Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #la loire - la mer - l'eau tag

PPRI oui Mais à condition que le système d'alerte fonctionne

7 Janvier 2014 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

Carte PPRI Nantes Presse Ocean avril 2013 et Pref 44 

Au moment du débat sur le nouveau Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI) de Nantes je m'étonnais que le scénario retenu soit plutôt celui d'une crue lente de la Loire (avec un délai de 48 heures pour évacuer) et écrivais :

"+ A propos du délai de 48 heures pour évacuer : c'est acceptable si on reste dans un schéma de montée des eaux et de submersion lentes mais en cas de hausse brutale du niveau de l'eau ou d'irruption brutale des eaux suite à une éventuelle rupture de digue / levée ou remblai ?" http://isabelleloirat.over-blog.fr/article-plan-de-prevention-des-risques-inondation-a-nantes-ppri-118834965.html).

 

 « puisque nous avons en gros 48 heures pour l’agglomération nantaise, pour anticiper et prévenir les risques de crue. Donc, au final, il y a peu de  risques aux personnes, et les risques aux biens peuvent être anticipés » disait alors Alain Robert, adjoint à l'urbanisme de la Ville de Nantes en présentant la délibération sur le PPRI au conseil municipal de Nantes du 28 Juin 2013.

 

Que la crue soit lente ou rapide, pour que les populations et les biens soient protégés encore faut-il que le système d'alerte fonctionne.        

 

Les retours d'expériences de Xynthia 2010 et des évènements actuels à Quimperlé ou Morlaix ont montré que le système de vigilance et d'alerte pouvait être défaillant. Le ministre de l'Intérieur a d'ailleurs fini par l'admettre.

 

"Polémique sur le système d'alerte aux crues en Bretagne" Le Monde Dimanche 5 et Lundi 6 Janvier 2014 :

"Elus, pompiers, nous avons tous été pris de court, regrette Agnès Le Brun, maire (UMP) de Morlaix. A 2 heures du matin, quand j'ai consulté le site de Vigicrues, il était au vert, rassurant donc, alors que deux heures plus tard, il y avait déjà plus d'un mètre d'eau dans les rues".  

Son homologue de Quimperlé, Alain Pennec, ne décolère pas non plus. "Quand nous avons été réveillés, le mal était déjà fait, la crue est arrivée plus vite que les fois précédentes" témoigne l'élu (sans étiquette) qui s'en est plaint au ministre de l'Intérieur venu constater les dégâts le 26 décembre. Manuel Valls a admis "une erreur d'appréciation" de la part des services de l'Etat et demandé une enquête au préfet de région. " (Le Monde, Dimanche 5 et Lundi 6 Janvier 2014).

Et notre préfet, très occupé en ce moment et si pressé de bétonner une double tête de bassin-versant à Notre-Dame-des-Landes au risque d'accentuer les inondations déjà récurrentes sur le périphérique nantais, qu'en dit-il ?

 

 

Rappel des objectifs des PPRI :

« maîtriser l’urbanisme et d’interdire toute implantations humaines nouvelles dans les zones les plus dangereuses et les limiter dans les autres zones inondables »

 

« Arrêter l'extension de l'urbanisation dans les zones inondables »

 

 

http://isabelleloirat.over-blog.fr/article-plan-de-prevention-des-risques-inondation-a-nantes-ppri-118834965.html (01 07 2013)

 

Carte : "Projet de PPRI Nantes, Zones inondables selon l'aléa de référence (modélisation), extrait cartographie, secteur de l'Ile de Nantes )" Presse Océan et DDTM 44 http://www.presseocean.fr/actualite/nantes-12-000-persnnes-en-zones-inondables-dans-lagglomeration-03-04-2013-61913   

 

 

Site préfecture : http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-risques-naturels/Plans-Prevention-Risques-Naturels-Previsibles/Les-plans-de-Prevention-des-Risques-Inondation-en-Loire-Atlantique/Plan-de-Prevention-des-Risques-Inondation-de-Nantes 

 

 

http://www.nantes.fr/home/ville-de-nantes/institution/conseil-municipal/ordre-du-jour-et-proces-verbaux.html

Procès verbal du conseil municipal 28 06 2013,  Délibération sur le PPRI (pages 41 à  52) : http://www.nantes.fr/Sgid/DataSgid/themes/conmun/CM28062013/PV28062013.pdf  

Lire la suite

Nantes Prévention risques inondations "Quand l'eau rouille la machine" Le Nouvel Observateur 22 08 2013

2 Octobre 2013 Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

 

Le PPRI de Nantes (plan de prévention des risques inondations) a fait l'objet d'une délibération au dernier conseil municipal en juin 2013.

 

 

Le Nouvel Observateur du 22 08 2013 Numéro 2546  

 

NANTES SPECIAL IMMOBILIER, page XIII

 

PREVENTION DES RISQUES D'INONDATIONS "QUAND L'EAU ROUILLE LA MACHINE"  

 

Les bords de Loire, très recherchés, seront protégés par le prochain plan de prévention des risques d'inondations

 

"Au milieu du fleuve, à 200 mètres de la tour à plomb de Couëron depuis l'estacade du quai Pont-Gibeau, la "Maison dans l'eau" de Jean-Luc Coucoult, fondateur de la compagnie de théatre de rue Royal de Luxe, amuse les Nantais et les touristes de passage, comme un pied de nez aux coups de colère de la Loire. La tempête Xynthia, dans la nuit du 28 au 29 février 2010, n'a pas entamé leur humour. "Mais elle a freiné la demande en sortant le risque d'inondation de l'espace imaginaire, dans lequel il glissait doucement, pour le réintroduire dans le temps présent", rappelle Bruno Crepy, de l'agence Crépy Immobilier, à Saint-Jean-de-Boiseau.

 

Elle a également servi pour l'élaboration d'un plan de prévention des risques d'inondations (PPRI) en Loire-Atlantique, imposé par la loi de prévention des risques des risques de 1995. Le document, qui remplacera le plan des surfaces submersibles élaboré en 1958, fera en septembre l'objet d'une enquête publique pour être approuvé à la fin de l'année. Elaboré à l'initiative de l'Etat pour contraindre les plans locaux d'urbanisme (PLU), il aura pour but de "ne pas aggraver les risques sur le territoire qu'il couvre et à en réduire la vulnérabilité, tant du point de vue de l'urbanisation future que des modalités de construction et des usages des sols" explique-t-on à la mairie de Nantes.

 

Douze mille personnes sont concernées dans l'agglomération. Sept mille quatre cents d'entre elles sont dans des immeubles nantais. A rezé, 670 maisons sont inondables, dont 335 en aléa fort (une potentialité d'un mètre d'eau). Un tiers d'entre elles réside à Couëron, à la Rograie et dans le bourg, à Basse-Indre et au Pellerin. Déjà soumis à des normes de construction dans certains secteurs sauvegardés, ces habitants devront, avec une subvention de l'Etat, réduire la vulnérabilité de leur bâti, en mettant à l'abri leur chaudière, leur compteur, ou en refaisant leur assainissement par exemple.

Difficilement vérifiable, la mise aux normes des bâtiments sera néanmoins prise en compte par les assureurs en cas de sinistre.

La possibilité d'extension sera elle aussi conditionnée à des normes encore plus strictes que celles actuellement en vigueur, pour améliorer par exemple les possibilités d'évacuation par des fenêtres de toit dans les zones classées en aléa fort.

Très recherchées dans des environnements préservés, les maisons vont conserver un fort pouvoir d'attraction pour ceux qui veulent coûte que coûte vivre au quotidien les marées dans l'estuaire, cohabiter avec les pêcheurs de civelles, fêtés tous les ans à Indre, ou encore prendre le bac pour se rendre au travail.

A Rezé, où les maisons se vendent en moyenne 210 000 euros (-3,1%), le gros des ventes dépasse 300 000 euros. A Basse-Indre où le ticket d'entrée se situe autour de 1 300 euros / m2, une maison de maître de 5 pièces, à rénover est à vendre 285 000 euros. Dans un contexte de baisse, la recherche de la Loire a néanmoins un double effet : son cadre, privilégié, va être de plus en plus protégé puisque les nouvelles constructions seront limitées. Mais certains acheteurs pourront prendre en compte les travaux à effectuer et les risques éventuels courus pour se l'offrir. "Les acquéreurs profitent déjà des contraintes existantes pour négocier des baisses de prix en ce moment. L'existence du futur PPRI leur donne un argument de plus", observe un agent immobilier des bords de Loire. "Dans les secteurs constructibles où quelques terrains sont encore disponibles, le PPRI s'ajoute aux règlementations thermiques et sismiques qui élèvent déjà le coût de la construction, ajoute Xavier Auneau, notaire au Pellerin. Les propriétaires vont devoir prendre l'ensemble de ces réalités en compte et accepter de réviser leurs attentes."

 

"La Loire est ainsi partie prenante de presque tous les gros travaux structurants programmés ou envisagés dans les années à venir, de la requalification des berges et des quais au transfert du CHU ou à un nouveau franchissement. Pour ce dernier projet, différentes solutions sont à l'étude, dont un tunnel entre Trentemoult et le Bas-Chantenay  et un transport par câble pour relier le nord et le sud de la Loire."

 

Valérie Rochaix. Le Nouvel Observateur du 22 08 2013

 

 

 

Sur le PPRI de Nantes : http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-risques-naturels/Plans-Prevention-Risques-Naturels-Previsibles/Les-plans-de-Prevention-des-Risques-Inondation-en-Loire-Atlantique/Plan-de-Prevention-des-Risques-Inondation-de-Nantes (voir la note de présentation, pdf, 6,13 Mb. A noter : le document a été modifié le 24 09 2013 sur le site de la préfecture de Loire-Atlantique depuis le dernier conseil municipal de Nantes)    

 

Intervention sur le PPRI au dernier conseil municipal : Plan de Prévention des Risques Inondation à Nantes (PPRI Nantes Loire aval) (01 07 2013) à partir de la note de présentation disponible en juin 2013 sur le site de la préfecture.

 

 

PPRI NANTES (suite) : Les aventuriers en zone inondable (06 07 2013)

 

 

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Risques-d-inondations-une-association-se-cree-en-Loire-Atlantique_40771-2234109-pere-pdl_filDMA.Htm (30 09 2013)

 

"L’Association de défense des riverains de la Loire (RL 44) vient de voir le jour. Elle s’est créée à la suite du Plan de prévention des risques d’inondation dans l’agglomération nantaise (PPRI). Établi par la préfecture de Loire-Atlantique, celui-ci est soumis à enquête publique le 1er octobre. « Ce projet peut toucher 12 000 habitants, mais beaucoup plus si l’on compte les terrains et les entreprises », indique Michel Mainguy, président de RL 44.

Cette association prend « en compte tous les riverains de l’embouchure de la Loire jusqu’à Ancenis ».

La RL 44 veut « demander à l’État une application raisonnée du principe de précaution, qui prenne en compte l’existence, l’entretien et l’amélioration des ouvrages, que l’on habite en aval ou en amont du pont de Cheviré. » Ses adhérents demandent également que « l’État prenne en charge toutes les dépenses qui pourraient peser sur les particuliers et les entreprises avec l’application du PPRI. » Une pétition est en cours.        

Contact. Mail : rl44000@gmail.com. Tél. 06 70 32 36 20."

 

 

Lire la suite

PPRI NANTES (suite) : Les aventuriers en zone inondable

6 Juillet 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

"Un camping du Voyage à Nantes en projet" Ouest France 06 Juillet 2013

 

"Le Voyage à Nantes imagine un camping d'architectures mobiles à Rezé. Sa réalisation implique de modifier le Plan de prévention des risques d'inondations"

 

"Jean Blaise souhaiterait proposer aux touristes une dizaine voire quinzaine de micro-architectures insolites"

  logo ouest france

"Objectif : accueillir une centaine de visiteurs, pour une nuit ou plus"

 

"Un dossier compliqué"

 

"Le projet a séduit les élus rezéens. Mais, déjà une première difficulté s'annonce. En effet le Plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) ne permet pas dans ce secteur ouest de Trentemoult "les terrains de camping, caravanage et autres terrains aménagés pour l'hébergement de loisirs". 

"Lors du vote du PPRI au cours du dernier conseil municipal, les élus rezéens ont demandé que le texte soit changé. Et permettre ainsi "l'implantation d'un camping dans le cadre du Voyage à Nantes", comme l'a exprimé Gérard Allard, adjoint à l'urbanisme".

 

Quoi qu'il en soit, l'état de zone inondable contraindra les promoteurs du camping à aménager des "structures démontables en 48 h, ou fixées en hauteur" 

 

Ouest France, Samedi 6 juillet 2013, article d'Anne-Lise FLEURY et Isabelle LABARRE

 

Intéressant. Il y a décidément trop de dérogations (ou demandes de) dans ce PPRI de Nantes. Bon, ce ne serait pas le premier camping en zone inondable en bord de Loire (j'ai grandi juste en face de l'un de ces équipements et l'hiver on jouait sur les barques amarrées), mais celui-ci serait nouveau et postérieur au nouveau PPRI. On comprend tout de suite mieux le sens de l'affiche du Voyage à Nantes 2013. Et si c'est pour le VAN, les "structures d'hébergement", tentes ou caravanes ou camping car, mobile home ou cabanes (très à la mode dans la région), yourtes ou autres seraient bien sûr payées avec de l'argent public. Penser aux anneaux pour attacher non pas les vélos mais les barques (le pédalo n'est pas adapté aux forts courants de la Loire nantaise). Combien d'autres nouveaux projets dans la zone inondable allons-nous découvrir dans la presse ?  

 

A propos de toutes ces dérogations, on peut lire dans la note de présentation officielle du PPRI sur le site de la préfecture de Loire-Atlantique : http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-risques-naturels/Plans-Prevention-Risques-Naturels-Previsibles/Les-plans-de-Prevention-des-Risques-Inondation-en-Loire-Atlantique/PPRI-de-Nantes.

 

"V-3 Les dispositions particulières" page 44/73

 

V-3-1 L'implantation de certains établissements recevant du public (ERP) sensibles en zone inondable

....

 

"possibilité dérogatoire de construire de tels équipements en zone inondable, en l'absence démontrée d'alternatives et sous réserve du respect de prescriptions constructives spécifiques, prévue pour les zones de requalification urbaine (RU) où un apport de population important pouvant nécessiter ce type d'équipement est prévisible"

(Le Bas Chantenay (RUBC) à Nantes et" les Isles" à Rezé "RUI) sont des zones de Requalification Urbaine en zone inondable)

 

V-3-2 Prise en compte spécifique des secteurs urbains denses page 45/73

 

"Un des principes suivis pour réglementer la zone b (zone urbanisée soumise à un aléa faible ou moyen) est d'autoriser les constructions de toutes natures (en dehors des établissements sensibles) sous certaines réserves, notamment à condition que leur emprise au sol n'excède pas 50 % de la surface de l'unité foncière ou 30 % de l'emprise au sol du bâtiment existant. Ce choix résulte de la recherche d'un équilibre entre les enjeux de développement urbain et la nécessité de limiter l'augmentation des populations exposées au risque d'inondation."

 

"Une règle spécifique en matière d'emprise au sol est appliquée au sein de la sous-zone be, délimitée sur les quartiers "Madeleine / Champ de Mars" et "Dalby / Rue d'Allonville" situés sur le territoire de la commune de NANTES, pour tenir compte de la densité conséquente existante. Cette dernière avait été mise en évidence par l'étude des enjeux."

"La forte densité existante limite en effet de fait fortement toute possibilité d'augmentation de la population dans les secteurs en cause, et une application de la même règle que pour la zone b conduirait à réduire la densité de ces secteurs, ce qui n'est pas l'objectif recherché". Donc il a été décidé que la règle de l'emprise au sol maximale ne serait pas appliquée dans ces zones (voir billet précédent sur le PPRI, rares phrases en rouge).

 

"D'autres secteurs que ceux précités ont fait l'objet de propositions des collectivités pour être englobés au sein de la sous-zone be, mais n'ont pas été retenus du fait d'une densité de population sensiblement moins importante que dans les deux quartiers précités."

 

 

V-3-3 La prescription de mise hors d'eau du premier niveau fonctionnel

 

"Partant du constat que cette mesure est la plus efficace en matière de réduction de la vulnérabilité au risque d'inondation des projets, le comité technique a notamment choisi de soumettre la plupart de ceux-ci à l'obligation de disposer tous leurs niveaux fonctionnels au-dessus de la cote de l'aléa de référence."

 

"Initialement, toutes les typologies de projets étaient soumises à cette prescription de mise hors d'eau du premier niveau fonctionnel."  

" A la demande de Nantes Métropole, ce principe général a été amendé et supporte désormais les exceptions suivantes : page 46/73

 

a) les constructions à usage de commerce sont dispensées de cette règle car celle-ci serait susceptible de poser des difficultés d'application, notamment quant à son articulation avec la législation en matière d'accessibilité des personnes à mobilité réduite; de plus le règlement prévoit en son titre III de réduire la vulnérabilité potentielle de ce type de constructions en imposant des modalités particulières d'entreposage des marchandises et matériaux qui y sont stockés"

 

b) les constructions à usage de services sont également exonérées de cette disposition en raison de leur vulnérabilité au risque d'inondation intrinsèquement moins importante."

 

c) les constructions nouvelles à usage d'activités ainsi que les extensions des constructions existantes (quelles que soient leur nature dans ce dernier cas) sont susceptibles d'être exemptées de l'obligation de situer leur premier niveau de plancher au-dessus de la cote de l'aléa de référence dès lors qu'une impossibilité fonctionnelle le justifie"

 

 

V-3-4 La problématique des espaces refuges page 46/73

 

"La notion d'espace refuge est définie de manière détaillée dans le règlement du PPRI. Il s'agit d'un espace aménagé au dessus de la cote atteinte par la crue de référence qui permet d'attendre les secours en sécurité."

 

"L'option retenue a consisté à ne pas imposer d'espace refuge aux nouveaux projets car la cinétique d'inondation est globalement faible à l'échelle de l'aire d'étude du PPRI. Néanmoins, la particularité de l'aval de celle-ci (retour d'expérience de la tempête Xynthia notamment) a incité le comité technique à approfondir la réflexion sur ce thème."

"Ainsi il a été décidé in fine d'imposer un espace refuge aux logements situés en aléa fort dès lors qu'ils font l'objet d'une extension (sauf si les niveaux habitables du projet sont prévus au-dessus de la cote de l'aléa de référence ou si un espace refuge préexiste au sein du logement à étendre) afin de bénéficier des travaux pour aménager cet espace."

 

"S'agissant des logements localisés en aléa fort ne disposant pas d'étage situé au dessus de la cote de l'aléa de référence et ne faisant pas l'objet de projets d'extension, il a été acté qu'ils soient recensés de manière spécifique par les communes concernées en vue d'un traitement particulier dans le cadre des Plans Communaux de Sauvegarde (évacuation notamment)"

 

Liens :


http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-risques-naturels/Plans-Prevention-Risques-Naturels-Previsibles/Les-plans-de-Prevention-des-Risques-Inondation-en-Loire-Atlantique/PPRI-de-Nantes (mai 2013)  

 

Et sur ce blog, sur la thématique Loire et Eau : La Loire, la Mer, l'Eau (à l'origine de l'ouverture de ce blog en 2008)

 

Plan de Prévention des Risques Inondation à Nantes (PPRI Nantes Loire aval)       (01 07 2013)

 

Quand l'eau monte, ça va plus vite que l'élaboration des Plans de Prévention des Risques. (vidéo) Inondations en Australie (14 01 2011)

 

Urgence à Nantes : il faut sauver la Commission Urbanisme du conseil municipal (14 01 2011)

 

"Il y aura d'autres Xynthia". Freddy Vinet, agrégé de géographie  (31 08 2010)

 

"24 heures Chron'EAU" : Risques Inondations Paris - Nantes en cas de crues de la Seine ou de la Loire  (18 05 2010)

 

L'urbanisation de L'Aiguillon et de La Faute-sur-Mer est mise en accusation (09 03 2010)

 

Roger Dion : Histoire des levées de la Loire (1961)

 

 

Lire la suite

Plan de Prévention des Risques Inondation à Nantes (PPRI Nantes Loire aval)

1 Juillet 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

Au conseil municipal de Nantes du 28 Juin 2013 était mis en délibération le nouveau Plan de Prévention des Risques Inondation de Nantes (PPRI Nantes Loire aval), dossier parmi les plus intéressants depuis le début de ce mandat. C'est aussi la première fois que le maire me coupe carrément la parole et le micro m'empêchant de terminer mon intervention, le jour où justement je n'ai demandé la parole qu'à de très rares occasions. Voici donc le texte de mon intervention avec les références, citations extraites du PPRI et sources citées pour les citoyens curieux de savoir ce qu'il y a dans ce PPRI et aussi pour les collègues et collègues qui ont fait semblant de ne rien comprendre.

 

 

Délibération numéro 11 Conseil municipal du 28 juin 2013

Projet de Plan de Prévention du risque d’inondation de la Loire aval dans l’agglomération nantaise – Avis de la Ville de Nantes 

 

Intervention Isabelle Loirat, pour le groupe Centre Démocrate

 

 

« Monsieur le Maire, mes chers collègues, « 

 

 

« Un débat tous les 55 ans, le nouveau PPRI méritait bien une grande information publique et beaucoup d’explications. L’ancien (Plan des Surfaces Submersibles, PSS) date du 6 novembre 1958, est « obsolète » (plus vieux que le projet d'aéroport à NDDL...)

 

La délibération n’est pas à la hauteur du sujet, des enjeux ni des risques. « 12 000 personnes  résident dans la zone inondable (dont 7 380 sur Nantes), la plus forte concentration de personnes se retrouve sur les communes de Nantes et Rezé" (page 40/73), elles ne sont même pas mentionnées dans la délibération.  

"Le dossier (officiel) de PPRI comprend une note de présentation (73 pages), une cartographie de zonage règlementaire et un règlement « (53 pages)  page 11/73. La délibération fait 3 pages maximum avec les annexes :pas de notice, ni règlement intérieur,  pas de cartographie ! Dématérialiser les documents du conseil municipal ne doit pas être un encouragement à vider les délibérations de leur substance. Comment faites-vous, mes chers collègues,  pour donner un avis ou approuver un PPRI sans carte des zones inondables ????

Il a été « acté par arrêté ministériel en date du 6 novembre 2012 que l’agglomération nantaise fait partie des 16 territoires à risques importants d’inondation (TRI) d’importance nationale"   (page 18/73). 

TRI : secteur où se concentrent fortement des enjeux (population et emplois) exposés aux inondations »

 

 

 

La délibération nous a été présentée comme technique, en fait elle est très politique : difficultés pour obtenir des informations, que nous avons dû aller chercher sur Internet, sur le site de la Préfecture  

http://www.loire-atlantique.gouv.fr/Politiques-publiques/Risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-risques-naturels/Plans-Prevention-Risques-Naturels-Previsibles/Les-plans-de-Prevention-des-Risques-Inondation-en-Loire-Atlantique/PPRI-de-Nantes

Internet est un meilleur vecteur de démocratie que tous les beaux discours de "démocratie participative à la Nantaise"  

 

 

Que le travail ait été "mené par les services  de l’Etat et piloté par le préfet » n’est pas une caution en soi. Les retours d’expériences de Xynthia (février 2010) ou du dossier aéroport à NDDL et Loi sur l’Eau ont montré que sur ces questions de l’EAU, l’Etat était loin d’être infaillible. (Permis de construire en zones inondables avec « avis conforme » du préfet) 

 

 

Modélisation crue de référence

On peut dire que les services de l’Etat se sont compliqué la vie pour mener de nombreuses et longues « études techniques et complexes pour déterminer l’aléa de référence « , (discussions) "ont justifié le lancement d'une étude de modélisation hydraulique spécifique"

On a tout fait pour ne pas prendre la crue de 1910 et les Plus Hautes Eaux Connues (PHEC) comme aléa de référence : 

« Les premières discussions avec les collectivités associées à l'élaboration du PPRI, et notamment avec Nantes Métropole, ont rapidement conduit à des interrogations concernant la prise en compte de l'enveloppe des zones inondables issues du report de la crue de 1910 comme référence pour le PPRI"  (page 20/73)

Crue 1910 : plus forte crue connue, reconnue comme PHEC dans l'Atlas Zones Inondables de la Vallée de la Loire établi sur base des PHEC (2007) 

Le Principe des PHEC est pourtant simple, compréhensible par tous et partout : «  le principe retenu par l’Etat  dans la définition de la crue de référence se base sur le fait que les niveaux déjà atteints par des crues passées peuvent l’être de nouveau par des crues exceptionnelles ». (Page 20/73)  

« Les zones considérées appartiennent toujours au lit majeur de la Loire et à ce titre susceptibles d’être un jour inondées » (PPRI Loire-amont)  

Le retour d’expérience de Xynthia (février 2010) a montré que "l’enveloppe des PHEC a été atteinte en l’absence de forte crue, une concomitance des deux phénomènes aurait  par conséquent pu générer un aléa encore plus fort ». (PHEC atteint au Pellerin, aval Cheviré sans crue de la Loire)    

 « Le SDAGE révisé du bassin Loire-Bretagne impose que l’aléa de référence des PPRI soit issu des PHEC et intègre effet élévation prévisible niveau de la mer, du vent, de la pression atmosphérique et des aménagements de navigation » 

     

II / CONTENU DU PPRI /  ZONES INONDABLES A NANTES  

Les Zones inondables sont certes peu étendues mais l'urbanisation y est dense et les enjeux multiples : (Là, les cris d'orfraie et de cocottes de mes collègues du conseil ont commencé) 

"La partie située à l'amont du pont de Cheviré se distingue par une urbanisation dense constituant le coeur de l'agglomération nantaise, où les zones inondables sont assez peu étendues mais occupées par des enjeux multiples" page 34/73

  « Les évènements récents ont montré que le risque inondation est toujours présent dans l’agglomération » page 16/73

"A l'amont du pont de Cheviré, les zones inondables concernent plutôt des secteurs urbanisés : 40 % des zones inondables de Nantes sont urbanisées. Ce taux atteint 75 % à Rezé. Saint-Sébastien-sur-Loire fait figure d'exception avec seulement 18 % de zones inondables en milieu urbanisé, proportion proche de celles observées sur les communes situées directement à l'aval du pont de Cheviré (de 25 à 30 %) page 35/73  

 "Les secteurs inondables à vocation principale d'habitat les plus significatifs se situent sur les communes de Couéron (secteur Rograie et une partie du bourg), Indre (secteur de Basse-Indre), Rezé (les Iles) et Nantes (rue d'Allonville-boulevard Dalby, quartier Madeleine" (= quartier "Madeleine Champs de Mars" entre la Cité des Congrès et le CHU)    

Un code spécial « be » a même été créé pour qualifier ces zones urbanisées inondables affectées d’un aléa modéré (faible ou moyen,  - de 1 m hauteur de submersion).   

Face aux cris de poulettes sur ma droite j'ai dû préciser qu'on peut consulter "la liste des arrêtés reconnaissance état de catastrophe naturelle ou technologique sur le territoire de la commune de Nantes" du 15 04 2011 "Source  www. loire-atlantique.gouv.fr 

"Inondations et coulées de boue" :

- 08 12 1982

- 15 09 86

- 17 01 95

- 25 12 99

- 05 01 2001

-10 05 2009

 

Ne pas aborder le dossier du PPRI uniquement sous l'angle du transfert possible ou pas du CHU de Nantes sur l'île de Nantes, on en oublierait le reste des "spécificités nantaises" observées dans le PPRI :

Contenu du PPRI : cf. Chapître III-2-3 "Commentaire des cartes réalisées" pages 28 et 29/73 de la notice d'explication  

« A partir du pont de Bellevue, la Loire reçoit en rive droite le ruisseau de l’Aubinière. Pour la crue de référence, le remous de la Loire va remonter dans le ruisseau de l’Aubinière et son affluent les Gohards pour inonder tout le secteur de la Papotière, Le bas des Chaupières, la Noë Garreau." Comme la voie ferrée est "en remblai, les eaux sont déviées vers les quartiers de la Clarière, de la Bonnetière (prairie de Mauves), puis vers le Chemin du Bas pour rejoindre la Loire au niveau du lieu-dit  San Francisco" page 28/73 

"Dans le secteur Vieux Doulon : les zones inondables de la Loire (constituées de terrains naturels sans remblai ) sont situées derrière les voies ferroviaires »  « Les liaisons hydrauliques se font par les souterrains sous les voies ferroviaires. Lors des grandes crues, les eaux vont remonter dans ces souterrains en inondant une partie de la plaine inondable de la Loire derrière les remblais. "

Tout le monde ici connait Alain Robert (adjoint Urbanisme), mais qui connaît le « Gué Robert » ? :« De la même manière, les secteurs de la rue d’Allonville, Coulmiers, route de Sainte-Luce, boulevard Dalby et rue Broutelle vont être inondés car la crue remonte par le Gué Robert qui passe sous Malakoff » page 28/73.

Quartier « Madeleine - Champs de Mars » inondable (je n'imaginais pas que c'était à ce point- là) 

Spécificités nantaises : Zones inondables avec fortes densités de population

"Les deux zones géographiques concernées (rue d'Allonville-boulevard Dalby, quartier Madeleine-Champs de Mars) se caractérisent par un habitat dense de centre-ville" page 36/73 

"Dalby – Rue d’Allonville: 3 075 personnes " page 67/73

« Madeleine : 3 500 personnes » page 66/73

Nb d’appartements en zone inondable : 3 643 à Nantes (en aléa modéré)

Rezé : 700 maisons, et 300 appartements dont 100aine en aléa fort (voir annexes page 61à 65/73)

 

Sur l'Ile de Nantes : à noter que lorsqu'il s'agit de ses caractéristiques inondables, elle est citée sous son ancien nom d'île de "Beaulieu Sainte-Anne", appellation que plus personne n'utilise dans la communication officielle sur l'île de Nantes aujourd'hui. Page 28/73 

 « Les secteurs du Palais de justice et les Machines de l’île seront inondés par le débordement direct de la Loire via les rues d'Olympe de Gouges, de La Noue Bras-de Fer et le boulevard Léon Bureau." page 29/73. (Ce sont les trois rues qui entourent le nouveau Palais de justice.)

« Le stade Michel Lecointre sera inondé par débordement direct de la Loire via le bd Maurice Bertin. »

« II est à noter par ailleurs qu’une partie des abords du centre hospitalier Hôtel Dieu (CHU de Nantes) et de l’Hôpital Saint-Jacques  (Nantes) sont inondables » page 38/73 

"Dans ce secteur, les sous-sols de la Cité des Congrès sont inondables » page 29/73 

"Sur la partie basse de l'Ile Feydeau (quartiers historiques 18ème siècle), les bordures immédiates seront touchées par le débordement direct de la Loire et toute la partie basse de l’île sera inondée par la remontée de la crue dans les réseaux pluviaux. Lors de la crue de décembre 1982, la plupart des caves dans la partie basse de l'Ile Feydeau ont été inondées." page 29/73

 "Dans le secteur du Bas-Chantenay, les sites de Roche-Maurice , du site "EX Schell" et l'entrée du tunnel (ferroviaire) de Chantenay sont dans la plaine alluviale inondable car ils sont reliés à la Loire par les réseaux pluviaux" page 29/73

(Interruptions intempestives par le maire qui ne voulait décidément pas que j'aborde ma troisième et dernière partie. Il a fallu se battre pour reprendre la parole. ) 

 

III / Objectif de restauration de l’estuaire (ce point a été complètement occulté en commission urbanisme et au conseil).

Certes, les modifications sensibles du lit du fleuve au 20 ème siècle "ont conduit à abaisser notablement la ligne d’eau »; en commission Urbanisme, l'adjoint à l'urbanisme et le président de la commission ont surtout insisté sur ce fait :  

    "Au cours du XXème siècle, des modifications sensibles du lit du fleuve, essentiellement d'origines anthropiques, ont conduit à abaisser notablement la ligne d'eau. Ainsi les rédacteurs du PSS ont considéré que si une crue identique en débit à celle de 1910 survenait à nouveau, les niveaux qu'elle atteindrait seraient sensiblement plus bas que ceux observés en 1910" page 18/73.

Mais on ne peut se satisfaire de cette seule partie et faire l’impasse sur :  

L'objectif de restauration de l’estuaire a été réaffirmé dans tous les plans Loire depuis 1994 et "ce scénario de restauration de l'estuaire aval doit donc être pris en compte pour la crue de référence du PPRI." page 24/73

"Afin d’assurer la sécurité d’alimentation en eau des collectivités et restaurer l’équilibre du fleuve, le gouvernement a considéré comme prioritaire l’objectif de relèvement de la ligne d’eau en étiage de la Basse-Loire et plus particulièrement sur la section navigable Bouchemaine-Nantes"  (page9/30 PPRI Loire-amont) 

« L’objectif majeur est de stopper l’enfoncement du lit et de remonter la ligne d’eau à l’étiage. En effet cet enfoncement a un impact négatif sur l’écoulement de la crue. » (PPRI Loire-amont, 30 pages)

 " La chenalisation met en péril le pied des levées lorsque celui-ci n’est au contact direct du fleuve. "Erosion pied de la levée de la Divatte rendu plus fragile en raison de l’enfoncement du lit. "

"Brèches dans la levée en amont de Nantes sont possibles avant même que les crues n’atteignent un niveau exceptionnel " (PPRI Loire-amont)

"Si les éléments pris habituellement sur le fond du lit n’existent plus (enfoncement jusqu’au substratum ou « bed rock », les berges et pieds de levées seront érodées »   ("Tout débit liquide induit un transport solide dans le lit du fleuve »

 

Pourtant, de multiples dérogations au règlement sont possibles. Ce PPRI permet tout de même de nombreuses dérogations, sous-zones etc. pour pouvoir construire en zone inondable.  

Par exemple en sous-zone be, aléa moyen, aux densités anormalement fortes en zone inondable, l’emprise au sol n’est même pas limitée pour les nouveaux projets !

(STOP ! micro définitivement coupé par le maire). Suite de l'intervention qui n'a donc pas pu être prononcée au conseil :

Cf. emprise au sol, pour l’existant, on peut comprendre  (impossible de demander aux habitants de réduire à postériori  la surface de leur logement). Mais pour les nouveaux projets ? Et en zone de requalification Urbaine Bas-Chantenay (RUBC en  zone inondable affectée par un aléa modéré), la règle de l’emprise foncière  ne s’applique pas à chaque projet ponctuel mais «  à l’échelle de superficie de la sous-zone ».

(Rappel : aucun contrôle de l’opposition sur les permis de construire ou les périmètres d’études comme celui du Bas-Chantenay)

 + A propos du délai de 48 heures pour évacuer : c'est acceptable si on reste dans un schéma de montée des eaux et de submersion lentes mais en cas de hausse brutale du niveau de l'eau ou d'irruption brutale suite à une éventuelle rupture de digue / levée ou remblai ?        

     

CONCLUSION   QUESTIONS     PROPOSITIONS

 « Les maires sont tenus d’informer la population sur le risque inondation au moins une fois tous les deux ans « 

Information à la population sur ce sujet n’est vraiment pas fréquente. Combien de brochures sur ce sujet depuis le début du mandat en 2008 ? Urbanisme à la Nantaise en zone inondable = sujet qui dérange ? Quelle information à la population en dehors des 3 réunions printemps été 2013 ? En particulier les nouveaux habitants peu familiarisés avec la culture du risque inondation ?    

Il faut raisonner agglomération nantaise et pas Nantes seule et encore moins l’Ile de Nantes. Manque une vision d’ensemble de toutes les zones inondables de Nantes et agglo en incluant l’Erdre et la Sèvre.

Propositions pour un prochain conseil municipal : qu'il y ait une délibération - information sur toutes les zones inondables de Nantes, avec des cartes SVP !

+ information via les Conseils de quartiers  

 + invitation à lire le PPRI Loire-amont, au delà du pont de Bellevue qui concerne les communes de l'agglo en amont de Nantes

+ Invitation à regarder attentivement les cartes des zones inondables

 

Quand le quartier « Madeleine –Champs de Mars » a été récemment réaménagé, avait-on conscience de ce risque inondation ? Les constructions ont-elles été adaptées ?

Quid des installations et œuvres d’Estuaire en zone inondable ?

Quid de la prise d’eau potable de Ville de Nantes ? (hors PPRI )

Enfin,

Rappel  Objectifs du PPRI :  «  de maîtriser l’urbanisme et d’interdire toute implantations humaines nouvelles dans les zones les plus dangereuses et de les limiter dans les autres zones inondables »

« Arrêter extension urbanisation dans les zones inondables »

 « PPRI vise à améliorer la culture du risque des personnes exposées et des acteurs de l’aménagement du territoire »

Quid de la responsabilité des élus qui signent des permis de construire en zone inondable ?

Fin de l’intervention.

 

 

Au moment de publier ce billet, je jette un oeil sur les 141 pages du panorama de presse de la Ville de Nantes et qu'est-ce que je lis ?

 

 

 

"INSUBMERSIBLE" dans Presse Océan du samedi 29 juin 2013

 

 

 

"Insubmersible"

 

 

 

"Lundi soir, lors de l'inauguration du nouveau bureau d'accueil de Nantes Tourisme à Vertou, Jean Blaise, directeur du Voyage à Nantes, se plaisait à souligner que le mobilier, dessiné par Métalobil, pouvait résister à une crue. "Cela prouve bien que l'on peut construire, même en zone inondable", a-til conclu dans un sourire. Une phrase très appréciée par Gilles Retière, maire de Rezé et président de Nantes Métropole, qui se bat pour assouplir le plan de prévention des risques inondations, imposé par l'Etat. Celui-ci risque d'empêcher le développement de tout le nouveau quartier des Isles" Presse Océan 29 30 13.

 

 

 

Tiens, tiens, je comprends mieux pourquoi le micro m'a été coupé, sujet qui fâche : en haut lieu local, on se bat pour continuer à construire en zone inondable. Et la question est même présente dans les esprits de tous, jusqu'à Jean Blaise, patron d'Estuaire et du VAN, un petit peu concerné par le devenir des oeuvres situées dans le lit de la Loire (dans la plaine alluviale, lit mineur ou lit majeur du fleuve). Cf. épisodes du grand canard jaune en plastique ou de la Maison dans la Loire qui ont coulé dans la Loire etc. + voir aussi photo Presse Océan du 01 07 2013 légendée "Derrière le Palais de justice, rue Lanoue Bras de Fer, le mètre ruban de Lilian Bourgeat, 136 m de long" 

 

  

 

"Ainsi, lors de la crue de janvier 1994, d'une occurence vingtenale, les communes de Rezé (secteurs de Trentemoult, Northhouse, Basse-Ile et Haute-Ile) et d'Indre (secteur de Soferti) ont été inondées et ont fait l'objet d'arrêtés de catastrophe naturelle" page 17/73

 

L'adjoint à l'urbanisme m'a accusé de faire de l'opposition, de remettre en cause et a fini par se perdre dans une "théorie du complot.

 

En fait c'est le pouvoir local qui remet en cause le PPRI, pas nous !

 

Au contraire, nous l'avons travaillé, lu avec grand intérêt et grande attention. Si j'avais remis en cause le PPRI, toute mon intervention n'aurait pas été bâtie sur sur son contenu d'où le grand nombre de citations extraites du PPRI. Ce que je remets en cause, ce sont toutes les dérogations voulues par les élus décisionnaires, la volonté inexorable de continuer à construire en zone inondable et surtout la façon biaisée de présenter le dossier aux élus sans aucune transparence.

 

Cette histoire de remise en cause d'étude technique n'est pas anodine, la veille du conseil municipal, Mediapart révélait un scandale concernant le cabinet d'études "Biotope" lié au dossier Notre-Dame-Des-Landes. Mais je n’ai pas retrouvé cet article dans le panorama de presse…

 

 

 

"Chargé de l’évaluation environnementale du site menacé par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, le bureau d’études Biotope est soupçonné de détournement d’emplois jeunes. Le rapport initial sur les oiseaux et les reptiles, qui fait tant débat aujourd’hui, a été réalisé par un jeune sous-traitant employé par une agence de voyage de façade. Ces révélations mettent en doute la rigueur des études préalables "

 

 

"Derrière ce conflit du travail, se cache une histoire peu banale".  

 

 

  "Si ce litige sort aujourd’hui de l’anonymat, c’est parce que Biotope est l’un des principaux bureaux d’études impliqués dans le développement du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes."  

 

 

 

"Depuis 2003, ses collaborateurs ont rédigé une grande partie des évaluations environnementales du site menacé par le projet. En ce début d’été 2013, il vient de proposer à AGO, la filiale du groupe Vinci concessionnaire de l’aérogare, une nouvelle façon de compenser les dommages environnementaux du chantier à venir – la précédente méthodologie a été invalidée par les experts scientifiques sollicités par l’État, (voir nos articles ici (Mediapart) et là à ce sujet).

 

 

 

Lire la suite de l'article sur le site de Mediapart

 

http://www.mediapart.fr/journal/france/230613/notre-dame-des-landes-et-s-il-fallait-tout-recommencer ?  (27 06 2013)

 

 

 

 

 

 

 

 Notes complémentaires :

 

 

 

«le PPRI est un Plan de Prévention des Risques Naturels Prévisibles (PPRNP) qui appréhende le risque inondation » (page 11/73)

 

Nouveau PPRI prescrit en 2007 par l’ancien préfet B. Boucault.

 

 

 

Atlas Zones inondables (AZI) notifié aux communes en 2007

 

 

 

Etudes PPRI menées par l’Etat et les collectivités concernées de 2007 à 2012.

 

 

 

"Suite à ces échanges, une étude hydraulique a été confiée à un bureau d'étude afin de modéliser les lignes d'eau du fleuve dans l'estuaire, c'est-à-dire les hauteurs atteintes par le fleuve en prenant en compte les évolutions du lit intervenues au cours du XXème siècle."  Page 20/73

 

"La crue de référence retenue pour le PPRI est donc la crue modélisée intégrant la perspective d'une restauration morphologique optimisée de l'estuaire et l'évolution du niveau de la mer de 1 mètre à 100 ans. Cette décision a été validée par l'ensemble des partenaires associés à l'élaboration du PPRI lors du comité de pilotage du 27/06/2011.

 

 

 

 Mais débit supérieur à ceux de 1910 a déjà été mesuré en 1982

 

"3 scénarii évolution Loire dont scénario de restauration morphologique d’ensemble avec leviers recréation de vasières et remontée des fonds de chenal à échéance 2040. »

 

Pour mémoire :

 

9,77 mètres en 1982 à Mauves-sur-Loire

 

8,43 m en 1936

 

7,90 m en 1995 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Crue de 1910 à Varades

3 Mars 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

 

 

La culture de l'eau, du risque inondation, des jardins, de la vigne : une caractéristique propre aux Ligériens (Liger : Loire en latin)

 

crue-1910-Varades.jpg

 

La maison de "Tante Mimosa" et le Château de la Madeleine à l'arrière-plan

 

Photo et article Ouest France : une soirée débat sur les inondations de 1910

 

 

Anecdote : le patron des médecins du CHU de Nantes et le député-maire de Nantes ont affirmé le 3 décembre 2010 (conseil municipal de Nantes, débat transfert CHU de Nantes) que le risque Zéro inondation ou crue centennale existait. Pas rassurant.

 

Lire la suite

Quand l'eau monte, ça va plus vite que l'élaboration des Plans de Prévention des Risques. (vidéo) Inondations en Australie

14 Janvier 2011 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

 
L'équivalent de la France et de l'Allemagne du jour au lendemain sous les eaux.
Des morts et des disparus.
Des milliers d'Australiens, de crocodiles et de serpents brutalement sans logement.
L'approvisionnement en eau potable rendu plus difficile ou impossible.
Des réseaux électriques et des voies de communication coupés.
Idem pour l'approvisionnement en alimentation.
Des rivières qui charrient des voitures et vident des parkings en quelques minutes.  
Conséquences estimées (pour l'instant) à plus de 6 milliards de dollars.
 
Des inondations ailleurs aussi, aux Philippines, au Sri Lanka, parfois accompagnées de mortelles coulées de boue au Brésil.
 
Et plus près de chez nous des inondations dans l'Oise, en Allemagne Francfort est menacée.
Lire la suite

"Il y aura d'autres Xynthia". Freddy Vinet, agrégé de géographie

31 Août 2010 Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

 

Si les questions de l'eau, de la Loire de la Mer, des risques inondation, des pollutions de l'Eau font partie des thèmes traités dans ce blog, Freddy Vinet y est pour beaucoup. J'ai été l'une de ses étudiantes lorsqu'il enseignait à l'Université de Nantes. C'est même sous sa direction que j'ai eu la chance de faire des recherches sur la Loire. Je n'aurais jamais crû qu'un jour j'aurais un blog à travers lequel je pourrais rendre hommage à tous ces géographes, tous ces profs qui ont marqué mon itinéraire. 

 

Un expert : « Il y aura d'autres Xynthia en France» logo ouest france

 

http://www.lessablesdolonne.maville.com/actu/actudet_-Un-expert-Il-y-aura-d-autres-Xynthia-en-France-_dep-1485548_actu.Htm

Freddy Vinet PL 2771805 1 px 501 w ouestfrance

 

Freddy Vinet : « Il faut agir sur les vulnérabilités humaines ».

 

 

Freddy Vinet a visité les sites submergés par la tempête Xynthia. Il pense que, dans la prévention du risque, on a sous-estimé la vulnérabilité du bâti.

 

Freddy Vinet, originaire de la Vendée, est agrégé de géographie, professeur à l'université de Montpellier et chercheur au laboratoire Gestion des territoires et des risques (Gester). Ses travaux portent sur la prévention du risque inondation.

 

- Depuis le 28 février, vous vous êtes déplacé trois fois dans les communes sinistrées par la tempête Xynthia. Qu'y avez-vous observé ?

 

J'ai relevé l'extrême vulnérabilité du bâti. Sur les 29 victimes de La Faute-sur-Mer, 24 ont péri dans des maisons de plain-pied qui ne disposaient d'aucun refuge à l'étage. D'où mon idée qu' il faut davantage agir sur cette vulnérabilité quand il y a danger de submersion.

 

- Ne s'est-on pas trop concentré sur les digues, en croyant qu'elles étaient incassables ?

 

Je ne dis pas qu'il ne faut pas s'occuper des digues. Mais en France, on a trop vu la protection des personnes par ce seul angle. En oubliant que le destin d'une digue, je le dis de manière provocante à dessein, est de casser. Ce faisant, on a oublié d'agir sur les vulnérabilités humaines : le manque de conscience du risque ou un bâti exposé, surtout lorsqu'il est occupé par des personnes âgées.

 

- L'État a tiré un trait sur une carte et défini « des zones noires », puis « de solidarité », où les maisons devaient être rasées. Que pensez-vous de la méthode ?

 

Je ne mets pas en cause l'idée de délocalisation de maisons. Mais ces reconstructions, il faut les préparer. Or l'État, c'est pour le moins une maladresse, a agi à la serpe là où il fallait faire dans la dentelle. Car sur place, les situations par rapport au risque sont très hétérogènes. Du fait d'une microtopographie, il y a des maisons qui, à 50 m de distance, ont eu 1,50 m d'eau et d'autres pas. J'observe que l'État, depuis, corrige sa première approche.

 

- Xynthia a-t-elle fait progresser la conscience du risque de submersion marine ? Et met-elle la France à l'abri de drames semblables ?

 

Les scientifiques connaissaient ce risque. Mais il y a un gouffre entre les connaissances scientifiques et la représentation mentale de cette réalité qui peut occasionner d'immenses dégâts. Ne nous méprenons pas, il y aura d'autres Xynthia, c'est probable. Car en France, bien des secteurs sont menacés : l'estuaire de la Gironde, l'île de Noirmoutier, plusieurs endroits du littoral méditerranéen...

 

- Comment prévenir, alors ?

 

Pour prévenir, il ne faut pas s'arrêter à la seule question de la digue. Car une digue protège d'événements moyens, mais pas d'inondations gravissimes. Il faut améliorer les plans de secours, renforcer les habitations, construire des zones refuges...

 

- Avec l'appétit croissant pour le littoral, comment mettre les maires à l'abri de la pression immobilière ?

 

L'État doit jouer son rôle de protection, de régulation, à travers les Plans de prévention des risques d'inondation (PPRI). Parce qu'on voit bien que la démocratie locale a des limites lorsqu'il s'agit de protéger les personnes dans des circonstances extrêmes.

 

Recueilli par Gaspard NORRITO.

 

« Le risque inondation » : tel est le titre de l'ouvrage écrit par Freddy Vinet, récemment publié aux éditions Lavoisier. 320 pages denses, abondamment illustrées de photos et de cartes. Prix : 85 €. Un ouvrage de référence en vente dans les librairies spécialisées. Disponible aussi sur commande, accompagnée du règlement, auprès de la librairie Lavoisier, 14 rue Provigny, 94236 Cachan cedex. Tél. 01 47 40 67 00. Internet : www.lavoisier.fr Mail : info@lavoisier.fr

 

Ouest-France

http://www.lessablesdolonne.maville.com/actu/actudet_-Un-expert-Il-y-aura-d-autres-Xynthia-en-France-_dep-1485548_actu.Htm

Lire la suite

"Du café renversé chez BP" (Vidéo)

15 Juin 2010 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

 

Jusque là je ne vous avais pas parlé de la marée noire qui sévit dans le golfe du Mexique depuis l'explosion le 20 avril 2010 d'une plateforme offshore Deep Water Horizon de la compagnie BP (Beyond Petroleum, ex British Petroleum).

Non pas que je m'en désintéresse mais je ne savais pas par quel bout commencer. Chaque jour une info chasse celle de la veille, un jour ils ont réussi à colmater la fuite estimée à 5000 barils par jour, le lendemain, non finalement la fuite n'est pas colmatée, et ce sont maintenant 

20 000 à 40 000 barils (soit environ 3 à un peu plus de 6 millions de litres) qui s'échappent chaque jour. Pendant que BP cherche à rassurer l'opinion et donc à minimiser les conséquences de l'évenement, le pétrole coule. Abondamment. Déjà 100 à 215 millions de litres ? Et cela pourrait encore durer longtemps. Le président Obama qui en est à son quatrième déplacement dans le golfe du Mexique a qualifié cette pollution de "11 septembre écologique". 

 

Malgré les moyens titanesques et parfois ridicules mis en oeuvre, BP n'a toujours pas réussi à stopper la fuite de pétrole.

  

Alors voici une courte vidéo qui tourne en dérision ces tentatives qui toutes furent des échecs en cascade comme les couvercles, les cheveux, les injections de ciment, la dispersion de produits au moins aussi toxiques que le brut, les incendies de nappes etc..

 

 

 

 http://www.youtube.com/watch?v=o7XWYD2xtOg (version en français)

 

 

Le pire c'est que la catastrophe aurait peut-être pu être évitée si les signaux d'alerte avant l'explosion fatale avaient été pris au sérieux (brutale augmentation de la pression dans le conduit de forage, quantité de liquide sortant du puits supérieure à celle pompée dans ce puits).

 

Si on ne sait pas maîtriser ces machines infernales que sont les plateformes offshore que notre addiction au pétrole nous conduit à construire toujours plus loin, toujours plus profond, dans des zones où nous ne maîtrisons plus rien alors il faut arrêter. Et mettre le paquet sur la recherche et le développement des énergies renouvelables qui devront remplacer les énergies fossiles.

  

Un moratoire de six mois a été décrété par les Etats-Unis sur les forages pétroliers dans le golfe du Mexique, et d’autres pays, dont les eaux territoriales abritent des forages offshore réfléchissent à des normes plus strictes.

 

Une note positive cependant : cette catastrophe écologique permet aux Américains de s'interroger sur leur avenir énergétique et de prendre des mesures pour limiter la dépendance des Etats-Unis au pétrole et aux autres énergies fossiles. C'est sur ce point surtout que nous attendons Obama cette nuit dans le Bureau Ovale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

"24 heures Chron'EAU" : Risques Inondations Paris - Nantes en cas de crues de la Seine ou de la Loire

18 Mai 2010 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

Voici une vidéo fiction d'une crue centennale de la Seine à Paris. (merci David !)

 

  tumblr_ldkfrgwKwE1qzdzano1_500.jpg

 

Et à Nantes ça donnerait quoi une crue centennale de la Loire ?

 

On a bien un Plan de Prévention des Risques mais il daterait de 1958. (voir article de Presse Ocean de Xavier Boussion il y a quelques semaines, mais je n'arrive pas à remettre la main dessus)

 

 

 

 

Quel serait l'impact aujourd'hui d'une telle inondation ? Quelles conséquences sur les infrastructures, les réseaux d'électricité, de gaz, de communication, de transports, sur notre approvisionnement en eau potable ? Quels sont les risques de submersion ? Quel avenir pour toutes ces nouvelles constructions en zones inondables (NCN à Pont Rousseau, Ile de Nantes sur laquelle les "déménageurs nantais en chef" veulent transférer le CHU, nouveau mémorial de l'abolition de l'esclavage etc.? Comment évacuerait-on la ville rapidement si tout dysfonctionnait, dans la panique générale alors qu'en temps "normal" les entrées, les ponts, les sorties de Nantes sont souvent saturés ?

 

 

Lorsque nous posions cette question en 2007 - 2008 alors que nous avions fait de la Loire et de la question de l'Eau en général un axe majeur, pour ne pas dire central de notre programme pour Nantes, on nous a souvent rétorqué que nous étions pessimistes, que tout allait bien, que nous n'étions "pas sérieux" etc. Pourtant nous posions là des questions qui fâchent encore bien plus que les problèmes de subventions ou d'augmentation des impôts. Cette marée noire dans la Loire suite à une fuite à la raffinerie TOTAL de Donges qui débutait le dimanche du deuxième tour des municipales de mars 2008 allait nous donner raison plus vite que prévu. Deuxième tour dont les Nantais se sont privés en élisant pour la quatrième fois le même maire. On dit les Nantais conservateurs mais je ne pensais pas que ce serait à ce point...

 

  

En fait, "Le Plan de Prévention des Risques Inondation (PPRI) de la Loire de l’agglomération nantaise prescrit en juillet 2007 est EN COURS D'ELABORATION"

source : http://ddaf44.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=455

 

Plutôt que de payer des cabinets d'études pour trouver un nouveau nom pour Nantes - pardon, on doit dire un nouveau logo maintenant que tout devient commercial au royaume des marketeux - ou pour des études pro aéroport NDDL qui vont toujours dans le même sens, ils feraient bien à la préfecture, au département, à la ville etc. de se magner le train à finir "d'élaborer" un Plan de Préventions des Risques Inondation qui tienne la marée !

  crue-Loire-Nantes-Feydeau-Commerce.jpg

A défaut, vous pouvez consulter :

 

l'Atlas des Zones Inondables (AZI) Vallée de la Loire entre Saint-Sébastien-sur-Loire et le Pellerin (44) qui "correspond à un scénario d'inondation qui s'est produit dans le passé et qui peut parfaitement se reproduire. Il n'est donc pas exclu que le scénario de 1910 se reproduise mais pour des débits très supérieurs à la crue de référence".

 

ou la carte des PHEC (Plus Hautes Eaux Connues)

 

ou le site vigiecrues  d'information nationale et locale sur la vigilance des crues   http://www.vigicrues.ecologie.gouv.fr/

 

et sinon relisez "Un barrage contre le Pacifique" de Marguerite Duras...

Lire la suite

« Une mer surélevée de cinq mètres » la parole aux géographes

3 Mars 2010 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #La Loire - la Mer - l'Eau

Hier je vous donnais le point de vue de Jean Renard sur ces inondations en Vendée et exprimais un souhait à la fin de mon billet : qu'on entende plus souvent les géographes.
C'est donc avec un grand plaisir que j'ai découvert ce matin dans Presse O une interview de Paul Fattal, directeur de l'Institut de Géographie de Nantes. Un grand Monsieur de la Géographie , j'ai eu la chance d'être une de ses étudiantes à l'Université de Nantes et je lui dois une partie de ma prise de conscience des enjeux environnementaux et de mon engagement en politique des années plus tard.



Interview.
Un quatrième facteur aurait contribué à accentuer la montée des eaux en Vendée.

« Une mer surélevée de cinq mètres »

Paul Fattal est directeur de l'institut de géographie et membre du laboratoire CNRS Géolittomer de l'université de Nantes.

PAul-Fattal.jpg
Paul Fattal : «La submersion est un phénomène naturel dans de nombreuses zones littorales» N Bourreau 


Paul Fattal est directeur de l'institut de géographie et membre du laboratoire CNRS Géolittomer de l'université de Nantes.


Existe-il des documents évaluant les risques d'inondation ?

 

« Oui. Ce sont les plans de prévention des risques. Bizarrement ils distinguent des zones dites inondables, non construites, et des zones pouvant être inondées, là où des constructions existent déjà. Pour nous, géographes, ces deux appellations recouvrent une même réalité : la submersion y est possible ».


Au nom de l'urbanisation on jouerait donc sur des subtilités administratives ?

« En tout cas cela pose problème ».


Peut-on estimer la périodicité avec laquelle peuvent survenir de tels événements climatiques ?

« Le dernier épisode remonte à 50-60 ans ce qui est très court à l'échelle de la planète et très long à l'échelle humaine. Leur répétition est totalement aléatoire ».


Sur l'origine du phénomène vous évoquez la présence d'un « quatrième élément »...

« À juste titre on a insisté sur trois facteurs : le fort coefficient de marée, la violence des vents et la dépression. Mais à L'Aiguillon et à La Faute on a oublié l'effet de goulot d'étranglement. Ce sont donc quatre et non pas trois paramètres qui ont contribué ici à l'élévation de la mer ».


A-t-on pu mesurer cette surcote ?

« Par rapport à une marée de même coefficient, mais sans les autres éléments météo, nous estimons qu'elle a été d'au mois cinq mètres dans le secteur vendéen ».


La qualité des digues est-elle en cause ?

« Elles ont été submergées. Elles ont aussi subi les coups de boutoir des vagues puis un affouillement à leur base lors du retrait des eaux. Cela les a fragilisées parfois jusqu'à la rupture ».


Existait-il un état des lieux de ces digues ?

« La DDE avait dressé un inventaire précis en 2008 signalant les secteurs à risque et les conséquences sur les biens et les personnes ».


Que faire, à court terme, pour éviter la répétition de tels drames ?

« Là où les constructions existent déjà il faut protéger et donc renforcer les digues. Il faut aussi vraiment informer les gens des risques qu'ils courent dans certaines zones. Enfin, il faut imposer des contraintes urbanistiques : la plupart des maisons vendéennes n'ont pas d'étage, donc pas d'échappatoires... ».


Et à plus long terme, là où il n'y a pas encore de constructions ?

« Il faut arrêter les hypocrisies et cesser de montrer du doigt les maires. C'est la société tout entière qui doit définir les risques qu'elle est prête à accepter, à charge pour l'État d'établir des règles et de les faire strictement appliquer ».


Ce qui signifie qu'il faut étendre les zones inconstructibles ?

« Il faut en tout cas imaginer les situations extrêmes comme celles que nous venons de connaître et se souvenir que la submersion est un phénomène naturel dans un grand nombre de zones littorales. C'est l'action de l'homme qui ne l'est pas toujours... ».

logo-presse-ocean.jpg
Propos reccueillis parJean-Philippe Lucas 
Article paru mercredi 03 mars 2010

jean-philippe.lucas@presse-ocean.com


Repères


Les digues en France

Selon la secrétaire d'état à l'Écologie, Chantal Jouanno, il y a 7 000 à 10 000 km de digues en France, dont certaines ont été construites au XVIIe siècle. « Environ 1 000 km peuvent être considérés comme à risque », précise Chantal Jouanno. De son côté, la préfecture de Charente-Maritime chiffre à 135 millions d'euros le coût des réparations et du renforcement des digues du département endommagées par la tempête.

Lire la suite
1 2 > >>