Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2 projets de téléphérique en une semaine ! Marseille et Bordeaux

19 Avril 2013 , Rédigé par Isabelle Loirat Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

A peine le temps de partager le projet de téléphérique à Bordeaux que déjà un autre surgit à Marseille !

 

"En mairie, on pense sérieusement à ce mode de transport. Il succéderait à l'ascenseur abandonné dans les années 60. 

« Marseille : et si on lançait un téléphérique vers la Bonne Mère ? » La Provence 19 04 2013

 

Les gabians* ne seront peut-être plus les seuls à survoler le centre-ville après 2014. Un énorme oiseau métallique, moins bruyant et encore moins polluant, pourrait les rejoindre entre le Vieux-Port et la Bonne Mère, au lendemain des élections. Un téléphérique.

L'idée fait son chemin au sein de la majorité municipale. De son côté, Eugène Caselli, patron PS de MPM, ne la rejette pas. Alors quand on sait que droite et gauche travaillent souvent main dans la main, on se dit que le grand oiseau urbain a peut-être un avenir.

Mais quel intérêt ? Yves Moraine (UMP), président du groupe de la majorité municipale, explique : "La fréquentation des bus touristiques est devenue insupportable. J'ai eu l'occasion d'en parler avec les CIQ de Vauban et d'André-Aune qui veulent qu'on facilite la circulation et qu'on améliore leur quotidien.Puis, avec un téléphérique, on développerait un outil attractif pour les touristes. Enfin, ce serait une signature urbaine du nouveau Marseille".

Pour le peuple, pas pour les touristes

Au CIQ Puget-Aune, Claudie Payot s'aligne sans hésiter sur la position de l'élu : "Il y a une telle concentration de cars sur la colline que ce téléphérique serait le bienvenu. Encore faudra-t-il que les gens acceptent de le voir passer au-dessus de leur tête".

Mais qui s'en plaint dans les grandes villes où il a été installé ? À Rio, où il permet de rejoindre le Pain de Sucre, il est un outil touristique incontournable. Barcelone a le sien, qui hisse les visiteurs jusqu'au sommet de Montjuic.

Un transport non polluant, et un projet peu coûteux

Et les grandes capitales sud-américaines l'utilisent même pour désenclaver certains quartiers, autrement dit pour le peuple et pas pour les touristes. Non polluant, un téléphérique, qui peut embarquer près de 8 000 personnes à l'heure, aurait également un avantage : son coût, autour de 15 M€.

Reste à savoir d'où le faire partir. En mairie, on a évidemment planché sur la question. On est loin d'avoir tranché mais Yves Moraine voit déjà deux sites : "Il y a d'abord la possibilité a minima : le stade Tellène. On pourrait creuser un parking pour bus dessous et faire partir le téléphérique de cet endroit. Il y a une solution plus ambitieuse : partir du Vieux-Port, pourquoi pas du glacis que l'on doit aménager côté quai de Rive-Neuve, ou alors du fort d'Entrecasteaux, à côté".

Le téléphérique traverserait ainsi la Corderie et les hauteurs du 7e. Dans le livre 365 Marseillais rêvent leur ville (1), on est encore plus ambitieux. Interrogé, Loïc Fauchille (hôtellerie de chaîne) imagine un téléphérique prenant son élan de l'église Saint-Laurent et se posant sur la colline de la Bonne Mère, après avoir traversé le Vieux-Port. La preuve que s'il ne connaît pas encore sa route, ce téléphérique a de sérieux partisans.

(1) Par Bernard Tarazzi, éditions Pierres et Terres en Provence.


Il y a 50 ans : Quand l'ascenseur desservait la basilique

L'idée d'un téléphérique n'est pas si novatrice. Il y a encore un demi-siècle, la Bonne Mère était accessible par un ascenseur, qui partait de l'extrémité de la rue Dragon. Un ascenseur construit à partir de 1890, dont le fonctionnement reposait sur un système de remplissage hydraulique. Deux cabines, qui pouvaient transporter jusqu'à 15 000 personnes par jour, circulaient sur des rails. Pendant que l'une descendait, l'autre montait sur une pente d'environ 80 mètres. Tout en haut, une longue passerelle permettait d'accéder à la basilique.

Et ce mode de transport, bien que bruyant, allait remporter un grand succès au début du siècle dernier. Malheureusement, l'automobile allait gagner peu à peu du terrain. Comme les 200 kilomètres de tramway, l'ascenseur de la Bonne Mère allait être abandonné, victime de la reine voiture. Le dernier voyage se fera à la fin des années 60. Depuis, la RTM ainsi que... le petit train permettent d'accéder à Notre-Dame-de-la-Garde qui souffre d'un trafic auto de plus en plus intense. À quand le retour en arrière ?

Gabians* (oiseaux) : http://www.laprovence.com/article/actualites/1257688/marseille-ces-gabians-qui-se-cachent-pour-mourir.html


Les 3 questions à Jacques Bouchet, recteur de la basilique : "Oui, si ça permet de libérer l'espace"

Il y a la procession des fidèles. Et il y a forcément la procession des cars vers la Bonne Mère où les flux ne sont pas toujours faciles à gérer. Forcément, Jacques Bouchet, recteur de la basilique, accorde de l'intérêt à l'idée d'un transport aérien.

1. Un téléphérique pour rejoindre la Bonne Mère. Que vous inspire cette idée ?

Jacques Bouchet : C'est une idée parmi d'autres. On avait déjà parlé d'un funiculaire, maintenant d'un téléphérique. Je vous avoue ne pas être compétent mais tout ce qui peut faciliter l'accès à Notre-Dame-de-la-Garde mérite d'être étudié. Si cela permet d'éviter le va-et-vient permanent des voitures et des autocars, je dis qu'il faut se pencher sur cette idée. Aujourd'hui, on semble le faire sérieusement et c'est une bonne chose.

2. On dit qu'il y a un gros problème de circulation autour de Notre-Dame-de-la-Garde. Le constatez-vous, vous aussi ?

J.B : Le problème existe, c'est vrai. Les cars empruntent des rues étroites, ce qui n'est pas facile. Il faut reconnaître que si les gens se garaient mieux, l'accès à la basilique en serait facilité. Mais plus on libérera de l'espace, plus on permettra à tous les visiteurs d'utiliser les esplanades, mieux ce sera.

3. L'idée d'un téléphérique semble d'autant plus intéressante que Notre-Dame-de-la-Garde a de plus en plus de succès au fil des années ?

J.B : C'est vrai. Il y a une montée en puissance des visites. Nos pointages nous permettent de dire que la basilique attire environ deux millions de visiteurs par an. Les pics de fréquentation se produisent en été, notamment autour du 15 août (environ 300 000 visiteurs en août, ndlr).

En fait, il y a du monde dès que des vacances arrivent. On rencontre alors beaucoup de familles avec des enfants. Puis avec les croisières, on a un autre type de touristes qui sont notamment d'origine italienne. Mais il y a beaucoup d'Espagnols, de Russes, de Japonais, de Chinois et de plus en plus de Sud-Coréens."

 

Pour lire l'article sur La Provence

Jean-Jacques Fiorit - La Provence

http://www.laprovence.com/article/actualites/2314494/marseille-et-si-on-lancait-un-telepherique-vers-la-bonne-mere.html

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article