Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #sante tag

La "castration chimique" : un traitement médical qui porte bien mal son nom

18 Avril 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Santé

Quand on s'intéresse aux solutions existantes pour réduire le nombre d'agressions sexuelles, on arrive inévitablement à la "castration chimique". Nom plutôt barbare pour désigner un traitement médical, chimique (médicamenteux), inhibiteur de la libido, par administration en comprimés ou injections de substances hormonales anti-androgènes, un traitement médical proposé aux auteurs d'agressions sexuelles, utilisé dans la lutte contre la récidive.  

 

La castration physique est évidemment interdite. Pour un traitement médicamenteux, le terme de "castration", même associé à celui de "chimique" est plutôt mal choisi. On pourrait déjà commencer par changer le nom de ce traitement parce qu’il renvoie à l'idée insupportable d'une mutilation physique génitale irréversible, à la fameuse "angoisse de castration" (étape du développement psycho- affectif) des théories psychanalytiques et parce qu'il constitue un obstacle réel au consentement au traitement.

 

Comment la société traitait –elle l’agression sexuelle dans le passé ?

Par la mise à mort, l’incarcération, le fouet, la lobotomie, la castration « chirurgicale » en place publique, etc.

Comment ne pas évoquer ici Pierre Abélard, célèbre intellectuel du XII è siècle, originaire de chez nous, en Loire-Atlantique actuelle, qui fut châtré pour avoir aimé Héloïse. Abélard est né au Pallet (44), au sud de Nantes dans le vignoble du Muscadet. Il a survécu à son châtiment voulu par l’oncle d’Héloïse. Les amants légendaires ont leur tombe au cimetière du Père Lachaise à Paris. Quand j’étais étudiante en BTS Tourisme à Paris lors d’un TD de technique de guidage délocalisé sur le terrain au Père Lachaise, j’avais été chargée de préparer le commentaire du tombeau et de leur histoire, autrement plus intéressante que le style néo-gothique de la tombe. Je les évoque encore quand je fais visiter le vignoble et aujourd’hui dans ce billet.

 

Quelques siècles plus tard, la psychanalyse, les thérapies comportementales, l’hypnose sont introduites dans les traitements des agresseurs sexuels. 

La pharmacologie a été acceptée tardivement dans le traitement des déviations sexuelles, longtemps considérées comme impossibles à traiter.

 

Avant l'apparition des traitements anti-androgènes, les neuroleptiques (découverts en 1952) ont été utilisés, faute de mieux, dans cette indication ainsi que le terme de « castration neuroleptique réversible » (1966).

 

Les premières recherches sur l'approche pharmacologique anti- androgène ont été faites à partir de 1967 en Europe, 1970 aux EU, au Québec en 1981 puis au Canada.  En France, les "recherches sont plus qu’indigentes, les études sur la castration chimique et les effets des traitements anti-hormonaux ont dû être arrêtées faute de patients envoyés."

 

Produites chez l’homme et la femme, les hormones stéroïdes, sécrétées par testicules et ovaires, ont été découvertes dans les années 20 et très vite fabriquées en laboratoires et commercialisées.

A partir des 3 hormones : progestérone, testostérone et œstrogène et de la structure chimique de ces hormones sexuelles, on a commencé à travailler sur les traitements androgènes.

 

Deux produits sont utilisés. Ce sont deux produits de synthèse qui ressemblent chimiquement à la progestérone :

 

L’acétate de cyprotérone (Androcur) utilisé dès fin des années 60.

 

L’acétate de médroxyprogestérone (dépo Provera) à partir du début des années 70.

 

Les deux acétates ne sont pas une panacée pour tous les cas de paraphilies qui ont été traités.

 

L’arrivée de traitements anti-androgènes comme les agonistes de la LH-RH* constituaient un espoir à la fin des années 90. Prescription si risque de passage à l’acte élevé. Injection de triptoréline,  (DECAPEPTYL) peut être utilisée hors AMM chez certains patients ayant des pulsions sexuelles.

LH-RH* ou GnRH (Gonadotropin Releasing Hormone) ou LHRH (Luteinizing Hormone-Releasing Hormone)

 

L’administration du traitement hormonal se fait sous forme d’injections intramusculaires ou en comprimés, pour les deux acétates. La voie intramusculaire est souvent préférée cf. à plus longue durée d’action, rapidité d’action, et permet de s’assurer de la bonne prise du médicament.

 

 

L’hormonothérapie a dépassé le stade de l’expérimentation et fait maintenant partie de l’arsenal thérapeutique pour traiter la délinquance sexuelle. La méthode, sans être une solution unique ni une solution miracle présente l'avantage d’apporter des changements rapides tant sur le plan physiologique que psychologique. L’efficacité après 20 ans d’utilisation ne fait plus de doute (études 1981, 1990). Un nombre significatif de patients ont indiqué l’arrêt des agissements déviants, une diminution ou un arrêt de la production de fantaisies érotiques non désirées et l’amélioration générale de la qualité de vie.

Les deux produits entraînent une diminution rapide de la quantité de testostérone plasmatique (dans le sang) avec une modification du comportement sexuel, une diminution de l’intensité de la réaction aux stimuli.

 

A qui s’adresse le traitement ?

 

Indications de traitement pour des individus dont les comportements ou fantaisies sexuelles sont non désirés, cf. nature, intensité, fréquence, pour des patients envahis par leur problématique sexuelle, qui se reconnaissent incapables de la maîtriser.

 

L’objectif du traitement est d’empêcher la récidive. « Tous les traitements de délinquance sexuelle incluant approche pharmacologique ont en commun un certain nombre d’objectifs qui débordent largement le simple fait de pouvoir maîtriser le comportement déviant, à savoir l’amélioration de la qualité de vie sexuelle, affective, relationnelle et sociale. »

L’intérêt des traitements aux anti-androgènes permet un apaisement propice à l’approche psychothérapique », agissant comme un « calmant » qui permet ensuite de s’attaquer au problème de fond pour obtenir un changement de  comportement de l’individu.

 

Le traitement doit impérativement être associé à une psychothérapie dans le but de diminuer le comportement sexuel déviant.

 

Donner un traitement, c’est poser la question de savoir si ce sont aussi des malades, est-ce qu’on doit les punir mais aussi les soigner ? Est-ce qu’on peut les condamner à se soigner ?

 

 

Contre-indications absolues :

 

Lorsque le consentement est refusé par le patient

Lorsqu’il n’existe pas de volonté véritable d’entreprendre un traitement.

Pour une réelle efficacité du traitement, il convient de s'assurer du désir du sujet de modifier son état pathologique et pas seulement sa situation juridique.

 

Effets positifs rapportés par les patients :

 

- Arrêt rapide de l’exécution des actes non désirés

- Disparition progressive des fantaisies déviantes

- difficulté à les maintenir

- Diminution de excitabilité sexuelle en présence d’un objet inadéquat

- Sensation de liberté jamais éprouvée jusque là, pouvoir circuler sans toujours être sur la défensive ou « à la chasse »

- Pas de rechute sur 3 ans ou  5 ans pour les deux témoignages

- « ne pas revivre l’enfer que j’ai vécu »

- capacité de se regarder sans honte, se considérer comme un être humain normal et avoir une vie normale avec compagne.

L’appartenance à un groupe (famille, travail, amis) est un facteur majeur pour le pronostic à long terme.

 

La durée minimale du traitement est de : 6 mois

L’arrêt du traitement devrait toujours être progressif. Le patient doit être informé que le traitement devra peut-être être repris si de nouveaux facteurs de stress ou événements interviennent. La reprise peut être de courte durée (ex : si retour déviances pédophiles après une rupture amoureuse)

Le patient doit demeurer conscient de la possibilité d’une récidive et ne reçoit jamais le message que le traitement est terminé.

 

L'impérative notion de « consentement »

 

« Le consentement aux soins est un préalable absolu à toute relation thérapeutique » Le Monde 07 05 00 – Evry Archer, pdt association psys exerçant en prison.

 

Au cœur du traitement médical, il y a la notion de consentement du patient, parfois difficile à appréhender par la société ou les familles, victimes d’individus qui n’ont pourtant pas demandé le consentement de leurs victimes.

A partir du moment où un délinquant sexuel est pris en charge par le corps médical, même en milieu carcéral, il devient aussi un patient. Et un médecin, pour des raisons évidentes d'éthique, ne peut imposer un traitement à un patient si celui-ci s'y oppose de la même manière que la société via la justice peut sanctionner un citoyen qui a dérogé à la règle commune et décréter une incarcération ou une injonction de soins.

 

En Europe, la castration chimique repose toujours sur le principe du consentement, lequel s’obtient avec des arguments médicaux. Selon les pays il y a de fortes différences. Aux Etats-Unis (Texas Californie) la castration chimique peut être obligatoire s’il y a récidive sur mineur de moins de 13 ans, en Espagne elle est toujours considérée comme un traitement dégradant ; bien souvent il n’y a rien dans les textes (ex : Royaume-Uni) avant la fin des années 90 etc. Au Danemark elle est utilisée comme une alternative à l’incarcération ou pendant la liberté conditionnelle.

 

Les réticences des médecins, des psychiatres à soigner ces patients donc à prescrire ces traitements s’expliquent sans doute aussi par la « judiciarisation » de la société et les risques de procès. Nombreux sont les acteurs du système judiciaire ou de soins qui redoutent aujourd’hui de devenir alternativement les boucs émissaires d’un problème que la société n’arrive définitivement pas à résoudre.

 

On peut s'interroger aussi sur notre société où bien souvent l'accès aux soins passe par une condamnation. Rares sont les agresseurs sexuels qui vont eux même chercher de l’aide, il faut des faits graves pour que les premiers soins soient proposés ou recherchés.

 

 

ATTENTION : Médicament de première intention, en association à une psychothérapie, composante du traitement global des agresseurs sexuels, le traitement par castration chimique – qui ne peut s'adapter à tous les profils - ne doit pas être perçu comme la panacée et ne peut en aucun cas être la seule réponse aux crimes sexuels.

 

« Si la prise d’un simple médicament permettait à un pédophile multirécidiviste de redevenir un patient normal, ça se saurait. »  

 

 

 

Autres réserves : on propose des traitements qui modifient la testostérone alors que les liens entre la testostérone et les comportements sexuels déviants ne sont pas toujours prouvés et que le rôle de la testostérone dans la libido est controversé.

Il semble que la prise d’alcool associée ou pas à des stupéfiants dans près de 50 % des cas d’agressions sexuelles compte autant que le taux de testostérone dans le sang.

 

Le traitement doit absolument être associé à un travail de psychothérapie dans le but de diminuer le comportement sexuel déviant ce qui suppose évidemment des moyens humains et matériels. 

Sans changement réel de comportement, on n’obtient pas de changement réel pour l’agresseur et le risque de récidive augmente.

 

Certains agresseurs sexuels, en particulier violents ou sadiques, ne répondent pas toujours d’une façon significative au traitement.

 

Il faudrait :

-         des centres psychiatriques où l’évaluation serait multidisciplinaire et  de complète

-         un meilleur maillage territorial de l’offre de soins

-         un travail en réseau

-         une politique européenne sur ces questions

 

 

Bibliographie :

 

Le traitement hormonal - Pierre Gagné (pages 223 à 234) in

 

Les agresseurs sexuels Théorie, évaluation et traitement Jocelyn Aubut et collaborateurs

Les éditions La Chenelière, Montréal, Maloine, Paris, 1993

 

Castration chimique : l’état des lieux (02 10 2009) Libération.fr

 

Troubles des conduites sexuelles. Diagnostic et traitement. Article Encyclopédie Médico-Chirurgicale (EMC)

 

La castration chimique - Wikipedia – Pour le traitement par pays.

 

« Pas une castration, une libération » Le Monde 18 11 2009

 

« Réputés incurables, les agresseurs sexuels furent pris en charge tardivement par les psychiatres » Le Monde 01 03 01

 

«  L’inquiétante étrangeté du passage à l’acte » Le Monde 29 10 97

«  Un traitement médical pourra être imposé aux délinquants sexuels «  Le Monde 04 09 97

 

« Des consultations psychiatriques pour dire et redire que le passage à l’acte est interdit » Le Monde 04 09 97

 

« Punir les pédophiles, mais aussi les soigner » Le Monde 06 09 07

 

Avis de la Haute Autorité de Santé 18 février 2009, commission de transparence sur le Salvacyl.

 

L'Arbre de la Souffrance

 

Données brutes

 

La vraie insécurité quotidienne c'est celle des femmes

 

"Plaintes & chuchotements" d'Olivier Truc - Le Monde 08 02 11

 

100 millions de femmes manquent à l'appel !! (Chronique Yves Simon Le Monde)

Lire la suite

Urgence : Grève des accouchements !

14 Novembre 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Santé

13:21 - samedi 14 novembre 2009

Nantes : grève des accouchements à la polyclique et la clinique Brétéché

Depuis ce matin, les 15 gynécologues obstétriciens et les 8 autres de la clinique Brétéché sont en grève. : Archives N.B.

Depuis ce matin, 8 h, la polyclinique de l'Atlantique à Saint-Herblain près de Nantes et la clinique Brétéché (Nantes) ont cessé de pratiquer des accouchements en raison d'une grève nationale des gynécologues-obstétriciens libéraux. Ceci à l'appel du syndicat Syngof. Le syndicat réclame le vote d'un amendement, dans le cadre du budget de la Sécurité sociale soumis au Sénat, qui les protègerait. Les gynécologues libéraux assurent 30% des accouchements en France. "Sans cet amendement, précise le docteur Olivier Multon, gynécologue à la polyclinique de l'Atlantique, on n'a plus d'assurance donc on ne peut plus travailler". En cas de sinistre (procès), les gynécologues libéraux vivent aujourd'hui sous la menace de devoir rembourser l'office national d'indemnisation des accidents médicaux (ONIAM). "Ce qui n'est pas possible financièrement pour n'importe quel médecin." Le préjudice à payer pouvant aller jusqu'à 2 millions d'euros.

 

Sauf si la patiente n'est pas transférable, les accouchements sont renvoyés vers le CHU de Nantes. La DDASS devrait très rapidement émettre un avis de réquisition des médecins de garde pour assurer les accouchements dans les cliniques en grève. A la polyclinique de l'Atlantique, ce sont en moyenne 15 accouchements pratiqués toutes les 24 heures.

 


Plus d'informations demain dans Presse Océan

Encore un noeud à dénouer et vite ! Il y a urgence si on veut continuer à couper les cordons.

Ne croyons pas qu'il ne s'agit là que du problème des quelques 1000 gynécos obstétriciens, nous sommes toutes concernées, tous concernés ! Comment ferons nous si les gynécos de France et de Navarre se mettent tous en grève, ne pouvant plus pratiquer d'accouchements parce qu'ils ne peuvent plus s'assurer ?


Qu'est-ce qu'ils vont dire Carla et Nicolas si son gynéco se met en grève ? Ben oui, eux qui veulent tellement un bébé pour nous servir un joli roman photo avant 2012 !

Lire la suite

Fécondité en hausse en France mais fertilité en baisse

14 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle LOIRAT Publié dans #Santé


Le taux de fécondité en France est passé à 2,02 enfants par femme2,02 enfants par femme , "la france championne des bébés" titre Ouest France du 14 Janvier 2009 alors que la moyenne européenne est à 1,5. Bonne nouvelle !

Les générations futures n'ont pas fini de nous étonner, elles commencent déjà par être plus nombreuses que prévu.

Bien sûr ce n'est pas cela qui va inverser notre pyramide des âges, mais c'est un signe d'espoir et de foi dans l'avenir. Quel réjouissant pied de nez à la crise !

Pour ne pas se contenter de cette fécondité optimiste, il faudrait aujourd'hui prendre les bonnes décisions responsables pour que ces générations futures n'aient pas à payer pour notre impéritie en matière de protection de leur environnement et qu'on cesse de laisser filer la dette ou de l'augmenter pour des décisions court-termistes que nos enfants devront payer.

Si les Français (es) font autant d'enfants, en tous cas plus que leurs voisins, c'est peut-être parce qu'en France, les femmes peuvent avoir des enfants et travailler. J'entends par là que nous avons des possibilités de faire garder nos enfants dans de bonnes conditions d'accueil : crêches, nounous, réductions d'impôts etc... Certes ce n'est pas toujours parfait, les places manquent et l'offre de garde n'est pas assez variée en dehors des villes.
L'école maternelle joue là aussi un grand rôle car elle accueille les enfants dès 2 ou 3 ans et ils y apprennent des tas de choses contrairement à ce que Xavier Darcos peut en dire.
Les Allemandes, Américaines ou autres femmes étrangères que je rencontre dans le cadre de mon travail de guide-interprète soulignent très souvent cet avantage français qu'elles envient. Les Allemandes, même diplômées doivent trop souvent choisir entre leur travail et leurs enfants.

Si nous sous sommes si fiers collectivement de cette natalité tricolore grâce à cet inattendu mini baby boum de 2008 :

- Pourquoi aller chercher l'idée des Kindergärten (jardins d'enfants) privés en Allemagne alors que les Allemandes n'en sont pas satisfaites et nous envient notre système ? Autant leur reprendre ce qui marche : par exemple leurs idées en matière de création d'emplois verts !

- Pourquoi ne  pas donner aux services pédiatriques et d'urgences pédiatriques les moyens humains adaptés qu'ils réclament ?

- Pourquoi les métiers qui s'occupent des générations futures sont-ils moins bien rémunérés (donc hélas moins attractifs) que d'autres : enseignants, pédiatres, rares pédopsychiatres alors que le besoin de la population est énorme ?


Ce qui est plus préoccupant c'est que les couples se battent aujourd'hui pour avoir des enfants.
En effet en 2008 deux couples sur dix consultent pour des problèmes d'infertilité et nombreux sont ceux qui doivent faire appel aux traitements ou à la PMA ou procréation médicalement assistée.
On sait maintenant que les spermogrammes comptent moitié moins de spermatozoïdes qu'il y a cinquante ans.  On attribue de plus en plus ces faits à notre environnement, aux pollutions chimiques multiples qui chaque jour s'accumulent dans notre organisme et plus particulièrement aux pesticides qui "épicent" notre alimentation depuis cette même période. 
Sur ces questions : voir les travaux de G-Eric SERALINI ,  professeur de biologie moléculaire, de  du cancérologue D. BELPOMME, du botaniste et écologue Jean-Marie PELT , l'étude GREENPEACE sur le sang de députés européens volontaires , l'étude sur les bébés pollués via le cordon ombilical  par des polluants chimiques etc...


S'ils commencent à se sentir concernés par ces attaques qui les touchent de si près qu'elles altèrent jusqu'à leurs capacités reproductrices, gageons que les politiques et les décideurs vont enfin prendre les décisions qui s'imposent pour réduire DRASTIQUEMENT cet apport de pesticides dans notre agriculture devenue "spermicide". Je ne jette pas la pierre à nos agriculteurs qui sont les premières victimes des traitements pesticides qu'ils pratiquent et que nous devons encourager à passer au BIO pour notre santé et la leur. J'aurai l'occasion de revenir sur ces questions dans des billets ultérieurs.


Profitons donc de cette bonne nouvelle démographique pour revoir notre système.

Sinon, les bébés d'aujourd'hui que nous trouvons si mignons aujourd'hui pourraient bien, devenus grands, nous demander à juste titre des comptes lorsqu'ils seront encore plus nombreux à devoir faire appel aux traitements (très chers, très longs, très stressants) pour avoir des enfants.

Quel est ce mode de vie qui aura rendu difficile, cher et médicalisé ce qui pour des générations d'humains avant nous avait été simple, gratuit et spontané : faire un enfant ?


Pensons-y et vraiment, car ils pourraient bien nous laisser tomber avec nos retraites, nos cancers...

Lire la suite