Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conseil Municipal du 30 janvier 2009 à Nantes

31 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle LOIRAT Publié dans #Conseil Municipal Nantes

Premier Conseil Municipal de l'année 2009, c'est le jour du vote du budget annuel. Ce conseil est important, car le vote du budget c'est aussi le vote de la politique proposée par le maire. Pour lire l'ordre du jour 

Le vote du budget succède au DOB ou débat d'orientation budgétaire de décembre. Pour lire le Procès-verbal du Conseil municipal du 5 décembre 2008 


Voici quelques unes de nos interventions

Vote du budget

Intervention de Benoît Blineau, président du groupe Centre Démocrate:

"M. le Maire, mes chers collègues,

Nous voterons contre le budget 2009 proposé par la majorité municipale mais nous conservons notre attitude de "proposant notoire".


A ce titre nous suggérons quelques pistes afin de réaliser des économies.


Nous constatons une inflation sur les plus hauts salaires et notamment ceux des directeurs des SEM

Notre proposition est de plafonner ces salaires à 6 (à définir) fois le SMIC, aujourd'hui certains ont des salaires plus de 10 fois supérieurs, sans compter que certains établissement se voient doter de deux directeurs !

Nous décidons de ne plus voter les dossiers de subventions aux organismes concernés tant qu'une certaine modération ne sera pas dans les faits mise en œuvre ainsi qu'une complète transparence en terme d'affichage salarial.


L'idée est simple : il s'agit de ne plus accepter que des associations ou organismes comme les SEM (Société d'Economie mixte) qui perçoivent des subventions de la ville de Nantes, donc de l'argent public, rémunérent certains de leurs salariés ou intervenants à plus de 10 fois le SMIC."


Intervention Isabelle Loirat

Délibération n° 4 : vote des taux des 3 taxes directes locales

Délibération 5 : Vote du budget
 

Monsieur le Maire, mes chers collègues, 

Cette délibération aurait du s’appeler « Vote de la hausse des taux ».

 

En effet, dans la délibération ou dans la présentation du Budget Primitif 2009, la hausse des taux n’est même pas clairement exprimée, mais dissimulée derrière les mots  «+ équitable, nouveaux, ajustement, réévalué, maîtriser...» . Vous ne rappelez même pas les anciens taux.  Et lorsque la hausse est enfin mentionnée, nous apprenons qu’elle est en même temps « neutralisée » !

Ces artifices de langage montrent bien toute la difficulté et les limites de l’exercice auquel vous vous livrez aujourd’hui : comment justifier cette  hausse d’impôts pour 2009 ? Alors que l’année s’annonce terrible pour nos concitoyens et que vous vous étiez bien gardés de l’évoquer pendant la campagne municipale dans votre programme «Nantes et Plus». Nous savons maintenant que hélas ce que signifiait le fameux « Et plus » : « Et plus d’IMPOTS » ! C’est sûr avec un tel slogan, vous n’auriez peut-être pas obtenu le même résultat. Pourtant la hausse des impôts, même masquée est réelle et bien là :

 
En 2009 :

Taxe d'Habitation passe de 21,96 à 23,80 %  soit + 1,84 %  Angers : 16,9
                                                                                                                                                                   Rennes : 20,43

Taxe Foncier Bâti passe de 25,13 à 27,24 %  soit + 2,11       Angers : 31,49
                                                                                                                                                                   Rennes : 23,45

Taxe Foncier Non Bâti passe de 57 à 61,86 % soit + 4 %     Angers : 36,89 

D’un côté vous encouragez les foyers à modestes revenus à acheter leur logement, et de l’autre vous augmentez, sans prévenir, les impôts des propriétaires de leur logement (qui ne sont tout de même pas tous de richissimes propriétaires). 

 

Nous ne voterons pas cette hausse des taux.



Lors de la Commission Finances du mardi 20 janvier 2009, il n’y a pas eu de débat pour la simple et bonne raison que les documents (Rapport de présentation du BP 2009) nous ont été remis au bout de plus d’une heure de présence. Nous avons donc assisté à une communication, en couleurs, de M. Bolo, sans avoir pu lire le rapport avant qu’il nous soit présenté.


Encore une fois, le « désengagement de l’Etat » de 1 million d’Euros revient comme le « gimmick » de votre communication.

Dans ce Budget 2009, il y a hausse des impôts et hausse des recettes de 16 % via hausse des tarifs scolaires, sportifs, culturels, cimetières pour compenser la baisse des droits de mutation.


 

Les dépenses de personnel :

 

Dans le BP 2008, les dépenses de personnel augmentaient déjà de + 2,7 %, elles augmentent à nouveau de 3,6 % avec + 6 M d’Euros bien qu’il y ait eu des transferts de personnel vers la CUN. Est-ce là la « stabilisation » promise l’an dernier par l’ancien adjoint aux Finances Albert Mahé ?

 

Les Subventions : 


Merci, Monsieur Bolo, pour vos réponses à nos questions en commission Finances. Cependant il reste une question, qui voyez-vous, nous interpelle. 
Dans les Etats annexes, figurent 15 pages de listes de destinataires de subventions c’est le document B1.6 – Subventions versées dans le cadre du vote du budget, auriez-vous SVP l’amabilité de nous dire qui est ce M. ou cette Mme « Divers » qui nous coûte si cher ? Est-ce une réserve en faveur du pluralisme ?

 


84 183 101 Millions Euros de subventions de fonctionnement

  4 750 490 Millions Euros de subventions d’équipement

Soit un total de 88 933 591 Millions


Page 74  CR 01 « DIVERS»                15 000 Euros Subv. fonctionnement

         CR 06   « DIVERS»                   141
              CR 24   « DIVERS»              46 462 E

Page       CR 31   « DIVERS»         3 370 498 E

Page 76   CR 31   « DIVERS»             20 070 E

Page 77   CR 33   « DIVERS»           128 000 E

               CR 33   « DIVERS»             12 000 E

Page 78   CR 35    « DIVERS»            39 000 E

               CR 35    « DIVERS»            20 000 E

               CR 35    « DIVERS»          103 000 E

               CR 35    « DIVERS»          245 450 E

Page 79   CR 38       DIVERS»          125 000 E

               CR 36 « Divers Assoc. »      10 300 E

               CR 37 « Divers DSP »     3 436 213 E

Page 80   CR 41 « DIVERS»               60 980 E

               CR 41    « DIVERS»            40 580 E

Page 81   CR 41    « DIVERS»            60 000 E

               CR 41    « DIVERS»            89 195 E

Page 82   CR 41    « DIVERS»            27 200 E

Page 83   CR 41    « DIVERS»            11 320 E

               CR 41    « DIVERS»           34 000 E

               CR 41    « DIVERS»             3 200 E

Page 84   CR 43    « DIVERS»           27 500 E

               CR 52   « DIVERS»          110 965 E

Page 86   CR 81   « DIVERS»                   20 E

Page 87   CR 88   « DIVERS»              2 620 E

Page 87   CR 88   « DIVERS»              1 000 E

Page 88   CR 31   « DIVERS»          150 775 E Subvent.d’Equipement

               CR 35  « DIVERS»             40 500 E

               CR 36                                 75 000 E
              
CR 41 « div assoc cultur      40 000 E

soit un TOTAL de                        8 345 989 E soit 10 % des subventions non justifiées.


Vous avez contracté un emprunt de 4 M auprès de DEXIA le 9 décembre 2008, soit 4 jours après le dernier conseil municipal.
Pour quels investissements fin 2008 ? pour de la trésorerie comme en novembre pour un autre prêt de 5 millions ?  
Ces 4 millions empruntés à DEXIA qui s’ajoutent aux 5 millions empruntés en novembre auprès de la Société Générale étaient-ils  inclus dans les 23 millions d’emprunts annoncés dans le BP 2008 présenté par M. Albert Mahé ?


Questions cf Budget Communication (dépenses de fonctionnement)

 

 Quel est le montant total du budget Communication de la VDN pour 2008 et 2009 ? Vous  mentionnez une hausse de 14 % page 15 du RPBP 2009 mais nulle part nous ne trouvons le budget total de la communication dans les documents.

 

Merci Monsieur Bolo pour vos réponses sur le coût des 11 nouvelles plaquettes de communication « vos élus de quartier " mais qu’on pourrait aussi appeler « trombinoscope des SEULS élus de la majorité » ?   Cette dépense était-elle vraiment indispensable en ce moment ?

 
Proposition pour réduire les frais de communication :

Pourquoi ne pas regrouper les 4 magazines de communication
de Nantes, à savoir Nantes Passion (que nos collègues 
Verts qualifiaient à juste titre de « propagande »), Nantes au quotidien, magazine CCAS et 
Nantes Métropole en un seul et même magazine ? Cela ferait des économies réelles de papier, de distribution, serait une bonne chose pour notre environnement et conforme à vos engagements en matière de Développement Durable. 

Une dernière proposition ? pour répondre à ces questions, vous pourriez peut-être créer un poste d’Adjoint à la Communication. C’est une boutade bien sûr.

 

  

Je vous remercie de votre attention.


Voeu du groupe Centre Démocrate

Nous, élus du groupe Centre Démocrate formons le vœux, qu'en terme d'expression des forces d'opposition et de proposition (ce qui est notre cas), Jean-Marc Ayrault mette en adéquation ses actes au conseil municipal de Nantes avec ses discours à l'Assemblée Nationale.

 

Il a par exemple déclaré : « Le gouvernement veut museler, bâillonner l'opposition. C'est l' intérêt des citoyens de savoir qu'ils peuvent être relayés, que leurs problèmes peuvent être débattus et défendus , que d'autres solutions que celles du pouvoir en place pourront être proposées ».

 

Nous adhérons entièrement à ces propos et nous n'aurons de cesse de défendre cette position, aux côtés notamment de Monsieur le Député-Maire.

 

Nous proposons donc, afin de permettre aux 45% de nantais qui n'ont pas voté pour la liste majoritaire de voir leurs propositions soumises au conseil municipal, que :

 

-        A chaque conseil municipal les groupes n'appartenant pas à la majorité puissent proposer une délibération.

 

-        Que 4 dossiers par an, à la demande de l'opposition, soient remis à plat comme l'a demandé Monsieur Ayrault pour la représentation nationale.

 

 

-        Les dossiers qui seront étudiés soient communiqués au minimum 3 semaines avant le conseil municipal.


Comme d'habitude, notre voeu a été retoqué et seul le voeu du maire sur Gaza a été présenté. 


Chacun sa méthode.

Pour railler l'obstruction parlementaire à laquelle le PS s'était livré cette semaine à l'Assemblée, les élus de l'opposition UMP à Nantes se sont livrés à un drôle de petit jeu : ils ont prolongé leur temps de parole en lisant des recettes de cuisine, des modes d'emploi de "swifettes", la liste des Merveilles du monde etc...

C'est sidérant de voir à quoi en est réduit le débat politique, à Paris comme à Nantes. En ce moment, c'est particulièrement indigeste.









Lire la suite

L'élection de Barack Obama : une leçon d'humilité pour beaucoup

25 Janvier 2009 , Rédigé par Corinne LEPAGE Publié dans #Politique

Chronique de Corinne Lepage sur France Culture le lundi 19 janvier 2009.

pour écouter la chronique

"L'investiture de Barack Obama comme président des États-Unis devrait être l'occasion d'une profonde leçon d'humilité à bien des égards.

Tout d'abord, qui aurait imaginé qu'un pays, stigmatisé comme celui des multinationales écrasant le reste du monde, à l'instar de Monsanto ou d'Exxon, comme celui des inégalités financières les plus colossales, comme celui de la Wold Company initiant les guerres pétrolières, serait celui qui, le premier dans l'histoire occidentale, élirait un Président afro-américain, ancien élève brillant de Harvard et travailleur social, écolo et sénateur de l'Illinois ? 

 

...

Qui aurait vraiment cru possible, dans un pays marqué par la lobbycratie, qu'un candidat opposé, au sein du parti démocrate, à Hillary Clinton présentée depuis quatre ans comme une candidate naturelle à la présidentielle, pourrait l'emporter et disposer finalement d’un pactole gigantesque, largement obtenu d'une base populaire, grâce à une campagne de terrain et l'utilisation sans précédent du réseau Internet ?

Cette réalité appelle un double constat :

  • Le simplisme et le manichéisme avec lequel a été décrit la société américaine, comme si celle-ci s'identifiait à son président W. Bush , devrait dans l’avenir appeler à la prudence tous les thuriféraires de la pensée unique, capables simplement de s'inscrire confortablement dans l'erreur.
  • comme à l'accoutumée, les États-Unis ont changé brutalement et plus vite que le reste du monde, la crise économico- financière ayant servi de révélateur au tête-à-queue idéologique du capitalisme financier et à l’impasse catastrophique à laquelle il conduit. Le succès du président Obama, c’est l'échec des théoriciens de l'école de Chicago dans ses aspects idéologiques comme dans ses aspects économiques. Les experts qui pronostiquaient le succès des représentants du monde ancien sont allés dans le mur.


De la même manière, les analyses qui se sont multipliées pour décrire la disparition de l'empire américain apparaissent bien sujettes à caution lorsque l’on voit la manière dont le monde entier retient son souffle à l'approche du 20 janvier 2009. Qu’il s'agisse des plans de relance et des secteurs clés de l'économie de demain,  de la croissance verte, du prix du baril, de la lutte contre le changement climatique ,de la situation au Moyen-Orient, de la position à adopter à l'égard de l'Iran, de l'évolution de Cuba et de l'Amérique du Sud, tout semble suspendu aux décisions que prendra le président Obama. Paradoxalement, alors que les États-Unis semblaient sur le plan économique, sur le plan financier, sur le plan géostratégique en position de repli et d'affaiblissement après la présidence catastrophique de George Bush, ils apparaissent avec l'arrivée de Barak Obama plus  que jamais au centre du monde. Mais cette puissance semble de nature différente dans la mesure où elle est porteuse de sens et d'espoir et non de  contrainte et de violence. Dans ces conditions, les brillantes analyses sur la fin du siècle américain mériteront-elles quelques bémols, au moins dans l'attente des choix nouveau président américain.


Car, avec l’arrivée du président Obama, et sans lien direct avec son élection, le temps où les experts et les gourous étaient d'autant plus écoutés qu'ils n'avaient cessé de se tromper, est peut être fini. Ainsi, Dennis Meadow, auteur du rapport inexactement traduit en français sous le titre Halte à la croissance , alors qu'il était intitulé «  les limites de la croissance », vient de recevoir le Japan Prize, la distinction scientifique la plus haute du Japon. Rappelons que ce rapport demandé à une équipe du MIT par le Club de Rome en 1972, avait été le premier à souligner les limites physiques que rencontrerait inévitablement une croissance économique infinie jointe à la croissance démographique. « Employant un système de simulation nouveau, son texte démontre que si certains facteurs physiques limitatifs de la Terre  , comme les ressources naturelles, l'environnement, les terrains , ne sont pas pris en compte, l'espèce humaine va vite se retrouver dans une situation critique » a jugé le jury de ce prix. Et, pourtant pendant plus de 30 ans, ce rapport a été vilipendé, tourné en dérision, considéré comme totalement faux. Or, ce sont précisément les critiques qui avaient tout faux.


Si seulement ces quelques signes pouvaient servir de leçon d'humilité à tous ceux,  grands et petits gourous,  politiques de première et seconde zone, tout  ceux qui depuis 30 ans n'ont cessé de se tromper, tout en administrant des leçons au monde entier,  défenseurs de la mondialisation heureuse qui n'ont évidemment jamais reconnu la moindre erreur ! Si seulement ces quelques signes pouvaient servir de leçon de prudence à tous ceux qui aujourd'hui  font profession de nier la réalité et n'ont de cesse que de défendre l’idée que demain, tout recommencera comme hier, alors, quelque chose serait vraiment changé dans notre monde. Jusqu'à quand suffira-t-il d'avoir eu toujours tort pour continuer à prévoir ou à décider ? Après... halte à la croissance, halte à la suffisance."


Corinne LEPAGE
  - Chronique France Culture 19 Janvier 2009
Vice-Présidente du MoDem
Présidente de Cap21 

Lire la suite

Fécondité en hausse en France mais fertilité en baisse

14 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle LOIRAT Publié dans #Santé


Le taux de fécondité en France est passé à 2,02 enfants par femme2,02 enfants par femme , "la france championne des bébés" titre Ouest France du 14 Janvier 2009 alors que la moyenne européenne est à 1,5. Bonne nouvelle !

Les générations futures n'ont pas fini de nous étonner, elles commencent déjà par être plus nombreuses que prévu.

Bien sûr ce n'est pas cela qui va inverser notre pyramide des âges, mais c'est un signe d'espoir et de foi dans l'avenir. Quel réjouissant pied de nez à la crise !

Pour ne pas se contenter de cette fécondité optimiste, il faudrait aujourd'hui prendre les bonnes décisions responsables pour que ces générations futures n'aient pas à payer pour notre impéritie en matière de protection de leur environnement et qu'on cesse de laisser filer la dette ou de l'augmenter pour des décisions court-termistes que nos enfants devront payer.

Si les Français (es) font autant d'enfants, en tous cas plus que leurs voisins, c'est peut-être parce qu'en France, les femmes peuvent avoir des enfants et travailler. J'entends par là que nous avons des possibilités de faire garder nos enfants dans de bonnes conditions d'accueil : crêches, nounous, réductions d'impôts etc... Certes ce n'est pas toujours parfait, les places manquent et l'offre de garde n'est pas assez variée en dehors des villes.
L'école maternelle joue là aussi un grand rôle car elle accueille les enfants dès 2 ou 3 ans et ils y apprennent des tas de choses contrairement à ce que Xavier Darcos peut en dire.
Les Allemandes, Américaines ou autres femmes étrangères que je rencontre dans le cadre de mon travail de guide-interprète soulignent très souvent cet avantage français qu'elles envient. Les Allemandes, même diplômées doivent trop souvent choisir entre leur travail et leurs enfants.

Si nous sous sommes si fiers collectivement de cette natalité tricolore grâce à cet inattendu mini baby boum de 2008 :

- Pourquoi aller chercher l'idée des Kindergärten (jardins d'enfants) privés en Allemagne alors que les Allemandes n'en sont pas satisfaites et nous envient notre système ? Autant leur reprendre ce qui marche : par exemple leurs idées en matière de création d'emplois verts !

- Pourquoi ne  pas donner aux services pédiatriques et d'urgences pédiatriques les moyens humains adaptés qu'ils réclament ?

- Pourquoi les métiers qui s'occupent des générations futures sont-ils moins bien rémunérés (donc hélas moins attractifs) que d'autres : enseignants, pédiatres, rares pédopsychiatres alors que le besoin de la population est énorme ?


Ce qui est plus préoccupant c'est que les couples se battent aujourd'hui pour avoir des enfants.
En effet en 2008 deux couples sur dix consultent pour des problèmes d'infertilité et nombreux sont ceux qui doivent faire appel aux traitements ou à la PMA ou procréation médicalement assistée.
On sait maintenant que les spermogrammes comptent moitié moins de spermatozoïdes qu'il y a cinquante ans.  On attribue de plus en plus ces faits à notre environnement, aux pollutions chimiques multiples qui chaque jour s'accumulent dans notre organisme et plus particulièrement aux pesticides qui "épicent" notre alimentation depuis cette même période. 
Sur ces questions : voir les travaux de G-Eric SERALINI ,  professeur de biologie moléculaire, de  du cancérologue D. BELPOMME, du botaniste et écologue Jean-Marie PELT , l'étude GREENPEACE sur le sang de députés européens volontaires , l'étude sur les bébés pollués via le cordon ombilical  par des polluants chimiques etc...


S'ils commencent à se sentir concernés par ces attaques qui les touchent de si près qu'elles altèrent jusqu'à leurs capacités reproductrices, gageons que les politiques et les décideurs vont enfin prendre les décisions qui s'imposent pour réduire DRASTIQUEMENT cet apport de pesticides dans notre agriculture devenue "spermicide". Je ne jette pas la pierre à nos agriculteurs qui sont les premières victimes des traitements pesticides qu'ils pratiquent et que nous devons encourager à passer au BIO pour notre santé et la leur. J'aurai l'occasion de revenir sur ces questions dans des billets ultérieurs.


Profitons donc de cette bonne nouvelle démographique pour revoir notre système.

Sinon, les bébés d'aujourd'hui que nous trouvons si mignons aujourd'hui pourraient bien, devenus grands, nous demander à juste titre des comptes lorsqu'ils seront encore plus nombreux à devoir faire appel aux traitements (très chers, très longs, très stressants) pour avoir des enfants.

Quel est ce mode de vie qui aura rendu difficile, cher et médicalisé ce qui pour des générations d'humains avant nous avait été simple, gratuit et spontané : faire un enfant ?


Pensons-y et vraiment, car ils pourraient bien nous laisser tomber avec nos retraites, nos cancers...

Lire la suite

Pluralisme de la presse ?

14 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle LOIRAT Publié dans #Démocratie - citoyenneté - pluralisme


Dans  la presse locale ce matin, on peut lire 2 articles sur le PS 44 dans Ouest France et dans Presse Océan. Ils ont bien de la chance.

Vendredi dernier le MoDem Nantes organisait aussi une conférence de presse mais Presse Océan n'a envoyé aucun journaliste. Pourquoi ?

Pourtant il était aussi question d'une nouvelle équipe, des élections Européennes, d'un vrai travail de fond, de l'organisation de débats comme le MoDem en organise très régulièrement (débat aéroport Notre-Dame-Des-Landes le 13 nov dernier, débat sur les élections américaines le 20 nov, débat sur les transports pendant la campagne des Municipales etc...)

Sylvie Tassin, enseignante à Nantes, nouvelle présidente de la section nantaise du MoDem et très engagée sur les questions d'éducation a annoncé un grand débat sur l'Education le 21 Janvier 2009 Salle Bretagne à Nantes à 20 heures organisé sur une initiative des Jeunes Démocrates.

Pourquoi ne pas informer les lecteurs de Presse Océan lorsqu'il s'agit du MoDem qui rappellons le tout de même est le troisième parti en France ?


Certes, les politiques ont besoin de la presse pour informer les citoyens sur leurs idées, leurs propositions.

Mais il faudrait reconnaître que la presse a aussi besoin des politiques...

Car de quoi vit la presse sinon de ce ou ceux qui alimentent colonnes et pages de pub ?

Et la PQR (presse quotidienne régionale) a besoin des politiques locaux.

 

La moindre des choses serait de se déplacer pour tous les partis politiques au moins pour savoir ce qu'ils ont à dire et ensuite par un traitement juste et équitable bien INFORMER les lecteurs.

Si je pousse ce petit coup de gueule" ce matin c'est que la lecture de la presse, bien que chronophage, est une de mes activités favorites depuis des années. Presse locale, nationale, internationale parfois, presse quotidienne ou magazines hebdomadaires, presse sur Internet, je lis tout ce que je peux, je prends mes sources partout, aussi bien dans le Point que dans le Canard Enchaîné en passant par Le Monde, La Croix, Aujourd'Hui LeParisien, Marianne, le Nouvel Obs, Ouest France, Presse Océan, le JDD, Courrier International etc... Je découpe, je classe, je fais des synthèses, j'archive tout ce qui m'intéresse et cela depuis des années. Et souvent je fais des bonds. Juste un exemple : "Ane Lauvergeon princesse des atomes" pour le JDD !

Ceci me permet surtout de voir qu'on nous abreuve d'infos pas toujours très intéressantes et que bien souvent les vrais sujets ne font l'objet que de quelques lignes noyées au milieu des concours à bisous, des championnats de baby foot, de la grossesse des unes, des chansons des autres, de l'hyper activité de l'un  etc...

Mais le pire, c'est que quand on voit les annonceurs qui se succèdent dans la presse, on comprend bien que certains sujets qui fâchent ne peuvent jamais sortir à la Une.

Jadis, j'étais abonnée à l'Express, un jour j'ai compté les pages de pub, il y en avait plus que des pages d'infos, alors j'ai résilié mon abonnement.

Le seul Canard dans lequel il n'y a pas d'annonceurs style TOTAL, SUEZ, VEOLIA, EDF, RENAULT, les montres etc... c'est justement le Canard Enchaîné qui au fil des années est devenu le journal que j'attends avec le plus d'impatience.

Dommage que ce dernier ne soit pas accessible sur Internet.












Lire la suite

Nucléaire : CAP21 s'interroge sur la fiabilité du contrôle des rejets radioactifs dans l'environnement

13 Janvier 2009 , Rédigé par Eric DELHAYE Publié dans #Energies

Communiqué de presse du 12 Janvier 2009

Nucléaire :
CAP21 s'interroge sur la fiabilité du contrôle des rejets radioactifs dans l'environnement
 
Suite à l'information donnée par le Réseau Sortir du nucléaire sur la défaillance généralisée des mesures de rejets radioactifs dans l'environnement opérées par les laboratoires des centrales nucléaires, Eric Delhaye, président délégué de CAP21, parti écologiste présidé par l'ancienne ministre Corinne Lepage demande à Jean-Louis BORLOO de bien vouloir donner l'information la plus exhaustive et la plus transparente possible sur les dysfonctionnements relevés par l'Autorité de Surêté Nucléaire dans les installations actuelles et de préciser les mesures que l'Etat entend mettre en oeuvre pour garantir la fiabilité des systèmes de contrôle des rejets radioactifs en France. Le cumul des incidents rencontrés ces derniers mois ne peut qu'entâcher la confiance de l'opinion publique sur la sécurité du nucléaire.
 
Eric Delhaye
Président délégué de CAP21



Voir aussi Centrales nucléaires : la fiabilité des mesures d'EDF mise en cause 
Le Monde.fr 13 Janvier 2009 


L'année 2008 a été, en France, une annus horribilis pour l'image de la sûreté nucléaire. Les incidents à répétition sur le site du Tricastin (Drôme) – notamment le rejet, en juillet, d'effluents uranifères dans l'environnement par une filiale d'Areva – ont fourni de nouveaux arguments aux adversaires de l'atome civil pour réclamer l'arrêt des centrales. Les associations anti-nucléaires ne désarment pas et elles viennent de trouver un nouvel angle d'attaque en relayant les critiques de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) contre les laboratoires d'
EDF. Pour lire la suite sur Le Monde.fr
Lire la suite

Justice : une dérive autocratique, par Corinne Lepage

13 Janvier 2009 Publié dans #Justice

Pour lire l'article sur le Monde.fr Opinions link

P
our le moins houleux, les rapports, en France, entre justice et politique traduisent l'infinie difficulté à établir un Etat de droit, et plus encore, un Etat de justice. Dans le souhait exprimé par le président de la République de voir disparaître le juge d'instruction, ce n'est pas tant la mesure que la forme et l'esprit dans lesquels elle est prise qui appellent à la révolte et à la très grande inquiétude sur les dérives autocratiques du pouvoir actuel.

La question de la disparition du juge d'instruction est un véritable serpent de mer, déjà proposé à maintes reprises depuis vingt ans. Mais la question n'est pas tant celle de sa disparition que celle de son remplacement par un autre système. Pourquoi charger une commission de réfléchir sur le sujet, si le président de la République a déjà pris sa décision, et surtout pourquoi annoncer, en pleine débâcle économique et en pleine crise internationale grave, une telle mesure dont les conséquences pour nos concitoyens et pour nos libertés publiques sont si considérables ? Comment imaginer une réforme de telle ampleur sans qu'elle ait fait l'objet d'un grand débat public ? Sans doute, le président de la République table-t-il sur une image très dégradée de l'institution judiciaire dans l'opinion publique en faisant passer cette réforme particulièrement liberticide comme une grande avancée pour les droits de la défense. C'est évidemment une mystification du même ordre que celle qui consiste à prétendre que la nomination du président de France Télévisions par le président de la République est un progrès par rapport à sa nomination par une autorité indépendante, ou encore que le fichier Edvige constituait une amélioration pour les libertés individuelles.

La vérité est que, avant de supprimer le juge d'instruction, encore faut-il savoir dans quel esprit se fait la réforme. Et c'est précisément là que le bât blesse. Depuis son arrivée au pouvoir, le président de la République a poursuivi, sans aucune rupture, la politique engagée par son prédécesseur pour réduire constamment l'autonomie que l'institution judiciaire avait acquise dans les années 1990. Mettant en exergue des erreurs judiciaires ou des drames comme Outreau, le pouvoir politique a instrumentalisé des faiblesses incontestables pour réduire toute velléité d'autonomie de la magistrature. Se sont ajoutées un certain nombre d'innovations : poursuites disciplinaires engagées contre des magistrats instructeurs ou connus pour leur engagement contre la corruption (comme Renaud Van Ruymbeke ou Eric de Montgolfier), autant de poursuites ayant lamentablement échoué. Le but évident était de déstabiliser des magistrats qui, par leur seule notoriété, représentaient une image du juge qui pouvait trouver un accueil favorable chez nos concitoyens ; politique de reprise en main extrêmement ferme des parquets et mesures d'intimidation successives à l'encontre de magistrats du siège provoquant les réactions d'une magistrature pourtant bien peu habituée à sortir de son devoir de réserve. La suppression du juge d'instruction vient donc en quelque sorte coiffer cet édifice afin de disposer d'une justice aux ordres, après avoir construit un système de contrôle direct et indirect des médias.

Les juges d'instruction seraient ainsi remplacés par un système dans lequel l'instruction serait confiée au parquet, qui demeure sous le contrôle du garde des sceaux, donc du président de la République : c'est-à-dire un contrôle politique. Dans la mesure où d'ores et déjà la constitution de partie civile a été considérablement réduite, cela signifierait qu'en réalité plus aucune affaire politico-financière ou aucune affaire déplaisant au pouvoir ne pourrait faire l'objet d'une instruction en France. La compatibilité d'un tel système avec le droit à un procès équitable et à un juge impartial et indépendant est du reste clairement posée. En effet, l'impossibilité que l'ouverture d'une information dépende d'un juge indépendant exclut l'accès au prétoire, puisque le procès ne pourra jamais avoir lieu.

Quant aux nouveaux juges de l'instruction, chargés en quelque sorte de faire l'équilibre entre le parquet et la défense, ils conforteraient la justice à deux vitesses qui s'est déjà instaurée en France. En effet, cette réforme aurait exigé d'être garantie de l'égalité des armes non seulement entre la défense et le parquet, mais aussi entre la défense et la victime. L'intérêt du juge d'instruction est bien souvent de permettre à la victime de trouver les preuves que les personnes mises en examen détiennent et dissimulent. Le système américain laisse aux parties le soin de recueillir elles-mêmes les preuves, avec leurs propres moyens. Cela implique de disposer de moyens financiers importants. En conséquence, tant dans les affaires financières que sanitaires, les victimes - généralement modestes - n'auront strictement aucune chance, par elles-mêmes, de voir leur cause aboutir. Ainsi, la France ne pourrait-elle que reculer encore dans l'échelle de Richter de la lutte contre la corruption et du fonctionnement démocratique.

Ainsi, la réalité est que cette réforme a pour double objectif, d'une part, de donner une réalité à la volonté du président de la République de dépénaliser le droit des affaires, de supprimer la concurrence dans la majorité des marchés publics, et plus généralement la délinquance en col blanc et, d'autre part, de renforcer le pouvoir de l'exécutif sur tous les contre-pouvoirs, à commencer par la justice. Après Edvige, la réforme de l'audiovisuel, la réforme du juge d'instruction constitue une étape supplémentaire vers l'autocratie.


Corinne Lepage est avocat à la cour d'appel de Paris, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, vice-présidente du MoDem.
Lire la suite

Ma première Vigie citoyenne Notre-Dame-Des-Landes

12 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle LOIRAT Publié dans #Aéroport Notre- Dame-des-Landes

Depuis le mois d'octobre, des citoyens opposés au projet d'aéroport à Notre-Dame-Des-Landes, se relaient tous les jours sauf le dimanche de 8 h à 18 heures pour assurer une Vigie citoyenne devant le Conseil Général de Loire-Atlantique à Nantes jusqu'à l'abandon du projet. 

Ce matin, c'était mon tour, j'ai donc participé à ma première Vigie citoyenne.

Lorsque je retrouvais Blandine à 7 h 45 avec qui je devais assurer la Vigie jusqu'à 13 heures, il faisait froid, il y avait du brouillard et  l'Erdre elle-même était gelée. La perspective de porter "les pancartes sur le buste" et d'être ainsi "exposée" dans la rue ne m'emballait pas vraiment non plus.

Haut les coeurs ! Le dossier mérite bien d'envoyer au diable ces petits désagréments.

Première chose : l'organisation bénévole des citoyens vigilants est tout à fait remarquable.

Ce que je retiens de cette Vigie, ce sont les gens, les rencontres, ceux qui se sont arrêtés, ceux qui sont venus discuter avec nous, peu d'élus, UNE élue, quelques salariés du CG, des adhérents du MEI, de Place au Vélo, des militants du DAL, quelques "entarteurs", de simples citoyens, et même un proche collaborateur du Président du CG qui nous a demandé "pourquoi nous n'étions pas devant Nantes Métropole ou le Conseil Regional qui sont tout autant porteurs du projet Notre-Dame-Des-Landes ?"

Si nous sommes devant le Conseil Général, c'est parceque celui ci s'apprête à livrer aux bétonneurs des terres agricoles tout en disant qu'il faut lutter contre le gaspillage des terres agricoles ! On nous répond que "ces terres ne valent qu' un ou deux millions d'Euros" comme si leur valeur se résumait dans l'esprit des porteurs du projet à une seule valeur  financière.  Toujours cette vision économique des choses. Et la valeur nourricière de ces terres qui pourraient produire une agriculture de qualité et biologique à proximité de Nantes ? N'est-ce pas un des engagements du Grenelle de l'Environnement ?

J'invite et encourage tous ceux qui le peuvent à assurer eux aussi une Vigie ou au moins à passer soutenir ceux qui l'assurent.

Car pendant que certains donnent de leur temps, d'autres nous font passer à grands renforts de communication ou dans la presse des informations erronnées ou partielles : l'aéroport de Nantes ne connaitrait pas la crise et afficherait un taux de croissance du nombre de passagers de plus de 5 % avec 2,7 millions de passagers en 2008, sous entendu "il faut construire Notre-Dame-Des-Landes", conformément à ce qu'a réaffirmé le député maire de Nantes Jean-Marc Ayrault dans son interview accordée à son magazine Nantes Passion de janvier 2008.

Ce qu'on ne nous rappelle pas c'est que les années précédentes, on enregistrait des taux de croissance à 2 chiffres. Alors certes, il y a croissance du trafic mais celle-ci est en chute libre, passant de 12 à 5 % !!

Et une info capitale manque : combien de mouvements d'avions à Nantes en 2008 ?

(pour mémoire : 73000 mouvements à Nantes en 1999 à 58 000 en 2006, à 38 000 en 2005.
Source : Verts 44 Conseil Régional juin 2008)

Si le nombre de mouvements a encore baissé en 2008 (même si dans le même temps on a enregistré une hausse du nombre de passagers), cela signifie que Nantes Atlantique n'est pas saturé. Et cela n'arrange pas les affaires des porteurs du projet car la saturation de Nantes Atlantique était leur principal argument.

Avec la crise, on voit bien qu'ils vont nous servir maintenant l'argument de "Notre-Dame-Des-Landes pour soutenir l'emploi".

Mais on peut aussi soutenir l'emploi local en rénovant les logements, les collèges, en construisant les maisons de retraite et les crêches qui manquent tant pour s'adapter à notre nouvelle démographie, aménageant des transports en commun de qualité,  etc...bref en investissant dans ce qui nous manque vraiment et nous avons tous besoin. Le Conseil Général va devoir gérer en juin le RSA dans un contexte d'explosion du chômage, le vieillissement de la population et sa dépendance croissante. Il faudra faire des choix responsables.

Un grand merci à Blandine pour m'avoir "pilotée" sur cette première Vigie.


"Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus conscients et engagés puisse changer le monde. C'est même de cette façon que cela s'est toujours produit" Margaret MEAD


Vigie citoyenne ST et IL devant CG44 juin 2009
Depuis j'ai repris un tour de vigie avec Sylvie Tassin présidente du MoDem de Nantes.
C'était en été, c'était une très belle journée, on mourrait de chaud et de soif mais la cause en valait la peine !

Si on avait su que quelques mois plus tard, François Bayrou viendrait enfin sur le site de Notre-Dame-Des-Landes.



(Sylvie Tassin présidente du MoDem de Nantes, Dominique Forest de l’Acipa et Isabelle Loirat conseillère municipale MoDem à Nantes, Vigie citoyenne en juin 2009)


Billet modifié en février 2010
Lire la suite

Le Français Poma va fabriquer le nouveau téléphérique de New York

9 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

Le Français Poma va fabriquer le nouveau téléphérique de New York



 EUROPE 1 Le 6 Janvier 2009

Le groupe grenoblois Pomagalski, dit "Poma" et connu notamment pour ses remontées mécaniques dans les stations de ski, vient de décrocher le contrat de remplacement du Roosevelt Island Tramway à New York. Ce téléphérique relie sur 900 mètres Manhattan et l’île Roosevelt. Montant du contrat : 11 millions d’euros.

 
Le quartier Manhattan et l’île Roosevelt, à New York, seront bientôt reliés par une réplique du Vanoise Express, le téléphérique qui relie lui dans les Alpes françaises, les stations de La Plagne et des Arcs. C’est en effet le groupe grenoblois Pomagalski, qui avait réalisé le Vanoise Express, qui a décroché le contrat pour remplacer le Roosevelt Island Tramway et en assurer la maintenance pendant cinq ans.


Ce téléphérique de 900 mètres,
qui datait de 1976, était hors service depuis 2006. Il fonctionnera désormais avec deux cabines et deux motrices pour plus de flexibilité. Il devrait permettre de transporter 1.500 personnes à l’heure.


Pour Pomagalski, dit "Poma",
c’est là un contrat capital de 11 millions d’euros. Mais le défi est lui aussi très important : avoir achevé le chantier d’ici la fin 2009
.
Europe 1 le 6 janvier 2009


Excellente nouvelle !
Preuve que le téléphérique (ou tram aérien) n'est pas réservé aux montagnes mais parfaitement adapté au franchissement d'un fleuve ou d'un bras de mer ou pour relier une île.
Si New York l'a fait, pourquoi pas Nantes, Nice, Limeil-Brévannes, Besançon etc... ?

Vivement l'inauguration !

Isabelle

Lire la suite

Le téléphérique et la ville, une nouvelle histoire d'amour

9 Janvier 2009 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

 

Source DD Magazine Écrit par : Yves Heuillard dans urbanismetransport le   link

metrocable meddelin Poma 


On les appelle téléphériques, télécabines, tramways aériens, on les associe toujours à la montagne, mais aujourd'hui les systèmes de transport par câble renouent avec les villes. Partout dans le monde, ils s'intègrent aux réseaux publics et offrent une solution de transport souvent commode, peu onéreuse, écologique, et ludique.

" Dis Papa, on peut prendre le téléphérique ? " Ces mots vous les avez forcément entendus ou prononcés. Ils témoignent de notre fascination pour les téléphériques. Cette fascination, Jean-Paul Huard, membre du directoire et Directeur des opérations de Poma, leader mondial du secteur, l'a transformée en passion : " Dès que vous mettez un téléphérique quelque part, les gens viennent pour le voir et l'emprunter, avec des répercussions positives sur l'économie locale et la vie des habitants ".  Et Jean-Paul Huard sait de quoi il parle, "A Medellin, en Colombie Le Metrocable que nous avons construit pour relier le quartier pauvre de Santo Domingo, construit à flanc de montagne, joue un rôle social indéniable : ce quartier de 150 000 habitants, auparavant enclavé, a vu une réduction spectaculaire de sa criminalité (divisée par 10), la ré-installation des commerces, le retour des touristes alors que la construction s'est faite sous la protection de la police militaire et que nous avions des gilets pare-balles. "

 

roosevelt island tram

Cet attachement au téléphérique, les habitants de Roosevelt Island à New York ne le démentiraient pas. Là quand on dit " le Tram ", c'est du tramway aérien qui relie l'île à Manhattan dont il s'agit. Le Tram avait été construit provisoirement en attendant l'arrivée de la ligne de métro, mais une fois réalisé les habitants de l'île s'opposent au démontage du Tram. Après 30 ans de service, le Tram a besoin d'un petit coup de jeunesse (amélioration du confort, du débit, de la flexibilité d'exploitation et de la sécurité) et c'est Poma qui vient de remporter l'appel d'offre.

Sans le tram, les habitants de Roosevelt Island auraient le choix entre les embouteillages et le parking payant en centre-ville, une heure de bus, ou la compression quotidienne dans un métro hyper bondé. Avec le Tram, c'est quelques minutes de vol à 85 mètres au dessus de l'East River et le plaisir toujours renouvelé de voir New York sous ses pieds. ( Tout savoir sur le Tram sur le site de RIOC, l'exploitant).

Un moyen de transport vertueux

Le transport urbain par câble complète la panoplie des urbanistes en matière de transports publics. Il est bien adapté dès qu'il s'agit de franchir des obstacles naturels (fortes pentes, fleuves, bras de mer). Jean-Paul Huard précise : " Bien sûr le câble ne peut pas concurrencer un système de métro mais il le complète. Il est aussi efficace qu'un système de bus en site propre, il est généralement moins gourmand en énergie surtout s'il y a de forts dénivelés et il se prête bien à la récupération d'énergie.

 

Poma : De l'Alpe d'Huez
aux confins du monde

Le groupe international Poma, dont le siège est à Grenoble, est un des leader mondiaux du transport par câble avec plus de plus de 12 000 références d'installations dans 82 pays. Si l'on mettait bout à bout tous les appareils construits par Poma, on relierait Paris à Los Angeles. Ces appareils totalisent une capacité de transport de plus de 6,26 millions de passagers / heure.

L'entreprise, crée en 1936 construit son premier téléski à l'Alpe d'Huez (Pomagalski). Elle profite depuis du développement des sports d'hiver et du tourisme, en Europe d'abord, et aujourd'hui en Asie, et décline avec succès son savoir faire dans le transport urbain, sur rail ou par câble. Le groupe Poma réalise un chiffre d'affaire de 264 millions d'euros et s'appuie sur de nombreuses filiales, notamment Semer (automatisme de sécurité) en Haute-Savoie et Sigma (cabines) en Isère.

En terme d'investissement, dès lors qu'il faut construire un pont, une voie en site propre et a fortiori un tunnel, le câble est le moyen de transport le moins cher. Les travaux de construction sont beaucoup plus courts (de l'ordre d'un an), génèrent peu de nuisances, et ont une faible incidence sur le trafic urbain. "

Pour les usagers les temps d'attente sont très courts, de 10 secondes pour les systèmes à cabines multiples, à quelques minutes pour un système de deux cabines en va-et-vient. La disponibilité d'un système de transport par câble est supérieure à 99% avec une vitesse commerciale de à 27 à 47 km/h selon les systèmes. Les débits horaires maximum sont de l'ordre de 3 000 personnes à l'heure (dans chaque sens) et selon les autorités de contrôle c'est le moyen de transport le plus sûr après l'avion. Des qualités qui sont mêmes inscrites dans la loi du Grenelle de l'environnement qui qualifie de transport par câble de "vertueux", pas moins (amendement 110, article additionnel à l'article 10, déposé par Messieurs Jacob et Saddier et adopté à la quasi-unanimité).

Quelques exemples de télécabines urbains

metrocable meddelin poma

 

La première ligne de Metrocable de Medellin, mise en service en 2004 relie la station de métro d'Acevedo au quartier de Santo Domingo construit à flanc de montagne. Sans sortir des bâtiments, les passagers peuvent passer du Metrocable à l'une des principales lignes du Métro de Medellin qui dessert le centre-ville, l'hôpital, l'Université et le Parc des Expositions. Dès la mise en service il transporte plus d'un million de personnes par mois. Le Metrocable fonctionne dix-neuf heures par jour tout au long de l'année. Son succès est tel qu'une autre ligne sera ouverte en 2004, qu'une troisième verra le jour en 2009 et qu'une quatrième fait actuellement l'objet d'un appel d'offre ( les trois premières on été construite par Poma). Medellin montre que le transport par câble peut parfaitement trouver sa place dans un réseau de transports en commun et fait des émules puisque Rio de Janeiro vient de commander un système similaire (1 ligne, 5 tronçons) pour relier la favela de Moro de Alemao.

En Asie, A Taipei (Taiwan) un télécabine relie la station de métro Zoo Taïpei, située dans le quartier de Maokong, au zoo et aux quartiers résidentiels qui l'entourent. La télécabine, avec cinq tronçons, quatre gares intermédiaires, 145 cabines, sur 4 kilomètres de long transporte 2 400 personnes/heure à 21 km/h.

Sur la côte Est du Vietnam, c'est un télécabine encore qui relie la ville de Nha Trang et l'île touristique de Hon Tre, distante de plus de 3 km : 47 cabines peuvent transporter 1 000 personnes par heure. Techniquement il s'agit d'une réalisation hors-norme avec neuf pylônes, dont six en mer, et qui atteignent jusqu'à 70 mètres de hauteur pour laisser passer les cargos (photo ci-contre). Les pylônes sont eux-mêmes fixés sur des plates-formes « offshore » hautes de près de 60 mètres et la portée entre pylônes est de 450 mètres en moyenne.

Plus proche de nous en Catalogne, dans la banlieue de Barcelone la petite ville résidentielle de Esparraguera, perchée sur une colline, a fait le choix du transport par câble pour établir la liaison avec une gare ferroviaire. Ce qui a bouleversé le quotidien de ses habitants qui devaient affronter une à deux heures d'embouteillages tous les jours contre 20 minutes de transport aujourd'hui.

Citons aussi Alger, avec ses quatre téléphériques urbains construits dans les années 1980 et récemment rénovés, ou encore la Suisse avec plus de 300 appareils de transport public par câble, capables de desservir plus de 1 million de personnes par heure (source : association le Chaînon Manquant).

Mais le transport par câble a aussi ses opposants, la ville d'Issy les Moulineaux a abandonné un projet de téléphérique reliant la mairie au Fort sous la pression des riverains.

A Nantes un projet de liaison par câble de la butte Sainte-Anne à l'île de Nantes, proposé par quelques élus centristes, ne sera pas retenu car considéré comme gadget par leurs opposants politiques qui lui préfèrent un pont.

Et vous que diriez vous d'aller au bureau en téléphérique ?

 

Article paru dans DD Magazine Développement Durable Magazine

Écrit par : Yves Heuillard dans urbanismetransport le   link

Lire la suite

Présentation de la nouvelle section nantaise du MoDem le 9 janvier 2009

7 Janvier 2009 Publié dans #Politique





Nous avons le plaisir de vous inviter  à un café gourmand et démocrate au  bar "Le Flesselles" (3, allée Flesselles) vendredi 9 janvier à 13h15 pour une rencontre avec le nouveau bureau de la section nantaise.
Nous vous présenterons l'organisation de cette section, ses principaux responsables et ateliers, ainsi que ses projets pour les semaines à venir
.

Très cordialement,

Sylvie Tassin (présidente de la section),
André Hubert Mesnard,
Michèle Tonon,
Vincent Bonny,
Jean-Luc Homeril, 
Jérôme Fouqué,
David Le Borgne,
Jean Christophe Limbourg.

 


Lire la suite
1 2 > >>