeune pour avoir ri à l’un des plus fameux sketches de Fernand RAYNAUD dans lequel il continue à demander un café et deux croissants alors que la patronne du bar lui dit qu’elle n’a plus de croissants. En revanche, vous connaissez la célèbre réplique de Georges MARCHAIS « c’est peut-être votre question, mais c’est ma réponse ». Eh bien, Madame la Ministre, vos services viennent de nous rejouer la sortie de l’ancien Secrétaire du Parti Communiste, hélas, sans nous faire rire. Et nous, nous allons persister à demander un croissant comme Fernand RAYNAUD.

 

En effet, au nom de près de 1 000 élus rassemblés en collectif, nous vous avons demandé un rendez-vous pour vous dire notre désaccord sur le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes.

Monsieur BORLOO avait été sollicité du temps où vous étiez sa Secrétaire d’État. Il nous avait ignorés. Aujourd’hui vous nous faites répondre que vos collaborateurs nous recevront pour « évoquer les projets connexes découlant du futur aéroport de Notre Dame des Landes. »

 

Vous nous avez sans doute mal compris bien que notre courrier ait été très clair. Nous ne voulons pas parler des conséquences de ce projet, nous voulons vous dire pourquoi il faut y renoncer.

 

Nous ne voulons pas discuter des mesures compensatoires à la destruction des terres agricoles et des zones humides du secteur, nous voulons vous montrer la réelle richesse de ce bocage, aujourd’hui classé zone naturelle d’intérêt exceptionnel faunistique et floristique et la nécessité de le préserver sauf à faire strictement le contraire de ce que l’on dit par ailleurs sur la biodiversité ou sur la qualité de l’eau.

Nous ne voulons pas être gentiment écoutés et rassurés sur le rétablissement de tel chemin agricole ou sur l’accompagnement de chaque agriculteur évincé de ses terres.

 

Nous voulons réaffirmer notre volonté de garder une agriculture paysanne, à taille humaine, respectueuse des hommes et des terres, à proximité d’une agglomération qu’il faut nourrir.

 

Nous ne voulons pas entendre parler de « compétitivité, de métropole européenne et de grands travaux », nous voulons marteler nos choix fondamentaux d’élus : relocalisation, circuits courts, biodiversité, emplois pérennes, respect des collectivités locales et de leur population. Bref vous montrer pour notre territoire une autre vision que celle des « grands décideurs », qui n’ont pas répondu à nos arguments et continuent même à asséner de véritables contre-vérités par exemple sur la saturation de l’actuel aéroport.

 

Nous ne voulons pas être rassurés par l’État sur le contrôle qu’il assurera du travail du gestionnaire désigné (VINCI), nous voulons vous dire notre colère devant un montage financier où des collectivités locales vont prêter de l’argent public à un groupe dont les bénéfices ont de quoi faire rêver et qui est aujourd’hui impliqué dans de très nombreuses et sombres affaires, la dernière en date étant celle de la forêt russe de Khimki…

 

Nous ne voulons pas que vous nous disiez que c’est trop tard, qu’il faut nous résigner, et coopérer désormais, nous voulons vous réaffirmer que vous ne ferez pas notre bonheur malgré nous et que notre détermination reste intacte.

 

Ce matin 6 juin, certains d’entre nous était sur le site, où devaient commencer les forages. Face aux jeunes qui rêvent d’une autre vie, et à qui nous allons laisser le pire des mondes, aux agriculteurs dont on va détruire l’outil de travail et aux vaches qui ne demandaient qu’à paître tranquillement, les forces de l’ordre ont montré… leur force à grands renforts de lacrymogènes, de gardes mobiles, de chiens et d’un hélicoptère ! Est-ce là l’esprit du Grenelle de l’environnement ?

 

Madame la Ministre, nous vous avons entendu défendre la qualité de l’eau, la préservation des sols, l’agriculture relocalisée. Ce projet d’aéroport va totalement à l’encontre de ces objectifs. Où est l’erreur ?

Nous voulons croire que la réponse de votre collaboratrice n’est pas un signe de mépris dans lequel on nous tient en haut lieu, mais une simple maladresse. C’est pourquoi nous vous redemandons, publiquement cette fois, d’être reçus et écoutés sur le fond du sujet et non sur les « projets connexes ».





Françoise Verchère, conseillère générale de Loire-Atlantique,

Jean-Paul Naud, maire de Notre Dame des Landes,

Co-présidents du CéDPA (collectif des élus qui doutent de la pertinence de l’aéroport)

Lire la suite

3 jours de résistance à Notre-Dame-des-Landes 8, 9 et 10 juillet 2011

3 Juin 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

3 jours de résistance à Notre-Dame-des-Landes 8,9 et 10 juillet 2011

 

Pour un autre choix de société !
Energie/Climat - Souveraineté alimentaire - Justice sociale

Samedi 9 juillet 2011 Grand meeting national politique et associatif
A l'invitation de la coordination des associations et mouvements politiques opposés au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.



Près de Nantes, à Notre Dame des Landes, un projet d'aéroport gigantesque menace 2000 ha de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle.
Le projet date des années 60, pour le Concorde, et les raisons affichées pour sa construction ont beaucoup changé au fil des années et des contre-arguments des opposants.
Aujourd'hui, alors qu'il n'y a aucun problème de saturation ni de sécurité à l'aéroport actuel de Nantes-Atlantique et que le contexte ne favorise pas la croissance du secteur aérien, l'Etat (UMP) et les collectivités territoriales (PS) ont désigné ensemble le géant du BTP Vinci pour contruire une plateforme aéroportuaire soit disant HQE sur ce site.
Paradoxalement, le besoin de cette nouvelle construction n'est en rien avéré et aucune optimisation de la plateforme existante n'a été étudiée...
De plus en plus de voix s'élèvent contre ce scandale écologique et économique.
Plus de cent personnalités, une coordination forte de plus de 40 associations, collectifs et mouvements politiques, représentant plusieurs dizaines de milliers de personnes, appelent à 3 jours de rassemblement sur le site menacé, les 8, 9 et 10 juillet 2011, autour des thèmes Climat/Energies, Terres agricoles/Souveraineté alimentaire et Justice sociale.
 

Blog http://ete-2011-resistance-ndl.blogspot.com/ consacré à ce rassemblement.

 

 

Programme des 3 jours de résistance à Notre-Dame-Des-Landes

 

Infos pratiques et contacts organisateurs :

http://ete-2011-resistance-ndl.blogspot.com/search/label/00%20Infos%20Pratiques 

 

Site de l'Acipa - Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport à Notre-Dame-Des-Landes

 

Site du CéDpa - Collectif d'Elus

Lire la suite

LGV (Ligne à Grande Vitesse) Ouest : Vérité ferroviaire en deça de la Sarthe, erreur au delà ?

3 Juin 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

  

Quand la bête devient déficitaire, la CCI, pas bête, refile ses parts et les pertes qui vont avec à l'Etat et aux contribuables. Pour mieux les mutualiser sans doute.

  

 

Alsace - L'Etat rachète l'aéroport. Le Parisien Aujourd'hui en France - 27 mai 2011

 

  

"L'aéroport de Strasbourg-Entzheim (Bas Rhin) a changé de statut lundi pour devenir une société d'exploitation aéroportuaire. Son conseil de surveillance sera nommé aujourd'hui. La chambre de commerce et d'industrie du Bas-Rhin, qui détenait jusque-là 100 % des parts, n'en possède plus que 25 %, l'Etat devenant majoritaire. Objectif : redynamiser le site qui souffre depuis 2007 de l'arrivée du TGV en Alsace."

 

Le transfert de passagers de l'aérien vers le rail est durable et les exemples de Strasbourg ou de Lille le prouvent. 

 

Ceci explique sans aucun doute que les porteurs du projet de l'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes ne veulent absolument pas entendre parler de Ligne à Grande Vitesse vers Nantes, ils savent bien que le rail est le meilleur concurrent de l'aérien. 

 

Rappel aux habitants de l'Ouest et de l'agglomération de Nantes toujours plus nombreux : on est en LGV (Ligne à Grande Vitesse) seulement de Paris jusqu'au Mans et bientôt Sablé-sur Sarthe, chez le Premier ministre F. Fillon, ce dernier ayant su usé (abusé ?) de son pouvoir pour obtenir sa "virgule" de desserte TGV / LGV. Mais au delà de Sablé-sur-Sarthe, débrouillez-vous, pas de vraie Ligne à Grande Vitesse, mais une ligne SATUREE entre des TER, fret, et TGV qui ne peuvent rouler à grande vitesse sur une ligne qui ne l'est pas. La LGV c'est bien jusqu'à Sablé mais pas plus loin. Vérité ferroviaire en deça de la Sarthe, erreur au delà ?  

 

Lire la suite

Notre-Dame-Des-Landes : la tarte n'était pas grenello compatible

6 Avril 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Article du Canard Enchaîné du 06 04 2011.

 

Les personnages : JM Ayrault, F. Fillon, P. Mareschal comme toujours sur ce dossier (catégorie aéroport Notre-Dame-Des-Landes sur ce blog)  et l'entarté en question, moins connu mais qui sévissait dans les coins de mon enfance. C'est bien qu'il se soit fait bouler aux élections cantonales le mois dernier.

 

Depuis, le député maire de Nantes, JMA s'est lui aussi fait entarter Place Royale à Nantes le 26 mars (info Ouest France, Presse O du 27 ou 28 mars 2011). C'est pas bien de faire ça, surtout en plein Carême, l'année où le carnaval de Nantes, institution nantaise est annulé pour la première fois depuis 1947.

 

Conclusion du volatile du mercredi : "On ne rigole pas avec l'aéroport le plus vert de France et d'Europe et de la planète entière..."

 

 

Canard-Tarte-pas-grenello-compatible-avril-2011.jpg

 

 

Lire la suite

Aéroport "un dossier national" Presse Ocean 28 02 11

1 Mars 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

"Un dossier national"

 

Le collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport (photo) - constitué désormais en association depuis une réunion samedi - entend mener l'opposition au niveau national. "Nous avons le chef du gouvernement et le chef de l'opposition issus de la même région qui sont pour le projet" rappelle Isabelle Loirat. Les 830 élus du collectif veulent donc trouver des soutiens nationaux. Et "réaffirmer qu'il y a beaucoup d'étapes importantes avant que des avions décollent à Notre-Dame-Des-Landes" indique François Verchère. "Pour le Carnet ou Donges Est, nous avons toujours gagné après la Déclaration d'utilité publique" rappelle Ronan Dantec. Un plan d'actions va donc être bientôt mis en place.

 

Trois recours

 

C'est le dernier jour, ce lundi, pour déposer un recours juridique contre le décret de concession signé entre l'Etat et la société concessionnaire de l'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes le 28 décembre dernier. Trois recours sont ou vont être déposés : Europe Ecologie - Les Verts des Pays de la Loire qui a confié ce dossier à l'avocat de Greenpeace Alexandre Faro et la communauté de communes d'Erdre et Gesvres qui a voté favorablement mercredi dernier pour un recours. Les associations opposées au projet s'engagent aussi dans cette voie juridique : elles doivent déposer leur dossier aujourd'hui au tribunal administratif de Nantes.

 

Presse Ocean 28 02 2011

 

 

    

 

Presse O Aéroport dossier national 28 02 11 

 

 

Désolée de vous imposer mon activité découpage de vacances  mais la boite de com' qui est payée par la Ville de Nantes pour établir un panorama de presse envoyé chaque jour ouvrable aux élus nantais et ensuite pour chaque clic de consultation d'articles, (alors que cela pourrait être fait par les pléthoriques services de com de la ville et consultable gratuitement) ne l'a pas mis. Comme il y a peut-être d'autres élus de la ville de Nantes ou d'ailleurs qui souhaitent nous rejoindre, je partage l'information. Et oui, au départ, nous étions une dizaine de membres fondateurs et aujourd'hui, nous sommes presque 1 000 élus à douter de la pertinence de ce projet d'aéroport et à préférer d'autres investissements pour l'avenir.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Aéroport NDDL : le collectif d'élus CéDpa devient une association

27 Février 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Le CéDpa, Collectif des 830 Elus qui Doutent de la Pertinence de l'Aéroport à Notre-Dame-Des-Landes créé en 2009 s'est réuni hier à Sucé-sur-Erdre (44) pour transformer le collectif en une association d'élus. L'objectif est de se doter de moyens financiers, d'une organisation structurée avec un CA et un bureau, se faire entendre des porteurs du projet comme représentants légitimes de la population, d'obtenir le réexamen de ce projet d'aéroport pensé à la fin des années 1960 à la lumière des enjeux (économiques, écologiques) d'aujourd'hui et surtout l'étude sérieuse des alternatives proposées.

 CEDEPA

Les travaux de l'aéroport ne commenceront pas avant 2014, il nous reste trois ans pour agir et nous sommes déterminés à le faire.

 

Les porteurs du projet nous rétorquaient toujours qu'ils avaient gagné les élections et  avaient donc raison. Et bien non, car avec un tel raisonnement Nicolas Sarkozy aurait eu raison parce qu'il a gagné les élections de 2007. 

 

"Des élus volent dans les plumes du futur aéroport" - Ouest France du 27 02 11   

 

 Elus-volent-ds-les-plumes-du-futur-aeroport-Ouest-France-2.jpg

 

Lire la suite

Le collectif des élus qui doutent de la pertinence de NDDL répond à la tribune de JM Ayrault

18 Février 2011 , Rédigé par CEDPA Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Créer un nouvel aéroport à Nantes/Notre Dame des Landes : un projet qui massacrerait inutilement 2000 hectares de paysages bocagers

 

Demande de droit de réponse à la tribune de JM Ayrault et Cie du 15 février 2011

 

 

Face aux certitudes affichées par les signataires d’une tribune intitulée « Déménager l’aéroport de Nantes : un choix de raison », publiée dans Le Monde du 15 février 2011, nous, membres du Cedpa, qui réunit en collectif depuis 2009 près de 1000 élus, affirmons nos nombreux et sérieux doutes sur  la pertinence de la construction d’un nouvel aéroport à Nantes. Pour autant, nous ne sommes pas opposés au transport aérien et nous estimons qu'il est légitime qu’une agglomération comme Nantes puisse bénéficier d’un aéroport de taille internationale, qui soit évolutive dans le temps. Le seul hic c'est que cet équipement existe déjà.

 

Sur l’aménagement du territoire : quelle est la logique de pousser l’urbanisation au nord de Nantes sur 2000 ha de bocage préservé, dans un département déjà champion de l’artificialisation des terres ? Quelle est la logique de créer un nouvel aéroport et des voies ferrées nouvelles alors que l’aéroport actuel est loin d’être saturé, suffit amplement pour d’éventuelles extensions et dispose d’une accessibilité exceptionnelle avec la présence de liaisons ferrées à moindre coût ?

 

Sur l’emploi : quelle est la logique de faire disparaitre une cinquantaine d’exploitations agricoles péri-urbaines mettant en jeu 600 à 700 emplois directs et indirects ? Quelle est la logique de transférer les emplois de l’aéroport actuel, du sud de Nantes vers le nord de la ville, accentuant ainsi le déséquilibre entre le Nord et Sud de la Loire ? Quelle est la logique de promettre 4000 emplois à l’ouverture de la nouvelle plate-forme pour 4 millions de passagers alors qu’on en compte aujourd’hui 2000, directs et induits, pour 3 millions ? Quelle est la logique de fragiliser Airbus en ne donnant aucune certitude sur le maintien de la piste actuelle, utilisée par l’entreprise ?

 

Sur la sécurité : quelle est la logique de faire peur quant à la sécurité des vols alors que les pilotes professionnels de Nantes affirment qu’il n’y a pas de problème de sécurité et que les documents de la Direction Générale de l’Aviation Civile classent l’aéroport actuel de Nantes en catégorie A, c'est-à-dire sans risque particulier ? Par ailleurs, il est prévu qu'un trafic privé puisse continuer à s'exercer sur la plate-forme actuelle, si la nouvelle se fait : quelle logique si il s'agit de sécurité ?

 

Sur l’écologie : quelle est la logique de détruire 2000 ha de terres d’une biodiversité exceptionnelle, classés en ZNIEFF, de supprimer 90 km de haies ? Quelle est la logique de confier l’exploitation de l’aéroport à un opérateur privé qui cherchera à faire progresser le trafic, sans considération pour les nuisances induites notamment par les vols de nuit, ni pour les émissions polluantes (imbrûlés, oxydes d’azotes et CO2) ? Le plus grand risque demain est-il de manquer de surface pour les avions ou de manquer de surface pour produire notre nourriture ?

 

Sur l’immobilisme : qui sont les partisans de l’immobilisme ? Ceux qui  s’accrochent à un projet vieux de 40 ans, prévu pour faire atterrir le Concorde, qui a incarné les rêves de grandeur de plusieurs hommes politiques depuis des décennies ou bien ceux qui, comme nous, réinterrogeons les choix du passé à la lumière des enjeux majeurs de ce début de XXIe siècle ?

 

Sur le développement durable, maîtrisé : pourquoi avoir écarté d’emblée toutes les propositions d’optimiser l’aéroport existant ? Nouvelle procédure d’atterrissage moins bruyante et plus économique, utilisation de la voie ferrée qui arrive dans l’aéroport, connexion au tramway, réorientation de la piste existante, fonctionnement en réseau avec d'autres aéroports proches… Les propositions ne manquent pas. Quelle est la logique de donner des centaines de millions d’argent public à Vinci pour un équipement dont l’exploitation sera privée ? Dans les conventions permettant l'apport d'argent public, rien n'est dit sur la façon d'éponger les déficits s'ils surviennent, rien n'est dit sur le financement des extensions de la plate-forme, configurée au départ pour 4 millions de passagers.

 

Sur le développement durable, raisonné : après l’annonce d’une nouvelle ligne ferroviaire Nantes-Notre Dame des Landes-Rennes et celle d’un nouveau franchissement de la Loire, cet article prône l’intérêt d’une ligne LGV Brest-Nantes-Poitiers---Turin. Bref, à coup de milliards d’euros supplémentaires, une étoile de LGV autour de Nantes et de son aéroport ! Pendant ce temps, l'habitant des Pays de la Loire aura du mal à se rendre en train entre Saumur et Angers, entre Fontenay-le-Comte et la Roche-sur-Yon, entre Mayenne et Laval… 

 

Le projet de Notre Dame des Landes ne met pas d’abord en jeu le réchauffement climatique ou les nuisances pour les riverains, mais plus fondamentalement l’aménagement et l’équilibre du territoire, la lutte contre l’étalement urbain, l’agriculture et l’utilisation des finances publiques. Un vrai choix de société se joue à Notre Dame des Landes.

 

 

CEDPA - Collectif des élus doutant de la pertinence du projet d’aéroport   http://aeroportnddl.fr 

 redaction@aeroportnddl.fr

 

 

 

 

Lire la suite

Communiqué des élus MoDem de Nantes en réponse à la tribune des porteurs du projet NDDL dans Le Monde

17 Février 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

  MoDem

 

Les porteurs du projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes se sont exprimés cette semaine dans Le Monde pour présenter leur point de vue et accuser les opposants d’immobilisme et de refus de progrès.

 

 

Mais ils se trompent car le seul progrès efficace pour améliorer la vie des ligériens serait, non pas de construire un autre aéroport, mais bien de créer une ligne à grande vitesse (LGV) de bout en bout Nantes- Paris via l’aéroport d’Angers – Marcé (49) pour remplacer la ligne actuelle (qui n’est en LGV que de Paris à Sablé) et pour que Nantes se trouve à 1 h 30 de Paris quand Bordeaux ne sera plus qu’à 2 h de la capitale.

 

Plus que « l’audace de construire un métro » Rennes a surtout eu l’audace et l’intelligence de faire le choix de la LGV Bretagne qui placera Rennes à 1 h 30 de Paris.

Nous privilégions le report de l’aérien sur l’investissement ferroviaire au profit de toute la région plutôt que de concentrer tous les moyens de l’Etat et des collectivités locales sur une seule infrastructure aéroportuaire au profit de quelques élus de la métropole nantaise.

 

Le Modem de Nantes a élaboré un quiz pédagogique et ludique sur l’aéroport international de Nantes Atlantique qui suffit au développement de la métropole. Celui-ci sera distribué dans toutes les boites à lettres de la ville de Nantes.

 

 

Les élus MoDem de Nantes, Benoît Blineau et Isabelle Loirat

Sylvie Tassin, présidente du MoDem de Nantes

Lire la suite

Réponse à la tribune des "compères" parue dans Le Monde

17 Février 2011 Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

 

Tiens, un nouveau collectif est né, il cosigne - à 10 mains - une tribune pro aéroport Notre-Dame-Des-Landes dans Le Monde. Mais ce sont les compères ! Ceux des coups tordus des veilles de fêtes ou de vacances.  

 

A les lire, Nantes ne serait pas accessible et nous ne prendrions pas "la vraie mesure des enjeux"  tandis qu'eux auraient des "intuitions fondatrices" comme NDDL ou le tram train Nantes - Châteaubriant...

 

"Qui sont les partisans de l'immobilisme ? ceux qui s'accrochent à un projet vieux de 40 ans, prévu pour faire atterrir le Concorde, qui a incarné les rêves de grandeur de plusieurs hommes politiques depuis des décennies ou bien ceux qui, comme nous, réinterrogeons les choix du passé à la lumière des enjeux majeurs de ce début de XXIe siècle ?" (Geneviève Lebouteux pour le  CEDPA Collectif de près de 1 000 élus qui doutent de la pertinence de ce projet)

 

Ils nous abreuvent de leurs "responsabilités" et de travail "main dans la main", en fait il s'agit de cumul de mandats dans le temps et dans l'espace, de décisions verrouillées à tous les échelons locaux ou nationaux.

 

Petite performance des compères : ils réussissent à écrire une tribune sans jamais parler des coûts et de l'argent public injecté dans le projet ni même oser citer VINCI qui va construire l'aéroport et les parkings attenant puisqu'à ce jour aucune desserte autre que routière n'est financée. Imaginez un aéroport éloigné de Nantes, en plein bocage, sans aucune desserte ferroviaire ni transport en commun à l'ouverture, qui plus est au milieu de communes et d'habitants qui n'en veulent pas. Le prix ne compte pas pour eux, ou plutôt si, ce sera NDDL à n'importe quel prix, au prix de n'importe quel mensonge.

 

 Ce qu'ils ne disent pas :

 

C'est que nous avons déjà un aéroport international  : Nantes Atlantique avec un trafic de 3 millions de passagers.

 

Nantes Atlantique peut être optimisé (réaménagement de parkings et aérogare, desserte ferroviaire possible sur une ligne existante, possibilité de réorientation de la piste actuelle pour éviter le survol de Nantes etc.) pour accueillir 4 millions de passagers et même 10 millions si cela devait arriver à moindres frais par rapport à la construction ex nihilo à 27 km de Nantes d'une nouvelle plateforme avec deux pistes.  

 

 

Il ne s'agit pas d'être contre toute forme de transport aérien ou d'aéroport mais nous pensons qu'il est plus pertinent d'investir aussi sur le ferroviaire (TGV, LGV, AGV, TER, RER etc.) plutôt que de concentrer tous les moyens de l'Etat et des collectivités locales sur une seule infrastructure aéroportuaire. Une meilleure répartition du trafic pourrait aussi se faire entre les aéroports existant de Nantes, Rennes et Angers.



La semaine où le président Obama et son administration décident d'investir 53 milliards sur six ans dans un plan vraiment ambitieux de développement des lignes ferroviaires aux Etats Unis, en plein débat sur les gaz de schiste, ça fait un peu ringard de se fendre d'une tribune pour dire qu'on veut construire un aéroport pour "Nantes capitale verte" en 2013.



NDDL n'est pas qu'un problème de réchauffement climatique, ni de riverains, mais d'aménagement du territoire, de finances et dépenses d'argent public, d'agriculture, de lutte contre l'étalement urbain. Un vrai choix de société se joue à Notre-Dame-Des-Landes. 

Enfin ce ne sont pas quelques bouts de toiture végétale, de panneaux solaires, de procédés labellisés HQE qui rendent la construction d'un aéroport compatible avec le développement durable Rien ne justifie aujourd'hui qu'on détruise de façon irréversible en les bétonnant plus de 1 600 à 2 000 hectares de terres agricoles, on ne les récupérera jamais, les fermes et les emplois qui vont avec non plus alors que chacun reconnait aujourd'hui qu'il faut conserver des terres agricoles pour produire à proximité des villes.

   

A propos des emplois et d'Airbus, quelqu'un pourrait il nous expliquer la cohérence du président du conseil général de Loire-Atlantique qui déclare le mardi 8 février dans Ouest France "il faut garder une piste pour Airbus à Nantes" et le lundi suivant cosigne une tribune dans laquelle est écrit "la libération d'une centaine d'hectares sur le site de l'ancien aéroport va servir au renforcement du pôle Airbus" . Quel avenir pour l'usine Airbus de Nantes si on ferme la piste voisine de Nantes Atlantique ?  Il se pourrait alors que l'A350 soit construit ailleurs. Comment croire un instant que l'espace libéré par la fermeture de Nantes Atlantique (géré par Vinci) va servir uniquement à renforcer le pôle Airbus et pas un peu la spéculation immobilière ?

 

 

Seul argument nouveau dans leur papier : Oslo mais ce n'est pas le bon exemple, la décision de le reconstruire a été prise en 1992, bien avant la crise mondiale, le peak oil, parce qu'ils avaient déjà plus de 10 millions de passagers pour une ville capitale et parce que la mer bloquait effectivement l'extension de l'aéroport.



Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>