Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En attendant les résultats : un peu de poésie avec Jean Ferrat et Aragon

14 Mars 2010 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Musique

 
Jean FERRAT est mort, encore un peu de mon enfance et de ma jeunesse qui s'en vont. "Ferrat chante Aragon",  un disque mythique pour moi, je l'ai tellement écouté.Oui je sais quand on me voit comme ça on ne se doute pas que je puisse autant aimer un chanteur... communiste. Et pourtant si. Voici quelques unes des chansons que je préfère.


Jean FERRAT chante Aragon - UN JOUR UN JOUR
 
 
 
Aragon.jpg Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Ah je désespérais de mes frères sauvages
Je voyais je voyais l'avenir à genoux
La Bête triomphante et la pierre sur nous
Et le feu des soldats porté sur nos rivages

Quoi toujours ce serait par atroce marché
un partage incessant que se font de la terre
entre eux ces assassins que craignent les panthères
et dont tremble un poignard quand leur main l'a touché

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange,
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Quoi toujours ce serait la guerre la querelle
Des manières de rois et des fronts prosternés
Et l'enfant de la femme inutilement né
Les blés déchiquetés toujours des sauterelles

Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue
Le massacre toujours justifié d'idoles
Aux cadavres jetés ce manteau de paroles
Le baillon pour la bouche et pour la main le clou

Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange,
Un jour de palme un jour de feuillages au front
Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront
Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche

Poème d'ARAGON
Musique de Jean FERRAT
Le fou d'Elsa - Chapitre "La grotte"
Extrait de "Fable du navigateur et du poète"
   
http://www.youtube.com/watch?v=9WVagekyJME

LES POETES

Je ne sais ce qui me possède
Et me pousse à dire à voix haute
Ni pour la pitié ni pour l'aide
Ni comme on avouerait ses fautes
Ce qui m'habite et qui m'obsède
 
Celui qui chante se torture
Quels cris en moi quel animal
Je tue ou quelle créature
Au nom du bien au nom du mal
Seuls le savent ceux qui se turent

Machado dort à Collioure
Trois pas suffisent hors d'Espagne
Que le ciel pour lui se fit lourd
Il s'assit dans cette campagne
et ferma les yeux pour toujours
 
Au dessus des eaux et des plaines
Au dessus des toits des collines
Un plain-chant monte à gorge pleine
Est-ce vers l'étoile Hölderlin
Est-ce vers l'étoile Verlaine
 
Marlowe il te faut la taverne
Non pour Faust mais pour y mourir
Entre les tueurs qui te cernent
De leurs poignards et de leurs rires
A la lueur d'une lanterne
 
La souffrance enfante les songes
Comme une ruche ses abeilles
L'homme crie où son fer le ronge
Et sa plaie engendre un soleil
Plus beau que les anciens mensonges
 
Je ne sais ce qui me possède
Et me pousse à dire à voix haute
Ni pour la pitié ni pour l'aide
Ni comme on avouerait ses fautes
Ce qui m'habite et qui m'obsède
 
 
Poème d'Aragon
Les Poètes
Extrait de "Prologue"
Musique de Jean Ferrat
 
 
 
 
Poème d'Aragon
Musique de Jean Ferrat
Extrait de "Prose du bonheur et d'Elsa"
 
 
 
Poème d'Aragon
Musique de Jean Ferrat
Le fou d'Elsa
Extrait de "Le vrai zadjal d'en mourir"
 
LA FEMME EST L'AVENIR DE L'HOMME

Le poète a toujours raison
....
Je déclare avec Aragon
La femme est l'avenir de l'homme

Et aussi des chansons moins connues à écouter, les textes ne sont pas d'Aragon mais de Guy Thomas ou de Jean Ferrat. Elles ne sont pas toutes disponibles sur Internet. Dommage.

LE BRUIT DES BOTTES

LE SINGE
(pour l'année de la BIODIVERSITE)
Paroles de Guy Thomas


LE FANTÔME DES BUTTES CHAUMONT
(une de mes préférées sur la TV, elle n'a pas vieilli)
 
Quand ils commencèrent
La chasse aux sorcières
J'étais jeune apparition
Sans grande expérience
Leurs cris de démence
Me glaçaient jusqu'au trognon
A longueur d'antenne
J'agitais mes chaînes
Sans faire la moindre impression
Maint'nant on m'respecte
Je suis un vieux spectre
Bien connu dans la maison

Je suis l'âme en peine
Qui secoue ses chaînes
Au studio des Buttes-Chaumont
L'onde est mon royaume
Je suis le fantôme
De la télévision

Je fais des chatouilles
A ceux qui magouillent
Dans le sondage bidon
Je fais des gratouilles
A ceux qui glandouillent
Dans le débat-mironton
Je fous les chocottes
A ceux qui fayottent
Dans la désinformation
Je fous la panique
A ceux qui forniquent
La liberté d'expression

Je suis l'âme en peine
Qui secoue ses chaînes
Au studio des Buttes-Chaumont
L'onde est mon royaume
Je suis le fantôme
De la télévision

En vingt ans de dur labeur
J'ai connu vingt directeurs
Qui partirent à ma chasse
Mais avant qu'ils ne m'attrapent
lls passaient tous à la trappe
Moi je suis toujours en place

Y'en a qui m'envient
De passer ma vie
A côtoyer les Zitrons
Les grands publicistes
Tous ceux qui insistent
Pour vous lessiver l'oignon
Les gens qui surnagent
Grâce au matraquage
Des ritournelles à la con
Les brosses à reluire
Des princes-sans-rire
Qui vous forment une opinion

Mais tout n'est pas drôle
Quand on joue le rôle
Le rôle d'apparition
L'onde est mon royaume
Plaignez le fantôme
De la télévision

Ici y a des dingues
Qui prennent leurs flingues
Pour trouer mon courant d'air
De sombres figures
Quand je dis culture
Qui sortent leurs révolvers
Sitôt que je bouge
Y'en a qui voient rouge
Faut qu'ils se fassent une raison
Y a pas qu'en Ecosse
Que mon p'tit négoce
Fait partie des traditions

Y a tant d'âmes en peine
Qui secouent leurs chaînes
Au studio des Buttes-Chaumont
L'onde est un royaume
Rempli de fantômes
A la télévision !
 
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article