Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le téléphérique urbain se lance à la conquête des villes françaises" Les Echos 06 03 2013

12 Mars 2013 Publié dans #Téléphérique- tram aérien - transport par câble

 

 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0202626846954-le-telepherique-urbain-se-lance-a-la-conquete-des-villes-francaises-544697.php

 

AUTO - TRANSPORTS

Le téléphérique urbain se lance à la conquête des villes françaises

Par Lionel Steinmann | 06/03 | 16:05 | mis à jour à 17:46

Plusieurs agglomérations mûrissent un projet de transport par câble. Celui-ci est particulièrement adapté pour le franchissement d'obstacles.

Longtemps cantonné aux pistes de ski ou au rôle d'attraction pour touristes, le téléphérique est en passe de s'implanter dans certaines villes françaises comme un moyen de transport quotidien, à l'image de ce qui se pratique déjà à New York ou Rio de Janeiro. De Brest à Grenoble en passant par Toulouse, plusieurs agglomérations mûrissent des projets de transport par câble, ou en ont acté le principe. « Le téléphérique urbain n'est plus considéré comme un gadget, mais comme une option qui peut être appropriée dans certaines situations », confirme-t-on du côté du Groupement des autorités responsables de transport (Gart).

Certes, de nombreux élus conservent des doutes sur la capacité de ce type d'infrastructures à s'intégrer harmonieusement dans le paysage urbain. Mais le téléphérique urbain a pour lui de sérieux atouts, à commencer par son coût au kilomètre, près de deux fois inférieur à celui d'un tramway, sans même parler de celui du métro. Le téléphérique évite également les gros travaux de voiries nécessaires au tramway (il faut déplacer toutes les canalisations qui se trouveront sous les rails), ce qui permet d'éviter de perturber la circulation durant des années. Le cas échéant, la fréquence élevée des cabines permet de transporter plusieurs milliers de voyageurs à l'heure, et ce avec un très bon bilan environnemental.

Pour autant, le transport par câble n'a pas vocation à se généraliser si une ligne de bus peut faire l'affaire. Mais « cela paraît une assez bonne idée lorsqu'il s'agit de franchir un fort dénivelé ou des obstacles comme de gros réseaux d'autoroute ou de voies ferrées », indique Pierre Serne, vice-président de la région Ile-de-France en charge des transports.

Un projet dans le Val-de-Marne

C'est le cas dans le Val-de-Marne, où plusieurs municipalités défendent un projet de téléphérique de 4,4 kilomètres, baptisé Téléval, et destiné à relier Créteil à Villeneuve-Saint-Georges. La solution du transport par câble est jugée préférable à celle du bus, du fait des nombreuses « coupures urbaines » qui morcellent le trajet (gare de triage, grande ceinture ferroviaire, routes nationales et départementales...). De surcroît, les axes routiers locaux sont déjà saturés aux heures de pointe. Selon les promoteurs du projet, les usagers pourraient gagner près de 30 minutes de trajet par jour.

En octobre dernier, une délégation d'élus franciliens s'est rendue à Bolzano pour étudier le téléphérique urbain de cette ville italienne. Nombre d'entre eux sont revenus séduits par les statistiques de régularité et le nombre de passagers transportés. Le résultat des études lancées par le Syndicat des transports d'Ile-de-France devrait être connu au printemps, et une décision de principe sera prise d'ici à la fin de l'année.

Quatre villes, quatre projets
1. Toulouse. En avril, le Syndicat mixte des transports en commun de l'agglomération toulousaine choisira l'architecte conseil qui réalisera les études de construction d'un téléphérique reliant l'université scientifique Paul Sabatier à l'Oncopôle. Durée du trajet : 10 minutes, contre 32 minutes en métro et en bus. Le téléporté aura 18 cabines de 35 places qui avanceront à une vitesse commerciale de 15 km/heure, avec une capacité de 1.500 voyageurs par heure. Le trafic attendu est de 7.000 voyageurs par jour. Le coût est estimé à 44 millions d'euros et la mise en service annoncée pour 2017. La concertation publique aura lieu en septembre.
 
2. Grenoble. Depuis mars 2012, la communauté d'agglomération Alpes-Métropole pousse le projet d'un téléphérique d'une longueur de 10 km en deux tronçons destiné à relier en 29 minutes Fontaine, dans la cuvette grenobloise, à Lans en Vercors. 2.400 personnes seraient transportées par heure pour un investissement de l'ordre de 50 millions, financé en partie par un partenaire privé dans le cadre d'une délégation de service public. Mise en service espérée fin 2014. Les études de faisabilité, d'un montant de 400.000 euros, ont été lancées. Le maire UMP du Fontanil propose, lui, un contre-projet, avec un tracé entre Voreppe et la gare de Grenoble, qui coûterait 120 millions. 
 
3. Brest. Afin de relier le futur quartier des Capucins au centre-ville de Brest, les élus ont opté en faveur de la création d'un téléphérique. Long de 420 mètres, il sera suspendu à 60 mètres au-dessus de la ville et de la rivière La Penfeld. L'enquête publique est achevée, les appels d'offre vont être publiés prochainement pour un démarrage des travaux avant la fin 2013. La mise en service de ce téléphérique, qui pourra transporter 650 personnes à l'heure, est attendue en 2015. Montant du projet : 15 millions d'euros, dont Brest Métropole Océane devrait supporter la majeure partie. 
 
4. Grasse. C'est la solution du funiculaire en viaduc qui a été choisie pour relier le coeur historique de la ville au pôle multimodal de transports, aménagé autour de la gare SNCF. Baptisé Sillages, le projet est estimé à 40 millions d'euros pour un parcours de 570 mètres, avec quatre stations et une dénivelée d'une centaine de mètres. Le chantier, attribué à un groupement d'entreprises mené par DV Construction, filiale du groupe Bouygues, a pris du retard (le calendrier initial prévoyait une livraison de l'ouvrage fin 2013). L'Etat, qui apporte 5,5 millions d'euros, a demandé une réduction de la hauteur des piliers entraînant un changement de localisation de la station d'arrivée. Les estimations tablent sur 900 voyageurs transportés par heure."
"Les Echos" 06 mars 2013

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article